A Saint-Denis, la dernière ferme maraîchère reprend vie – Robe d’un soir de robe de mariage algérienne

La ferme de Saint-Denis est sous la bannière de Farms Gally. Ceci est la dernière pépinière du XIXe Un siècle toujours actif aux portes de Paris. Mais l’avenir de cette région agricole iconoclaste, située sur une ancienne dépendance de l’abbaye de Saint-Denis entre plusieurs poutres de bâtiments et à 500 mètres du métro, était dans les limbes. La ferme, utilisée depuis près d'un siècle par la famille Kersanté qui louait la terre, produisait jusqu'à 500 000 salades par an dans les années 1970 et employait plus de 40 personnes. Mis en danger par divers projets immobiliers, il a été acheté en 1983 par la municipalité. Mais il y a deux ans, René Kersanté, maintenant âgé de 70 ans, avait cessé de travailler. La mairie de Saint-Denis en possède un
Appel à relancer des projets

ces 3,7 acres de champs.

Deux projets ont été sélectionnés. Sur 7000 mètres carrés du collectif d'artistes Poetic Party, qui allie la permaculture et des événements culturels. Et cela sur 3 hectares de la société Les Fermes de Gally, qui a un bail de 25 ans et jouit d'une franchise Miet. L'entreprise familiale d'agriculteurs et de jardiniers reçoit déjà plus d'un million de visiteurs par an dans ses deux établissements d'enseignement municipaux.
Ecole, Saint-Cyr-l & # 39

et à Sartrouville dans les Yvelines.

modèle économique

Sur les 55 millions de ventes, l’activité agricole pure représente 5 à 10%. Une base financière qui a amené la ville à relever le niveau. "La ferme ne peut pas seulement vivre de la culture de légumes, nous devons trouver un autre modèle économique pour pouvoir mener diverses activités", explique Xavier Laureau,
Cogestion avec son frère Dominique

Fermes de Gally. Ce dernier a investi 1,6 million d'euros dans ce projet, dont 250 000 euros versés par la région Ile-de-France.

Des cépages locaux et anciens tels que le chou de Saint-Denis, les oignons blancs de Paris, la salade Aubervilliers ou le maïs cultivé plus récemment sont cultivés à la ferme. D'autres activités sont prévues: manifestations et ateliers de sensibilisation, location de locaux pour les entreprises, formation de jeunes stagiaires en pépinière, arboriculture et paysage, exposition sur le patrimoine de la pépinière.

monocultures

Le site emploie 5 personnes et "Veut accueillir une douzaine d'apprentis par an" Détails Xavier Laureau. Dix-huit mois de travail ont été nécessaires pour passer de salades en monoculture à une production diversifiée, à la fois en plein champ et en serre hydroponique (culture sur un substrat neutre régulièrement arrosé avec une solution d’eau et de nutriments). , Une partie des légumes est vendue sur place dans un magasin meublé.

En 1860, la plaine Saint-Denis, qui fut nommée "Le niveau des vertus", fournissait plus de la moitié des légumes de la capitale et les vendait aux Halles, le ventre de Paris. Les jardiniers ont développé des techniques traditionnelles telles que la culture sur des couches chaudes, consistant à créer un sol artificiel de 60 cm de hauteur, principalement à base de fumier de cheval, afin de placer les plantes dans un milieu présentant une température plus élevée que la saison. la mode.

Si vous appréciez le caftan marocain ou takchita moderne avec broderie et skali, ce magasin de vente caftan marocain et takchita moderne but via ce endroit des excellents modèles de caftan du maroc et takchita moderne à vendre sur le web aux prix réduits pour jeunes filles et femmes. En fait, là-dessus site vous avez à votre disposition plusieurs modèles de takchita moderne et caftan mariage à commander sur internet avec des et tailles très variées satisfaisant parfaits les gouts. Donc, pensez à visiter dès à date le modèle de takchita moderne et caftan du maroc qui vous sublime et payez moins cher.