Carnets de voyage en TURQUIE: centrale (Nemrut Dagi) et centrale en avril 2001 – autour de Lycie en mai 2011 – Location de caftan

ainsi que de nombreux autres sites Web sur le Web …


page
à l'art byzantin



représentations
des bâtiments sacrés à travers le temps et l'espace …

</b></span></span> </p> <p>2001 Turquie Est (capitale Ankara, voir aussi Istanbul ex Byzantium ex Constantinople),<br /> Gants Hirothsion Karakus Statues Colline d&#39;Arsameia sur Nymphaios, Tumuli<br /> de Karakus, Tumulus de Sesonk Samosata Darius Satrapus Sleucos Royaume de Sleucides<br /> Pompe Marc-Antoine Cloptre Empire Romain Octave Grecque Grecque Grecque hllnistique<br /> Bataille Magnsie Assyriens Chypre, cahiers du Kurdistan, funérailles, Chypriotes<br /> Voyage, historique, carnet de route, journal de voyage, patrimoine mondial<br /> humanité universelle UNESCO, Antalya, souks ou plutôt bazars, les Hittites de cette époque<br /> des Phrygiens et des Grecs (Achens de Troie), des Persans, des Arabes, des Kurdes,<br /> les Turcs Seldjoukides. Ce sont des descendants d&#39;une tribu turkmène (Oghuz ou<br /> Oghouzs), un peuple vivant au septième siècle en Mongolie, musulmans de l&#39;islam sunnite<br /> l&#39;empire ottoman avant l&#39;empire byzantin, puis avant les croisades catholiques et<br /> Vatican, célèbre sultan est Suleiman le Magnifique, trombone de l&#39;Empire Ottoman<br /> Surnom de l&#39;homme malade d&#39;Europe, mouvement des jeunes Turcs, génocide<br /> L’Arménien Mustafa Kemal Pacha, dit Kemal Atatrk, a été fondé<br /> la République turque et laque en 1992 les enfants qui fréquentent les écoles<br /> portant des uniformes publics, la ville d&#39;Antalya, l&#39;une des plus belles villes<br /> Turquie (porte d&#39;Hadrien (IIIe siècle), vieille ville de Kaleii), au sud:<br /> la côte d&#39;Antioch Gold à 700 km. (Anamur, Mamure Kalesi, grottes (ou gouffres)<br /> du paradis et de l&#39;enfer, Kiz Kalesi, Tarse, la ville natale de saint Paul, le port<br /> depuis Adana, terminal pétrolier du golfe d’Iskenderun depuis la guerre de<br /> Golf, ANTIOCH (Antakya), ville rendue célèbre par Saint Paul, Bazar, Grotte de<br /> Saint-Pierre), Antioche Adiyaman, nous passons à travers un bar sec, la frontière<br /> de Syrie, Adiyaman (camp turkmène), Rohziegelhaus (Adobe) et<br /> Camp terrestre, camp militaire américain près de la Syrie,<br /> Mont Nemrut ou Nemrut Dag ou Nemrut Dagi (communauté: Antiochus I), Tumulus<br /> Trois terrasses, art politique et artisan artisanat architecture culture culture civilisation<br /> Coutumes Traditions Histoire Géographie Géographie Sites Monuments<br /> paysages costumes langues dialectes folklore traditionnel folklore<br /> Appartements habitables Statues monumentales: un lion et un protecteur d&#39;aigle, Antiochos<br /> Moi, le commandant, Zeus-Oromasden, Apollon-Mithras, Hracls-Artagns-Ars,<br /> Reliefs, grands feux au sommet de la montagne en l&#39;honneur du dieu de Dieu,<br /> Barrage d’Atatrk sur l’Euphrate, Karhaman Maras, Cappadoce: il y avait<br /> Hittites, Perses, Grecs, Romains, Arabes et Ottomans, ville de<br /> Kayseri (le tuf rocheux poreux est une cendre volcanique, 256 villes souterraines),<br /> Cappadoce (promenade dans la vallée de Zelv, grottes et grottes)<br /> d&#39;Uhisar et d&#39;Ortahisar, vallée de Derbent, cheminées de Fès de la vallée de Pasabag,<br /> Musée en plein air de Greme avec ses légendaires églises byzantines en pierre<br /> ou orthodoxe), Avanos, une usine de tissage de tapis orientaux<br /> Soie, Konya, première capitale turque, capitale du royaume de Roum, mosquée<br /> Alaeddin Camii, Madrasas Mamelouks (vieilles madrasas), Byk Karatay<br /> Medresesi et Ince Minare Medresesi, Caravansrails (ou Khans) sur la route de<br /> Soie autour d&#39;Aksaray et de Sultanhani, visitez Mevlana Trbesi ou Tekke<br /> Mevlana, autrement dit le monastère des derviches tourneurs de Mevlana<br /> (Le soufisme est un flux des débuts de l’islam sunnite), Mausol de<br /> Adeptes de Mevlana: les Turbe ou Cnotaphe, minorité des Alevis (électricité en panne<br /> Islam chiite), LES CINQ PILIERS DE LISLAM 2001 TURQUIE Ankara, capitale de l&#39;Est<br /> voir aussi les statues d&#39;Istanbul ex Byzanz ex Constantinople Hirothsion Karakus<br /> Géant de la colline d&#39;Arsameia Nymphaios Karakus Sesonk Samosata Darius Satrap Sleucos<br /> Pompe Royaume Sleucides Marc-Antoine Cloptre Empire Romain Rome Octave Grce<br /> Les Grecs grecs se battent contre les funérailles chypriotes chypriotes de Chypre<br /> Un carnet de notes du Kurdistan récite les contours des voyages gastronomie cuisine cuisine climat patrimoine<br /> Monde Humanité Universel UNESCO Antalya Souks Bazaars bazaar Colonies kurdes<br /> Turcs Grecs Seljuk Musulmans Persans Arabes Sunnites Islam Empire Ottoman<br /> Mouvement des Croisades de l&#39;Empire Byzantin Génocide des Jeunes Turcs Arménie Avanos<br /> Konya Mustafa Kemal Pacha dit Kemal Atatrk Kemal Atatrk Sultan Sultanat<br /> Ville Kaleii Anamur Mamure Kalesi Kiz Kalesi, Tarse Ville de naissance de Saint Paul Harbour<br /> Adana Antioch Camp Adiyaman Turkmène Mamluk Montagne Trbe Nemrut Nemrut<br /> Monument commémoratif du tumulus Dag Nemrut Commange Antiochus I statue monumentale Commange<br /> Zeus-Oromasden Apollo-Mithras Barrage de l&#39;Euphrate Hracls-Artagns-Ars Atatrk<br /> Karhaman Maras Cappadoce Cités souterraines de Kayseri dans la vallée de Zelv<br /> Uhisar Ortahisar Politique Artisanat d&#39;art Artisans Architecture Culture Civilisation<br /> Coutumes Traditions Histoire Géographie Géographie Sites Monuments<br /> paysages costumes langues dialectes folklore traditionnel folklore<br /> habitat appartements vallée cheminée Derbent fès mausole vallée muse Pasabag<br /> Les habitants des cavernes en plein air dans les églises rupestres de la première capitale de Konya<br /> Capitale turque Royaume Mosquée Roum Alaeddin Camii Madrassas Byk Karatay Medresesi<br /> Ince Minare Medresesi Route de Karawansen Khan La Soie à Aksaray visite Mevlana Trbesi<br /> Couvent Tekke Mevlana Derviches tourneurs<br /> ================================================== ============</p> <p>TURQUIE Sud-Ouest<br />autour de Lycia</p> <p>Avril-mai 2011 </p> <p>&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8211; &#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;<br />retour<br /> aux VOYAGES &#8230;</p> <p>Aperçu historique &#8230;</p> <p>De l&#39;antiquité<br /> à l&#39;empire ottoman <br />La région de la Turquie d&#39;aujourd&#39;hui était occupée<br /> au 2e millénaire avant notre ère des peuples indo-européens, les Hittites<br /> puis par Phrygier et les Grecs (Achéens de Troie). <br />Kurdes<br /> forment un peuple iranien d’Asie occidentale d’ascendance indo-européenne,<br /> Les habitants principalement des montagnes du Taurus et de la<br /> Zagros. Ils se seraient installés dans cette région charnière<br /> d&#39;Asie Mineure depuis le 7ème siècle. Colombie-Britannique. JC. Leur territoire était permanent<br /> conquis ou démembré par ses voisins ou par de puissants empires (Perse,<br /> Grec, romain, mongol, ottoman). Mais ils en parlent d&#39;abord<br /> dixième et onzième siècle. Ils ont été convertis à l&#39;islam et sont pour la plupart sunnites<br /> Chafiites, cependant, qu&#39;il y a aussi des chiites et des membres du culte:<br /> Alevis et Yazidis (représentant les croyances anticipées par les islamistes). Nous comptons<br /> Aujourd&#39;hui, environ 16 millions de Kurdes vivent, dont 7 en Turquie et 6 en Iran. </p> <p>Après l&#39;invasion des nomades cimmériens (-700), le territoire est pris<br /> La Turquie était occupée par les Perses (-546) et conquise par<br /> Alexandre le Grand au 4ème siècle avant JC. JC. tandis que le peuple celtique a installé les Galates<br /> sur le plateau central autour de la région d&#39;Ankara. <br />La terre se termine<br /> passer sous le contrôle de l&#39;empire romain. L&#39;empereur Constantin le<br /> Fondée à Constantinople (aujourd&#39;hui Istanbul) en 324, elle est devenue le<br /> Capitale de l&#39;empire romain d&#39;Orient en 395, puis de l&#39;empire byzantin<br /> en 476. <br />Il a ensuite été attaqué par les Perses et les Arabes (ces derniers)<br /> était allé à la conquête du Moyen-Orient, le Maghreb,<br /> d&#39;Espagne et d&#39;Asie centrale depuis l&#39;avènement de l&#39;islam<br /> au septième siècle). </p> <p>Enfin, les Seljuks ont envahi l&#39;Anatolie.<br /> Ce sont des descendants d&#39;une tribu turkmène (Oghuz ou Oghouz), un peuple<br /> vivre au septième siècle en Mongolie. <br />Ils se sont convertis à l&#39;islam sunnite<br /> au 10ème siècle quand ils se sont installés entre l&#39;Aral et la mer Caspienne<br /> leur émigration vers l&#39;ouest. Ils sont arrivés de Boukhara (Ouzbékistan)<br /> en Iran (à cette époque, Transoxiane). Ils ont soumis les zones de l&#39;Irak vers 1050<br /> et l&#39;Iran actuel. Puis ce fut la Syrie, la Palestine et l&#39;Anatolie<br /> (Turquie) sous leur contrôle, ce qui est total en Asie Mineure<br /> de leur victoire sur l’empire byzantin (bataille de Manzikert<br /> 1071). Ils s&#39;installent à Konya (nous y irons). <br />Après l&#39;invasion<br /> Mongols de 1303, les Turcs de Seljuk ont ​​été remplacés par<br /> Une autre branche de l&#39;Oghouz, qui a été repoussée par les Mongols à l&#39;ouest.<br /> Ils prennent le nom de leur chef Osman (Othman ou Uthman) et sont freinés<br /> dans son expansion par l&#39;invasion mongole de 1402. <br />La partie européenne est-elle restée &#8230;<br /> En 1453, Constantinople tomba entre les mains des Turcs ottomans et les fit fabriquer<br /> leur capitale. </p> <p>La question des croisades <br />Au début du 11ème siècle<br /> À partir du 18ème siècle, l&#39;Empire Ottoman va confronter les puissances chrétiennes par la force<br /> Europe. <br />Il y avait d&#39;abord les 8 &quot;grandes croisades&quot; à livrer<br /> la Terre Sainte est tombée entre les mains des &quot;infidèles&quot;<br /> Musulmans) après la défaite de Mantzikert<br /> des Turcs Seldjoukides aux Byzantins en 1071. <br />Ces envois coûteux,<br /> Initié par la papauté, pèlerins mixtes<br /> et chevaliers dans les bras, ainsi que les objectifs effectivement poursuivis<br /> étaient confus. <br />Autres croisades dont le but n&#39;était pas<br /> le plus rachat de la Terre Sainte est arrivé<br /> 1241e <br />De nombreuses croisades étaient encore organisées du XIVe au début<br /> 18ème siècle. contre les Turcs et les Barbares. </p> <p>À son apogée<br /> Au 17ème siècle, l&#39;empire ottoman allait bien au-delà de l&#39;Anatolie. <br />&#8211; dans<br /> La péninsule arabo-persane couvre presque tout le Moyen-Orient et<br /> les pays du Caucase: une partie de l&#39;Iran, l&#39;Irak, la Syrie, le Liban, la Jordanie,<br /> Palestine, Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie, Ukraine du Sud.<br /> <br />Dans les Balkans: de la Grèce à la Bulgarie, en passant par la Roumanie<br /> et la Hongrie (Vienne fut même assiégée en 1683). <br />&#8211; dans<br /> le bassin méditerranéen, en plus des pays mentionnés, l’ensemble de la côte<br /> Africaine, de l&#39;Egypte à l&#39;Algérie. </p> <p>Le plus célèbre<br /> Sultan est Soliman le Magnifique, qui a régné au 16ème siècle<br /> dans un empire où le pouvoir politique allait de pair avec certains<br /> Tolérance. </p> <p>Au XIXe siècle, l&#39;Empire ottoman appelé &quot;l&#39;homme&quot;<br /> malade de l&#39;Europe &quot;, est menacé dans les Balkans de toutes parts<br /> (Grèce &#8230;), en Syrie, en Egypte &#8230; jusqu&#39;à la défaite<br /> par les Russes en 1878. <br />La mise en place d&#39;un système parlementaire<br /> échoue et fait face à un retour de l&#39;autoritarisme, en 1908,<br /> le mouvement des &quot;jeunes Turcs&quot; partisans d&#39;un empire libéral.<br /> Pendant ce temps, l&#39;empire s&#39;effondre sous la pression de<br /> Français (Tunisie), Italien (Libye) .. </p> <p>La question de l&#39;émancipation<br /> L&#39;Arménie chrétienne sera une grande épine dans les yeux<br /> la fin de l&#39;empire ottoman et pour la jeune République turque. pogromes<br /> Parmi eux, plus de 1 500 000 Arméniens ont été victimes en 1895 et 1896<br /> dans les villes en Turquie (dont 7000 à Istanbul). C&#39;est en 1909<br /> Adana (nous insisterons) sur le massacre de 20 000 Arméniens.<br /> <br />Mais le pire devrait venir &#8230; </p> <p>Avec les guerres balkaniques<br /> (1912-1913) La Turquie est dans une phase majeure du conflit avec<br /> La Grèce, qui permet à la Grèce de doubler son territoire<br /> (Macédoine, Thessalie, Crète et Îles de la mer Égée). </p> <p>la<br /> Question arménienne <br />et la première guerre mondiale <br />avec<br /> Pendant la Première Guerre mondiale, les Turcs ont dû s&#39;allier avec les Allemands<br /> faire face aux armées russes (jusqu&#39;à la révolution de 1917),<br /> Français et anglais, mais sans succès<br /> traverser les Dardanelles alors que les Arabes de Syrie et de Palestine se rebellent<br /> contre la domination ottomane. </p> <p>Dans ce conflit mondial, les Arméniens<br /> maltraité en Turquie depuis 1895 (voir ci-dessus)<br /> déchirés entre les forces opposées (russes et ottomanes) en raison de la séparation<br /> leur territoire. 180000 Arméniens font le choix de s&#39;inscrire<br /> dans l&#39;armée russe, alors que le 7 avril 1915, la ville de Van (à l&#39;est)<br /> rebelles et forme un gouvernement provisoire<br /> Arménien. En réponse, les jeunes leaders turcs décident<br /> déporter toute la population arménienne vers la République fédérale<br /> Déserts de Mésopotamie. Environ 1 million d&#39;Arméniens ont été tués<br /> (La moitié des Arméniens en Turquie, qui ne reconnaît pas<br /> 300 000 victimes). </p> <p>En mai 1919, les forces alliées débarquent<br /> à Smyrne. Dans le camp des vaincus, la Turquie perd son empire<br /> puis risque le démembrement de son territoire anatolien. <br />Face à<br /> C&#39;est un officier, Mustafa Kemal Pasha (né à Thessalonique, en Grèce)<br /> Organise la lutte pour l&#39;intégrité et l&#39;indépendance<br /> de la Turquie. De 1920 à 1922, Mustafa Kemal Pacha a soutenu le<br /> Soviétiques (et officieusement des Français et des Italiens)<br /> soutient la guerre d&#39;indépendance contre les Grecs<br /> les Anglais. </p> <p>La république turque </p> <p>La chute de l&#39;empire<br /> L&#39;empire ottoman a mené en 1922 à un nouveau conflit victorieux pour la jeune république<br /> La République turque et la Grèce doivent avoir la Thrace orientale, y compris Istanbul (la<br /> perdra son rôle de capitale avec la chute de l’empire). La paix est enfin<br /> Signé en 1923 avec la jeune République de Turquie<br /> sa tête Mustafa Kemal Pacha maintenant mieux connu sous le nom de &quot;Kemal<br /> Atatürk &quot;Cela entraîne des transferts de population: 400 000 Turcs<br /> émigrer de la Grèce vers la Turquie alors qu&#39;un million de Grecs<br /> de la Turquie font le contraire. </p> <p>Réformes réalisées par<br /> le héros de la guerre d&#39;indépendance maintenant au sommet<br /> du pays sont de différentes sortes: </p> <p>Politique: système parlementaire<br /> chambre unique, émanation d&#39;un parti unique, pouvoirs cumulatifs<br /> Législative et exécutive élue directement pour quatre ans<br /> En réalité, cependant, le pouvoir exécutif est inclus<br /> le président de la République, a également élu les quatre<br /> Années de l&#39;assemblée et des ministres. Le pluripartisme, cependant<br /> n&#39;est autorisé que depuis 1946.</p> <p>Social: lois anti-religieuses<br /> avec la suppression des établissements d&#39;enseignement religieux,<br /> Tribunaux musulmans, la reconnaissance des mariages religieux, l&#39;obligation de<br /> tout le monde porte un nom de famille, interdit les ordres, confréries,<br /> de n&#39;importe quel costume religieux, en adoptant des normes légales inspirées du code<br /> Occidentaux, le calendrier grégorien, l’alphabet latin (à<br /> la place de l’alphabet arabe), qui remplace de nombreux mots arabes et persans,<br /> Enseignement scolaire (uniforme). <br />Les femmes ont même le droit de voter<br /> en 1934, 10 ans avant la France, mais après les États-Unis (1920) et la<br /> Royaume-Uni (1928). </p> <p>Économie: les entreprises non turques étaient petites<br /> Epuisé, les banques nationales ont pris le contrôle<br /> Exploitation des ressources minérales et des matières premières,<br /> L’Etat à son tour a pris le contrôle de l’industrie, des chemins de fer<br /> ont été nationalisés, d’autres réseaux de communication ont été mis en place,<br /> même encouragé l&#39;agriculture à commencer à réformer<br /> Agricole. Ces réformes radicales devraient constituer la base sur laquelle<br /> serait plus tard basé sur une classe d&#39;entrepreneurs et un secteur privé<br /> toujours plus dynamique. </p> <p>Ces réformes radicales et révolutionnaires,<br /> visant à rompre avec les valeurs politiques, sociales et culturelles ottomanes.<br /> qui a été considéré comme totalement obsolète<br /> en ce qui concerne les pouvoirs des empires, qui sont ensuite représentés par les divers<br /> Pays d&#39;Europe occidentale. </p> <p>Avoir atteint une sorte de neutralité<br /> Au cours de la seconde guerre mondiale, la Turquie est devenue membre de l&#39;organisation<br /> Nations Unies depuis 1945 et OTAN depuis 1954 (bases américaines)<br /> depuis 1947 pour obstruer les objectifs de Staline). </p> <p>multipartisme<br /> est autorisé depuis 1946, ce qui devrait être traduit par l&#39;accès<br /> au pouvoir du parti démocrate en 1950. Mais la démocratie reste<br /> fragile, comme le prouvent les coups d&#39;État militaires de 1960,<br /> 1971 et 1980. La démocratie a récupéré plus<br /> stable depuis 1983 (constellation 1982). </p> <p>Dans les années 1970<br /> Un terrorisme d&#39;extrême droite a été perpétré contre les forces armées<br /> Gauche (politiquement et syndicalisée) par les commandos du Front national. </p> <p>la<br /> Question chypriote <br />Un conflit entre la Grèce et la Turquie depuis 1963<br /> sur l&#39;île de Chypre. <br />L&#39;île est divisée en deux parties,<br /> depuis que le nord a été occupé par la Turquie en 1974.<br /> La situation s’est aggravée jusqu’à l’été de 1999, dans le<br /> Les semaines ont commencé après le séisme en Turquie<br /> Un dégel entre Athènes et Ankara sur la question chypriote. </p> <p>Les discussions entre les dirigeants chypriotes grecs ont commencé<br /> et turc en décembre 1999 à New York sous les auspices<br /> l&#39;Organisation des Nations Unies, pour faire de l&#39;île un État<br /> Fédéral, avec deux zones et deux municipalités. </p> <p>La question<br /> kurde <br />Depuis l&#39;avènement de la République turque en 1923<br /> pose la question de l&#39;autonomie des Kurdes (surtout un peuple)<br /> entre la Turquie, l’Iran et l’Irak), ce qui représente 20%<br /> la population turque &#8230; <br />Dans les années 1925 et 1938, l’Etat turc avait<br /> Dans les provinces, il y a eu deux soulèvements majeurs<br /> d&#39;Anatolie, et les mouvements nationalistes kurdes sont retournés à<br /> surtout des années soixante-dix très actif<br /> dans l&#39;est du pays. <br />L&#39;extrême droite a exploité cette<br /> Région de tensions ethniques et religieuses pour répandre la terreur. par<br /> Exemple de groupes fascistes massacrés près de Kahramanmaras<br /> de deux cents personnes d&#39;origine kurde (la plupart des confessions chiites). <br />l&#39;état<br /> Le gouvernement turc n&#39;a jamais voulu reconnaître ouvertement que<br /> Problème, essayant toujours sérieusement de le développer<br /> à l&#39;exception de certaines mesures relevant d&#39;une politique régionale<br /> Atténuer les déséquilibres entre l&#39;Est<br /> et l&#39;ouest du pays. </p> <p>Les Kurdes s&#39;organisent au fil des ans<br /> En 1990, la guerre du Golfe contre l&#39;Irak a créé un espace de liberté<br /> à leurs frères irakiens. En plus d&#39;un mouvement terroriste<br /> avec le PKK (dont le chef Abdullah Öcalan est arrêté grâce au PKK)<br /> 1999 à la CIA et 2011 toujours en prison), un courant politique à peine<br /> s’exprimer (les députés kurdes sont élus<br /> Les partis démocratiques et les communautés des villes du sud-est<br /> Les pays sont conquis en 1999 par les partis kurdes. <br />La fête pour la paix et<br /> La démocratie fondée en 2008 est la vitrine juridique du PKK.<br /> Il a 20 sièges parmi les 550 députés et les félicite<br /> Autonomie.</p> <p>Un chemin étroit vers une véritable démocratisation<br /> se présente par la reconnaissance progressive des droits des<br /> Les Kurdes et une forme d&#39;autonomie locale. </p> <p>&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8211; &#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;</p> <p>la<br /> La Turquie se caractérise par une économie ouverte, mais avec<br /> déséquilibres structurels, causes d&#39;inégalités majeures.<br /> <br />Problèmes politiques et crise économique actuelle<br /> Les années 1990 ont contribué à la montée d&#39;un<br /> Parti Islamiste, le Parti Justice et Développement<br /> (AKP), qui a supplanté le Parti républicain du peuple (CHP),<br /> le parti kémaliste historique et parti unique jusqu&#39;en 1946. <br />depuis lors,<br /> grâce aux problèmes politiques et à la crise économique<br /> Dans les années 1990, Erdogan est devenu Premier ministre en mars 2003.<br /> le succès législatif de son parti en 2002 (34% des voix et 2/3<br /> Sièges pour l&#39;AKP). Contrairement à cette année<br /> ses prédécesseurs, il a refusé de rejoindre le poste<br /> les États-Unis en refusant de s&#39;engager dans la guerre en Irak.<br />Le Srcutin<br /> En 2007, l&#39;AKP a confirmé avec 47% des voix et toujours un peu moins des 2/3 des voix<br /> Sièges. Recep Tayyip Erdogan est toujours Premier ministre alors qu&#39;Abdullah<br /> Gül est élu président de la République. Le pacte envisagé<br /> comme un parti &quot;démocratique musulman&quot; qui n&#39;est pas après l&#39;un. recherché<br /> Etat islamique a plus de liberté d&#39;expression dans l&#39;Islam<br /> Société.<br />Les élections parlementaires qui ont eu lieu<br /> 12 juin 2011 sont toujours dans la même direction, l&#39;AKP reçoit 46,6%<br /> Votez pour près de 60% des sièges.</p> <p>Le référendum<br /> 12 septembre 2010 réduit le pouvoir de l&#39;armée,<br /> renforcé les droits des individus et vise à les réconcilier<br /> aux exigences des droits de l&#39;homme de l&#39;Union européenne.<br /> Droits de l&#39;homme et reconnaissance du droit international. </p> <p>Membre associé<br /> Ce statut est accordé à la Communauté européenne depuis 1964<br /> pays candidats à l&#39;intégration dans l&#39;Union européenne<br /> en 1999.<br />Malgré les progrès de l&#39;organisation<br /> La politique, les droits de l&#39;homme (et les droits des femmes), les questions kurdes et<br /> Arméniens, la peur de l&#39;islamisme, qui s&#39;exprime en Occident, condamnée<br /> probablement la Turquie à rester à ce stade.</p> <p>donner<br /> une période d&#39;insatisfaction et de démission<br /> Dans cette situation de rejet a pris fin le gouvernement turc et l&#39;opinion<br /> adaptons et nous sentons un développement vers de plus en plus de postes<br /> Nationalistes. Le pays s&#39;est éloigné des États-Unis (à la guerre)<br /> en Irak) et avec Israël (affrontement avec le président israélien<br /> à Davos en 2009) en se positionnant comme intermédiaire<br /> entre l&#39;Occident et le monde arabe dans une stratégie diplomatique de &quot;zéro&quot;<br /> Problème &quot;, position très favorable pour l&#39;échange<br /> à tel point que nous parlons d&#39;un &quot;modèle turc&quot; &#8230; <br />mais<br /> d&#39;où l&#39;ambiguïté des positions turques dans les contextes<br /> Jasmin et autres révolutions du printemps arabe 2011.<br /> Le gouvernement turc était lent et timide dans ses croyances<br /> Dictateurs en Tunisie, en Libye (où le bâtiment turc est très présent)<br /> Egypte (bien que le président Abdullah Gül se soit rendu au Caire<br /> après la chute de Hosni Moubarak) ou de la Syrie &#8230;</p> <p>Retour à<br /> VOYAGE &#8230; </p> <p>Circuit à LYCIE, CARIE, IONIE et PAMPHYLIE<br />adapté<br /> extrait de &quot;World Factbook&quot; © 2002 &#8211; CIA </p> <p>suspendu<br /> géographique &#8230;</p> <p>La Turquie appartient au Moyen-Orient. un<br /> cependant, une petite partie du pays (à l&#39;ouest) est<br /> Europe. <br />Istanbul, la plus grande ville du pays avec près de 10 millions d&#39;habitants<br /> habité des deux côtés du Bosphore,<br /> Cependant, ce n&#39;est pas la capitale du pays depuis la chute de l&#39;Empire Ottoman. Ankara<br /> La capitale est la deuxième ville avec 3 millions d&#39;habitants. </p> <p>C&#39;est un<br /> vaste pays de 780000 km² (une fois et demie la France), comprenant 7200 km²<br /> Littoral et 2600 km de frontière terrestre. </p> <p>Le relief de<br /> La Turquie est très diverse et dominée à l&#39;est du pays<br /> à travers les montagnes d’Ararat (elles culminent en 5 165, lieu mythique où<br /> L&#39;Arche de Noé aurait été échouée, selon la Bible. <br />sur<br /> Environ 400 km (d&#39;Antalya à Adana) sont les côtes<br /> La mer Égée et la Méditerranée sont dominées par<br /> Taurus, le deuxième massif du pays à l&#39;est,<br /> à Aladag (3 756 m). </p> <p>La Turquie compte 77 millions d&#39;habitants<br /> et rattrapera rapidement l&#39;Allemagne avec ses 82 millions d&#39;habitants<br /> Le taux de fécondité est de 2,1 enfants par femme (1,4<br /> en Allemagne).<br />La population turque est aux trois quarts urbaine. espoir<br /> de la vie est 72 pour les hommes et 76 pour les hommes.<br /> Les femmes. Près de 90% de la population a des compétences en lecture et en écriture<br /> (80% des femmes)<br />La majorité de la population turque provient de peuples<br /> Turkmène d&#39;Asie centrale. Le pays compte cependant<br /> nombreuses communautés ethniques: Kurdes, Arabes, Grecs, Arméniens<br /> et les juifs. L&#39;islam est la religion de plus de 98% de la population turque. </p> <p>Ce pays est caractérisé par une économie ouverte,<br /> mais avec des déséquilibres structurels qui sont la cause d&#39;une grande inégalité.<br />en<br /> En 1999, comme en 1990 et 1994, la Turquie a dû signer des accords de stabilisation<br /> avec le F.M.I. et engager une austérité économique<br /> et les réformes structurelles. </p> <p>Croissance dans les années 1990<br /> Le PIB par habitant a augmenté à 3,5%. 100 par an contre 2,8<br /> dans les décennies précédentes. Au fil des ans<br /> En 2000, le taux de croissance du PIB a varié entre 5% et 9%. Il s&#39;est établi<br /> 8,9% en 2010, contre 1,5% dans l&#39;ensemble de l&#39;Union européenne.<br />la<br /> Le PIB par habitant a augmenté de 50% entre 2005 et 2010<br /> à 15000 $ est la moitié du nombre pour les Grecs &#8230;</p> <p>inflation<br /> est sous contrôle et l&#39;introduction de la nouvelle livre turque en 2005<br /> témoigner à cela (ça vaut 1 million de vieux livres!).<br />aujourd&#39;hui<br /> La Turquie est la 15ème économie mondiale avec une économie saine,<br /> 7ème partenaire commercial de l&#39;Union européenne. échanges<br /> Les croix représentent environ 100 milliards d’euros, avec une légère<br /> Excédent commercial des pays de l’Union.</p> <p>Le secteur agricole<br /> (y compris la production de blé et la pêche) est le secteur le plus important<br /> L&#39;économie turque en termes d&#39;emplois.<br />pays<br /> de l&#39;agriculture méditerranéenne (production d&#39;olives, d&#39;agrumes, de vignes,<br /> Noisette &#8230;) est resté très familial, car il représente un emploi agricole<br /> encore plus de 35% avec une contribution de seulement 10% au PNB. Néanmoins, 70%<br /> La production est exportée (par exemple, c&#39;est le plus gros exportateur<br /> Huile d’olive) particulièrement au Canada, aux États-Unis ou en Russie. En plus<br /> Les Turcs mangent peu de viande rouge.</p> <p>Croissance industrielle (textiles,<br /> Industrie alimentaire, sidérurgie, mines (bore) et pétrole &#8230;)<br /> est très fort. Votre contribution au PNB est de 30%. La Turquie est la seconde<br /> producteur mondial de verre plat et deuxième exportateur de bijoux. Au niveau<br /> La Turquie européenne est le premier producteur de télévision dans un pays<br /> et engrais et le premier exportateur de marbre &#8230;<br />Mais l&#39;industrie aujourd&#39;hui<br /> les plus difficiles sont les services, qui contribuent à hauteur de 60%<br /> Formation du PNB. 15 millions de Turcs se pressent dans l’apparat ce week-end<br /> Les centres commerciaux (on verra dans les banlieues d&#39;Antalya).<br />Sur le front de l&#39;énergie<br /> La Turquie envisage de construire une centrale nucléaire dans le nord<br /> du pays où un tremblement de terre s&#39;est produit (à Izmit)<br /> qui a causé 17500 décès en 1999 (la même région<br /> faites connaissance avec un nouveau moins dramatique, le 19 mai 2011). Ce projet<br /> Les jeunes (surtout Green Peace) surtout depuis<br /> le drame japonais de Fukushima.</p> <p>1999 La Turquie reçoit le statut<br /> pays candidats à l&#39;intégration dans l&#39;Union européenne </p> <p>Ce pays est membre associé de la Communauté européenne<br /> depuis 1964. <br />A partir de ce moment il y a la possibilité d&#39;une adhésion<br /> Il reste également pleinement conscient de cette<br /> Certains pays du sud de l&#39;Europe étaient encore des dictatures<br /> et cette Europe centrale se tenait derrière le rideau de fer: <br />&#8211; le salazarisme<br /> jusqu&#39;en 1968 au Portugal et jusqu&#39;en 1969 en Espagne en France<br /> dans la communauté en 1986 <br />&#8211; régime des colonels en Grèce<br /> jusqu&#39;en 1975, un pays a rejoint la Communauté en 1981. <br />&#8211; États<br /> d&#39;Europe centrale est entrée dans l&#39;Union européenne en 2004 (qui a<br /> 1993) après la chute de<br /> Mur de Berlin 1989.</p> <p>Le 1 er janvier 2005, le pays a fondé son nouveau<br /> L&#39;argent dans le contexte d&#39;Infaltion enfin maîtrisé et le 3 octobre<br /> la même année a commencé le laborieux et infructueux<br /> Négociations d&#39;adhésion avec l&#39;Union européenne. </p> <p>la<br /> le moment de l&#39;adhésion de la Grèce, au début de la<br /> En 1980, la Turquie avait déjà un niveau de développement important<br /> supérieur à ce dernier. En raison de l&#39;intégration<br /> et l&#39;aide accordée à la Grèce ne devrait pas être plus<br /> l&#39;affaire &#8230; <br />Le contraire est le cas. Grèce, mal gérée<br /> (Dette publique) s&#39;enfonce dans une crise qui mine les institutions<br /> l&#39;Union européenne et l&#39;Euroland en particulier pendant la Turquie<br /> qui est maintenu au bord de l&#39;Union prospère! Rappelez-vous qu&#39;en 2010<br /> Il y avait une croissance de 9% (pendant cette période de déclin<br /> La Grèce est de l’ordre de 4%!) À un taux d’inflation de 4%. chômage<br /> c&#39;est honorable 9% &#8230;</p> <p>Mais la menace islamiste existe depuis dix ans<br /> Des années comme les nouvelles mosquées et les<br /> porte le voile. <br />Le parti au pouvoir, l’AKP (Parti pour la justice et le<br /> le développement ou Adalet ve Kalkinma Partisi est un parti conservateur islamique)<br /> occupe depuis longtemps une position ambiguë. Rappelez-vous ce qui a été dit<br /> Recep Tayyip Erdogan 1997 &quot;Les minarets sont nos baïonnettes, les<br /> Les dômes sont nos casques et les croyants, notre armée &quot;.</p> <p>MALGRÉ<br /> LA TURQUIE EST TOUT UN PAYS SUR LA VOIE DE L&#39;AVENIR &#8230;</p> <p>Ce drapeau a remplacé l&#39;ancien drapeau de l&#39;empire ottoman<br /> au milieu une ellipse avec un fond vert et trois croissants<br /> or. </p> <p>PUBLICITÉ OU PUBLICITÉ &#8230;</p> <p>Nous y sommes donc<br /> où certains (surtout des voyagistes ou des voyagistes) se qualifient parfois<br /> de &quot;Travel-Pan&quot; avec probablement le plus important de ces voyagistes<br /> spécialisé en Turquie et dit être &quot;très faible<br /> Les coûts » &#8230;<br />Un circuit de 8 jours pour 398 € par personne<br /> (Chambre double) tout compris: vol AR avec frais d&#39;aéroport, bus, guide,<br /> Visites de sites, hébergement et repas (petit-déjeuner,<br /> Déjeuner et diner). C&#39;est environ trois fois moins cher que dans les hippodromes<br /> de même taille (Corse, Sicile, Sardaigne, Cappadoce) vendus par les voyagistes<br /> traditionnelle. Si cette formule peut parfois devenir un fiasco<br /> Certains (voir forums), dans notre cas c’était un voyage avec<br /> Un rapport qualité / prix remarquable qui émane de l&#39;émoticône souriant<br /> Attribué à ce voyage dans la page d&#39;accueil générale.<br /> La qualité du guide (ici le guide) et l’atmosphère de groupe<br /> Il n&#39;y a pas de doute pour une partie.</p> <p>&#8230; aussi avec quelques étoiles<br /> et quelques prix cachés &#8230;</p> <p>Bien sûr, louer la publicité<br /> Pour ce type de circuit a un côté exagéré et même<br /> Déception: nous essayons de nous faire croire qu&#39;en tant que lecteur d&#39;une telle revue<br /> En tant que magazine ou client d&#39;un tel catalogue, nous jouissons d&#39;un privilège<br /> &quot;Offre réservée aux lecteurs de &#8230;&quot;, alors il y a ça<br /> Prix ​​d&#39;appel &quot;pour vous seulement 149 €&quot;, autocar climatisé<br /> Deluxe (en fait un bus Mercedes qui a vécu un peu!), Logement<br /> (Petit déjeuner compris) dans des hôtels 4 * ou 5 * mais à Fethiye<br /> Le Mendos Hotel n’est que 3 * &#8230; et il s’agit des standards turcs. Nous nous échappons<br /> à la dispute &quot;avec les services d&#39;un dirigeant francophone&quot;<br /> Concurrent de notre TO, ce tour opérateur étant satisfait du &quot;guide touristique francophone&quot;<br /> &quot;(notre guide a été jeune dans l&#39;industrie depuis<br /> Peu de temps avant était un agent avec des excursions en compagnie<br /> Les hôtels restent loin de la côte). Porte la &quot;déception&quot;<br /> Principalement du côté logistique, mais le programme de visites<br /> Lieux et monuments, l&#39;essentiel pour moi, était parfait<br /> être respecté.<br />En bref, il ne faut pas être naïf, il faut d&#39;abord<br /> Lire le prospectus: Ajouter un éventuel supplément au<br /> Mois (50 € en avril, 100 € en mai), ajouter aux taxes d&#39;aéroport<br /> (40 €) et le fameux forfait de base &quot;Culture et Gastronomie&quot; 159 €<br /> ce qui signifie que les entrées dans les sites et les musées et les repas,<br /> à régler sur place &#8230; Il n&#39;y a pas de quoi débattre dans notre<br /> groupe sur le principe de ce forfait alors que cela alimente des polémiques<br /> sur les blogs dans la mesure où certains voyageurs croient qu&amp;#39;il leur serait<br /> possible de gérer directement leurs repas (voire de ne pas effectuer telle<br /> ou telle visite). Or cela s&amp;#39;avère en pratique impossible car les arrêts<br /> du midi ou l&amp;#39;emplacement des hôtels sont le plus souvent isolés ou<br /> à l&amp;#39;écart d&amp;#39;agglomérations (sauf à Myra). <br />Ajoutons<br /> toutefois que ce forfait peut, sur place, devenir carrément &quot;impérial&quot;<br /> en ajoutant 60€ pour quelques prestations optionnelles: excursion à<br /> l&amp;#39;île de Kekova, visite du village &quot;grec&quot; de Sirince et spectacle<br /> de musique, chants et danses traditionnels. Notre guide, contrairement à<br /> d&amp;#39;autres n&amp;#39;a pas fait le forcing et a permis de dissocier les options: 20€<br /> pour Kekova, 25€ pour Sirince et 35€ pour le spectacle folklorique (nous<br /> n&amp;#39;avons personnellement pas retenu cette dernière option).</p> <p>autre<br /> sujet de polémique, le programme prévoit la visite de trois magasins<br /> nommés &quot;centre artisanal de tapis&quot;, &quot;atelier de joaillerie<br /> artisanale&quot; ou &quot;manufacture de cuir&quot;. Certes, il y a bien peu d&amp;#39;artisanat<br /> dans tout ça mais personne n&amp;#39;est obligé d&amp;#39;entrer dans les salles<br /> de vente, ni d&amp;#39;y acheter. De plus, il faut savoir que pour certaines personnes<br /> la perspective d&amp;#39;achats dans ces magasins a fait partie de leur motivation pour<br /> ce voyage. J&amp;#39;ajoute que bien rares doivent être les touristes qui dans des<br /> circuits vendus 2 ou 3 fois plus chers ne se sont pas trouvés tout autant<br /> conduits par leur guide sur le seuil de tels établissements.</p> <p>Ayant<br /> passé sur ces &quot;petits travers&quot;, j&amp;#39;en viens à la question<br /> clef &quot;Où est le truc pour produire des prestations à si bas<br /> coût?&quot;. Avec un esprit suspicieux, certains pourraient penser que c&amp;#39;est<br /> une filière de blanchiment d&amp;#39;argent sale&#8230; Heureusement, les choses doivent<br /> être d&amp;#39;une autre nature. <br />On est là dans des filière turco-turques:<br /> gérant du TO d&amp;#39;origine turque, compagnie charter turque, grands hôtels<br /> sur des lieux de séjour balnéaire qu&amp;#39;il faut remplir en morte saison,<br /> grands halls de restauration (et non pas &quot;Grands restaurants&quot; au sens<br /> où on l&amp;#39;entend communément), participation des magasins de vente<br /> (selon la guide) ou subventions du Ministère turc du tourisme (logo indiquant<br /> &quot;Ass. de soutien touristique Turquie&quot;)&#8230; cela pourrait expliquer pourquoi<br /> la liberté de parole de la guide était quelque peu entravée.<br /> Il y a sans doute aussi un petit tour de passe-passe monétaire avec le<br /> forfait pour les visites et les repas à régler sur place (en Euros).</p> <p>elle<br /> faut remarquer aussi que les prix peuvent être tirés en raison du<br /> remplissage des hôtels et restaurants que le TO est en mesure de garantir<br /> du fait qu&amp;#39;il assure pratiquement tous les jours des départs (sauf hiver<br /> et haute saison estivale) de l&amp;#39;une ou l&amp;#39;autre des villes françaises dont<br /> les aéroports desservent la Turquie.</p> <p> Notre avion Boeing 737 de la<br /> compagnie charter turque Sky Airlines décolle au complet (environ 190 passagers)<br /> et à l&amp;#39;horaire prévu (10h30) de l&amp;#39;aéroport de Nantes.<br />par<br /> un survol de Lyon et de Chambéry, nous avons une superbe vue sur les Alpes<br /> (le Mont Blanc).</p> <p>Puis le paysage disparaît sous les<br /> nuages jusqu&amp;#39;à notre arrivée en Turquie, au dessus de la partie<br /> occidentale de la chaîne des Taurus, avant notre atterrissage à Antalya,<br /> quatre heures plus tard. Il est 15h30, heure locale, compte tenu d&amp;#39;un décalage<br /> horaire d&amp;#39;une heure (14h30 à Paris). <br />La petite collation servie en<br /> vol (sandwich et pâtisserie) permettra de tenir jusqu&amp;#39;au soir.</p> <p>organisation<br /> remarquable pour la prise en charge des différents groupes similaires par<br /> le réceptif ITM -International Travel Marketing à l&amp;#39;arrivée<br /> à Antalya. <br />Quelques mots sur le groupe très agréable<br /> malgré un effectif assez important (41). Ages allant de 30 à 75<br /> ans pour une moyenne aux environs de 45-50 ans. Plus du tiers sont des enseignants<br /> (vacances scolaires de l&amp;#39;Ouest de la France), professeurs des écoles principalement.<br /> La majorité du groupe n&amp;#39;était jamais venu en Turquie. Notre groupe<br /> embarque dans un bus Mercedes (qui a peut être déjà eu une<br /> vie?) de la compagnie Emek Tur, conduit par notre toujours souriant chauffeur<br /> Memet.<br />N&amp;#39;oublions pas notre dynamique guide trentenaire NURCAN (prononcer [nurdjan&#8217;]).<br /> Seul bémol, contrairement à notre guide Kémal lors de notre<br /> circuit dans l&amp;#39;est en 2001, elle a refusé d&amp;#39;aborder les sujets sensibles<br /> tels que les questions kurdes et arméniennes, les rapports avec la Grèce<br /> et Israël. En revanche, elle n&amp;#39;a pas hésité à exprimer<br /> son hostilité à la poussée islamiste et à ironiser<br /> sur le dédain manifesté par l&amp;#39;Union Européenne à l&amp;#39;égard<br /> de son pays.</p> <p>Petite présentation de Nurca: ses grands-parents avaient<br /> été chassés de Crète suite aux conflits intercommunautaires<br /> entre chrétiens et musulmans (possession ottomane de 1715 à 1913<br /> et désormais grecque) en 1929, son père avait émigré<br /> en Allemagne avant de s&amp;#39;installer en France, à Sarrebourg, où elle-même<br /> est née. Elle est revenue tardivement en Turquie, laissant une partie de<br /> sa fratrie en France, et elle reconnaît que sa réadaptation n&amp;#39;a pas<br /> été facile mais désormais elle ne regrette pas son choix<br /> tant elle aime sa Turquie&#8230; </p> <p>Voici les 4 étapes de ce &quot;petit<br /> circuit&quot; de 1000km (!) autour de la Lycie: </p> <p>Côte sud-ouest:<br /> Myra, Kekova*, Lagune de Dalyan* (Kaunos, plage d&amp;#39;Iztuzu)<br />de Lycie en Carie<br /> puis en Lydie<br />Conditions de vie</p> <p>Site antique d&amp;#39;Ephèse***,<br /> Selçuk, Sirince<br />de Lydie en Ionie<br />Ecoles et scolarité </p> <p>Laodicée**, Hierapolis** , Pamukkale*** <br />d&amp;#39;Ionie à nouveau<br /> en Lydie (et Phrygie)<br />Protection sociale</p> <p>Antalya*, site antique<br /> de Pergé**<br />de Lydie en Pamphylie<br />Us et coutumes</p> <p>Site et<br /> paysage classé au Patrimoine Mondial de l&amp;#39;humanité de l&amp;#39;UNESCO repéré<br /> par le logo .</p> <p>&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8211; &#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;</p> <p>documentation<br /> et crédits</p> <p>mes notes de voyage <br />&quot;TURQUIE&quot; Collection<br /> le Guide du Routard 1998-99 aux Editions Hachette &#8211; Paris 1998 <br />&quot;TURQUIE<br /> de l&amp;#39;ouest&quot; par Astrid Lorber dans la collection Guides bleus Evasion aux<br /> Editions HACHETTE &#8211; Paris 1998<br />ainsi que, en ligne, les fiches et cartes libres<br /> du &quot;World Factbook&quot;<br />et surtout la fabuleuse encyclopédie libre<br /> en ligne Wikipédia (open GNU) <br />ainsi que de nombreux autres sites sur<br /> la toile&#8230; </p> <p>&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8211; &#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;</p> <p>&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8211; &#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;<br />BON<br /> A SAVOIR</p> <p> QUAND PARTIR ?<br />La configuration climatique du pays par<br /> sa diversité rend la réponse difficile à donner. Pour une<br /> réponse globale, on peut dire qu&amp;#39;avril-mai sont des mois favorables, échappant<br /> aux rigueurs de l&amp;#39;hiver, à la canicule estivale et aux pluies d&amp;#39;automne&#8230;</p> <p>SANTE<br /> :</p> <p>Boire plutôt de l&amp;#39;eau en bouteille encapsulée et limiter<br /> la consommation des crudités</p> <p> Décalage de +1 heure.</p> <p>Voltage 250 volts 50 HZ mais il faut parfois un adaptateur si les prises de nos<br /> équipements comportent une terre.</p> <p>ACHATS ET SOUVENIRS :<br /> Copies d&amp;#39;antiquités (attention à ne pas emporter d&amp;#39;antiquités<br /> authentiques), bijoux, pipes en écume de mer (minéral blanc, tendre<br /> et très léger, typique de Turquie), tapis, vêtements de cuir&#8230;</p> <p>MONNAIE<br /> ET CHANGE :<br />Il n&amp;#39;est pas nécessaire de changer de l&amp;#39;argent. Dans les<br /> secteurs touristiques, l&amp;#39;Euro est pratiquement la monnaie commune!</p> <p>En 2005,<br /> la nouvelle livre ou lire turque (YTL) a été mise en place .<br />1<br /> YTL (&quot;Yeni Türk Lirasi&quot;) = 1 000 000 TL (&quot;türk lirasi&quot;)<br />1<br /> YTL = 100 kurus<br />1 YTL = environ 0,50 euro</p> <p>FORMALITES, SECURITE<br />un<br /> simple carte d&amp;#39;identité (encore valable trois mois après la date<br /> d&amp;#39;entrée) suffit pour séjourner en Turquie pour une durée<br /> n&amp;#39;excédant pas 90 jours.<br />Concernant la sécurité, rien<br /> de particulier dans cette région touristique du sud-ouest du pays.</p> <p></p> <p>L&amp;#39;Antiquité en Anatolie | L&amp;#39;Empire Ottoman | La question des Croisades<br /> | La question arménienne | La République turque | La question de<br /> Chypre | La question kurde </p> <p>Page sur l&amp;#39;Art byzantin<br />Notions<br /> d&amp;#39;architectures sacrées à travers le temps et l&amp;#39;espace&#8230;</p> <p>_________________________</p> <p>Côte sud-ouest<br />Myra (Demre) (1)<br />Üçagyz<br /> &#8211; Ile de Kekova* (2) option<br />Lagune de Dalyan*: Kaunos, Iztuzu (3) </p> <p>Menu autour de la LYCIE <br />Retour aux VOYAGES </p> <p>A<br /> PROPOS DES CONDITIONS DE VIE EN TURQUIE&#8230; <br />Pouvoir d&amp;#39;achat</p> <p>par<br /> une inflation galopante au tournant des années 2000 (60%), le passage à<br /> la Nouvelle Livre en 2005 a été rendu possible par une inflation<br /> qui est ramenée à moins de 10% depuis 2003, un taux que le pays<br /> n&amp;#39;avait pas connu depuis 30 années.<br />Le SMIC turc équivaut à<br /> 350€ ce qui oblige à vivre avec une second salaire. Les fonctionnaires<br /> gagnent 600€.<br />Les Turcs consomment peu de viande rouge : une fois par<br /> Mois. Le kilo de viande coûte 35 Liras (soit environ 18€).</p> <p>boîtier</p> <p>L&amp;#39;équivalent<br /> de nos HLM est assuré par l&amp;#39;administration turque de développement<br /> de l&amp;#39;habitat (TOKI). Par ailleurs beaucoup d&amp;#39;Anglais achètent des immeubles<br /> pour les louer alors que les particuliers cèdent souvent un terrain à<br /> un promoteur en échange d&amp;#39;un (ou plusieurs) appartement(s). <br />Dans les<br /> villes, le prix d&amp;#39;un appartement dépasse souvent 65 000€ et celui<br /> d&amp;#39;une villa les 90 000€ (avec des records comme à Bodrum, le petit<br /> St Tropez turc !).</p> <p>L&amp;#39;explication des fers à béton laissés<br /> en attente au niveau de terrasse ne tiendrait pas de préoccupations de<br /> nature fiscale (pas d&amp;#39;impôts puisque non terminé) mais correspondrait<br /> à la prévision d&amp;#39;une surélévation pour loger le fils<br /> dans un étage supplémentaire voire le petit-fils.</p> <p>retour<br /> aux VOYAGES <br />Retour programme autour de la LYCIE </p> <p>&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8211; &#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;</p> <p>Etape<br /> suivante : Ephèse, Selçuk</p> <p>Nous quittons immédiatement<br /> Antalya en direction du sud, en longeant la côte occidentale du golfe d&amp;#39;Antalya,<br /> autrement dit la côte lycienne, sur un trajet de près de 70km. un<br /> douzaine de kilomètres au-delà de Kemer, nous arrivons dans la station<br /> balnéaire de Tekirova, à une douzaine de kilomètres au sud<br /> de Kemer.</p> <p>L&amp;#39;ANCIEN ETAT DE LYCIE&#8230;</p> <p>Cet ancien<br /> pays d&amp;#39;Asie Mineure a des origines lointaines. Son peuple cité par les<br /> Hittites au XVe s. av. J-C devint leur allié contre les Egyptiens (Ramsès<br /> II). Vers les années 1000 av. J-C, ce territoire fut envahit par des populations<br /> minoennes (de Minos, roi légendaire de Crète). Alliés des<br /> Troyens lors de la Guerre de Troie (XIIe s. av. J-C), ils furent vaincus par les<br /> Athéniens au VIIIe s. av. J-C. Ils se relevèrent et formèrent<br /> une confédération au VIe s. mais ils passèrent sous la domination<br /> des Perses achéménides au siècle suivant. La région<br /> passa ensuite au IVe s. sous le contrôle du royaume voisin de Carie (au<br /> nord de la Lycie) dont la capitale est Halicarnasse, royaume rendu célèbre<br /> par le nom du roi Mausole. Elle tomba après dans l&amp;#39;orbite de l&amp;#39;empire macédonien<br /> d&amp;#39;Alexandre et de ses lieutenants à la tête des fragments de cet<br /> empire (Ptolémées d&amp;#39;Egypte, Séleucides de Syrie) aux IIIe<br /> et IIe s. <br />Au Ier siècle avant J-C, la Lycie passa sous la domination<br /> de l&amp;#39;Empire romain. La division de l&amp;#39;Empire romain amorcée au VIe s. de<br /> l&amp;#39;ère chrétienne se confirma au siècle suivant et l&amp;#39;Asie<br /> Mineure fit partie de l&amp;#39;Empire romain d&amp;#39;Orient ou si l&amp;#39;on préfère<br /> de l&amp;#39;Empire byzantin. Cet empire résista tant bien que mal pendant les<br /> siècles suivants face aux peuples germaniques, aux Slaves, aux Perses sassanides<br /> puis aux razzias arabo-musulmanes. Jusqu&amp;#39;au XIIe s., l&amp;#39;Empire byzantin devenu<br /> orthodoxe (schisme de 1054) garda le contrôle de l&amp;#39;Asie Mineure ou Anatolie<br /> (en gros la Turquie actuelle) puis duit faire face aux Turcs seldjoukides et aux<br /> Mongols arrivant de l&amp;#39;est, aux Bulgares, Vénitiens et Normands venant de<br /> l&amp;#39;ouest ainsi qu&amp;#39;aux Croisés catholiques. Au cours du XIVe s., l&amp;#39;Anatolie<br /> occidentale tomba au pouvoir des Turcs et, par le fait, du futur Empire ottoman.</p> <p>en<br /> l&amp;#39;Antiquité, cette région fut à la fois influencée<br /> par la civilisation hittite mais aussi par la Grèce: alphabet, panthéon,<br /> sculpteurs grecs pour orner les tombes royales.<br />L&amp;#39;apport original de la culture<br /> de cette région réside dans la construction de tombes rupestres<br /> creusées à flanc de falaises et décorées comme les<br /> temples Grecs.</p> <p>PETIT VOCABULAIRE DE BASE&#8230;</p> <p>NURCAN nous<br /> initie rapidement à quelques notions.</p> <p>günaydin : bonjour (le<br /> matin)<br />nasilsiniz : comment allez-vous ?<br />merhaba : bonjour, salut (dans<br /> la journée)<br />allaha ismartladik : au revoir<br />güle güle: au<br /> revoir (en réponse)<br />séréfé : honneur (à<br /> ta santé !)<br />tesekkür ederim : merci<br />evet, hayir : oui, non<br />çok<br /> tesekkür ederim : merci beaucoup<br />ne kadar? : combien ça coûte?<br />çok<br /> pahali : c&amp;#39;est trop cher<br />beyaz sarap, kirmisi sarap : vin blanc, vin rouge<br />sen<br /> çok güzel : vous êtes très jolie<br />On remarque la construction<br /> particulière des phrases et expressions &quot;beaucoup merci&quot;, &quot;beaucoup<br /> cher&quot;, &quot;blanc vin&quot;, &quot;vous beaucoup jolie&quot;&#8230; </p> <p>L&amp;#39;avantage<br /> du turc, c&amp;#39;est l&amp;#39;alphabet latin qui a été adopté et adapté<br /> en 1920 pour son écriture.</p> <p>Particularité de prononciation:<br />c<br /> = dj<br />ç = tch <br />ü = u<br />u = ou<br />Donc Nurcan = nourdjan&amp;#39; </p> <p> Un peu avant 18 heures nous prenons possession de nos chambre dans le<br /> vaste hôtel Ambiante affichant 4* mais certaines chambres vaudraient chez<br /> nous 2*. Pas de savon ou de produits de toilette à disposition&#8230;<br />elle<br /> semble que cet hôtel reçoive pas mal de touristes russes en saison.<br /> Pour l&amp;#39;instant sous un ciel plutôt gris et un fond d&amp;#39;air un peu frais, les<br /> centaines de chaises longues alignées sur la plage sont vides de tout occupant. </p> <p>Si l&amp;#39;on porte le regard à l&amp;#39;opposé, on peut apercevoir<br /> les montagnes au sommet portant encore des lambeaux de neige. Notre hôtel<br /> voisine avec 5 ou 6 autres établissements du même genre, situés<br /> à environ un kilomètre de la petite bourgade.</p> <p> Evidemment dans ce genre de grand hôtel, les repas sont présentés<br /> en buffet. <br />C&amp;#39;est celui des desserts multiples qui retient le plus mon attention:<br /> baklavas, boulettes sucrées (ressemblant aux gulab jamun indiens), flanc<br /> d&amp;#39;oeuf, flanc à la noix de coco, sorte de baba au rhum &#8230;sans rhum, choux<br /> à la crème, forêt noire et plusieurs autres encore&#8230; Par<br /> exemple un pouding au blanc de poulet, sucre et lait, le &quot;Tavuk gogsu tatlisi&quot;.<br /> A noter que si les Turcs consomment des desserts, ils le font plutôt en<br /> dehors des repas, souvent l&amp;#39;après-midi pour accompagner un thé.<br />c&#39;est<br /> à tort que les Bulgares revendiquent l&amp;#39;invention du yaourt ou plutôt<br /> yoghourt car il proviendrait d&amp;#39;Asie centrale et aurait donc d&amp;#39;abord été<br /> turc avant d&amp;#39;être connu en Europe&#8230; Toujours est-il qu&amp;#39;il est omniprésent<br /> dans les buffets de petit-déjeuner et des autres repas. On le trouve sous<br /> forme de Haydari, au yaourt s&amp;#39;ajoutent ail, menthe, huile d&amp;#39;olive et un peu de<br /> piment. Autre version, le Cacik, un met qui s&amp;#39;apparente au tzatziki grec, outre<br /> le yaourt, il faut ajouter du concombre râpé, ail, menthe, aneth<br /> et huile d&amp;#39;olive&#8230;</p> <p>Quant à la boisson, outre l&amp;#39;eau en bouteille,<br /> certains apprécieront la bière locale Efes.</p> <p>Le jour suivant,<br /> nous quittons l&amp;#39;hôtel à 8h30. </p> <p>par<br /> une petite heure de route, nous faisons un arrêt d&amp;#39;où l&amp;#39;on a un point<br /> de vue sur la plaine côtière et sur la mer Méditerranée.<br /> C&amp;#39;est à cet endroit que l&amp;#39;on retrouve le comptable de notre réceptif<br /> chargé de l&amp;#39;encaissement des fameux forfaits &quot;culture et gastronomie&quot;.<br />Nurcan<br /> nous met en garde contre l&amp;#39;achat du thé à la pomme (elma çayi)<br /> qui a acquis une grande célébrité auprès des touristes<br /> venant en Turquie mais qui est une mixture chimique qui na rien d&amp;#39;authentique.<br /> Rien à voir avec le vrai thé, le çay (tient ça rappelle<br /> le tchay des Chinois !).</p> <p>Une demi-heure plus tard, nous<br /> traversons la ville des tomates, Kumluca. Puis la côte s&amp;#39;orient plein sud<br /> et c&amp;#39;est le port de pêche de Finike. Encore une quinzaine de kilomètres<br /> et c&amp;#39;est Demre, autrement dit la Myra de l&amp;#39;Antiquité. <br />On ne voit plus<br /> guère les nomades turkmènes avec leur tente faite de poils de cheval<br /> et de chèvre, matière qui a la particularité de gonfler sous<br /> l&amp;#39;effet de la pluie et ainsi d&amp;#39;être étanche.</p> <p>MYRA<br /> (Demre aujourd&amp;#39;hui)</p> <p>Cette ville a appartenu à la Confédération<br /> lycienne formée au IVe s., au temps de Saint Nicolas (originaire d&amp;#39;une<br /> famille riche de Patara, une ville voisine) qui en fut l&amp;#39;évêque.<br /> Cette ville érigée en capitale de la Lycie au Ve s, fut largement<br /> endommagée par des tremblements de terre, les inondations puis les pillards<br /> arabes à partir de VIIe s. et fut abandonnée au XIIe s. tandis que<br /> restant un haut lieu de pèlerinages au Moyen Age, et même encore<br /> aujourd&amp;#39;hui si l&amp;#39;on considère l&amp;#39;affluence et la ferveur des touristes russes<br /> puisque Nicolas est le saint patron de leur pays!<br />Tarif: 7,50€ (15LT)<br /> de droit d&amp;#39;entrée en individuel. </p> <p>NURCAN<br /> nous relate quelques unes des légendes attachées à Saint<br /> Nicolas, &quot;l&amp;#39;ancêtre&quot; du Père Noël de nos enfants.<br /> <br />On connaît tous celle des trois petits enfants tués par un boucher<br /> cupide, découpés et mis au saloir. Sept ans plus tard, Nicolas passa<br /> par là et demanda précisément au boucher du petit salé<br /> qu&amp;#39;il avait fait sept ans auparavant. Dans la tradition des pays germaniques,<br /> le boucher infanticide découvert serait devenu le Père Fouettard<br /> qui pour punir les enfants méchants remet un martinet tout en accompagnant<br /> Saint Nicolas (Sankt Nicolaus) dans sa distribution de cadeaux aux enfants sages,<br /> dans la nuit du 5 au 6 décembre. Par extension, il est devenu notre universel<br /> Père Noël&#8230;<br />Une autre légende évoque un père<br /> pauvre qui ne voyant pas le mariage des ses trois filles envisage de les vouer<br /> à la prostitution mais Saint Nicolas veille. Pour certains, il déposa<br /> trois boules (ou bourses) d&amp;#39;or à la fenêtre de la pauvre maison,<br /> mais selon Nurcan, il plaça (ou fit tomber par la cheminée?) une<br /> boule d&amp;#39;or (ou des pièces d&amp;#39;or?) dans les chaussettes suspendues devant<br /> la cheminée&#8230;</p> <p>Mais revenons à des choses plus concrètes.<br /> On peut admirer les vestiges de l&amp;#39;église Saint Nicolas qui a remplacé<br /> au XIe s. la basilique du Ve s. détruite à la suite d&amp;#39;un raid de<br /> la flotte arabe.<br />Les femmes russes qui s&amp;#39;y pressent se sont couvert les cheveux<br /> avec des foulards selon les usages encore en vigueur chez les orthodoxes. <br />A<br /> gauche de l&amp;#39;entrée se trouve un sarcophage qui aurait contenu la dépouille<br /> du saint mais ses reliques auraient été dérobées par<br /> des pirates (ou des commerçants?) italiens de la ville de Bari à<br /> la fin du XIe s. (certains ossements sont conservés au Musée d&amp;#39;Antalya).</p> <p>L&amp;#39;église<br /> de style byzantin comporte trois absides et on peut encore admirer des vestiges<br /> de fresques sur les murs et coupoles et de beaux pavements en mosaïque de<br /> marbre et de pierres colorées. L&amp;#39;abside centrale hémicirculaire,<br /> le synthronon, avec sa voûte de brique est entourée de gradins servant<br /> de bancs réservés au clergé. On peut y voir aussi des colonnes<br /> surmontées des chapiteaux très travaillés.</p> <p>A la sortie,<br /> un vendeur de viennoiseries en forme de couronne (peut-être s&amp;#39;agit-il de<br /> simit, un pain au sésame?) prend la pose mais se fatigue vite à<br /> attendre vainement des acheteurs avec son panier posé sur la tête.</p> <p> Il est bientôt midi, l&amp;#39;heure de déjeuner. A quelques pas<br /> de l&amp;#39;église de St Nicolas, nous nous rendons au restaurant Simena (nom<br /> antique de l&amp;#39;actuelle ville de Kaleköy dont je reparlerai bientôt).<br /> C&amp;#39;est une véritable usine à touristes comportant d&amp;#39;immenses salles.<br /> Lorsque nous en ressortons vers 13 heures on peut compter une vingtaine de bus<br /> garés à proximité et une grande partie des touristes ont<br /> dû trouver leur pitance ici. <br />Au menu: potage (de poulet), boulettes<br /> de viande hachée et mie de pain (köfte), poisson (maquereau? mulet?),<br /> döner kebap de poulet avec en légumes une spécialité<br /> turque le bulgur ou boulghour (blé concassé) et des macaronis et<br /> en dessert des boulettes imbibées d&amp;#39;un sirop au miel.</p> <p>&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8211; &#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;</p> <p>Teimiussa<br /> (Üçagyz aujourd&amp;#39;hui), Simena (Kalekoy aujourd&amp;#39;hui) et l&amp;#39;île<br /> de Kekova *</p> <p> Une heure et demie de bus par un itinéraire tortueux<br /> et la découverte de zones maraîchères sous serres dans la<br /> plaine de Çevreli mais aussi d&amp;#39;antiques sarcophages plantés çà<br /> et là et plus ou moins de guingois et des murs bas en cercle démarquant<br /> de grandes citernes.</p> <p>Nous arrivons au petit port d&amp;#39;Üçagyz,<br /> ville autrefois nommée Teimiussa (ou Theimussa). Tout le groupe a pris<br /> l&amp;#39;option (soit la globale &quot;impériale&quot; à 60€ soit<br /> au détail à 20€) pour l&amp;#39;excursion vers l&amp;#39;île de Kekova<br /> (nom signifiant &quot;la plaine de thym&quot;) appelée aussi Caravola.</p> <p> <br />Le bateau longe la côte en direction de Kale ou Kalekoy, village qui<br /> a succédé à l&amp;#39;antique ville de Simena. <br />Nous pouvons admirer<br /> cette ancienne citée qui remonte au 4ème siècle avant J.C.<br /> est bâtie sur une pente rocheuse coiffée des remparts d’une<br /> forteresse bâtie par les Croisés byzantins avec des blocs d’un<br /> ancien temple. Un sarcophage lycien semble sortir des eaux au milieu de la baie<br /> tandis que se dressent au-dessus du village les entrées colorées<br /> (ocres) de tombes éventrées d’une nécropole grecque<br /> et romaine. Au dessus d&amp;#39;elles se trouve un mur romain en pierres de taille, percé<br /> d’embrasures d’une époque plus tardive. </p> <p>Nous n&amp;#39;avons pas<br /> abordé au port de Kalekoy mais pour les touristes qui en ont le loisir,<br /> ils peuvent découvrir également à l’intérieur<br /> du château le plus petit théâtre de Lycie, taillé à<br /> même le rocher. Sur le rivage se trouvent également des ruines de<br /> bains publics où une inscription est encore lisible &quot;Un cadeau à<br /> l’empereur Titus fait par la population et le conseil municipal de Aperlai<br /> (autre site antique voisin) ainsi que par les autres villes de la confédération&quot;.</p> <p>Teimiussa<br /> (Ucagyz aujourd&amp;#39;hui) et Simena (Kalekoy aujourd&amp;#39;hui) étaient les plus importantes<br /> colonies lyciennes dans la région. </p> <p>Face à Kalekoy s&amp;#39;étend<br /> l’île de Kekova avec sa cité engloutie. </p> <p>L&amp;#39;antique cité d&amp;#39;Apollonia qui s&amp;#39;y trouvait<br /> a été détruite et en partie engloutie à la suite d&amp;#39;un<br /> violent tremblement de terre survenu au IIème siècle ap. J-C. <br />L&amp;#39;île<br /> s&amp;#39;est affaissée et une grande partie de la cité a été<br /> submergée. Reconstruite durant l&amp;#39;ère byzantine, elle fut abandonnée<br /> définitivement à cause des incursions arabes. </p> <p>La région<br /> de Kekova a été déclarée zone protégée<br /> en 1990 par le ministère de l&amp;#39;environnement turc (plongée interdite). </p> <p>Le bateau longe la côte nord de l&amp;#39;île où l&amp;#39;on peut voir<br /> au travers des eaux calmes et limpides et au dégradé de couleur<br /> émeraude des vestiges de constructions partiellement immergées:<br /> maisons (parfois semi-troglodytes), port (quais, digues), escaliers, encadrements<br /> de porte, trous de poutres&#8230;) et même apercevoir des débris d&amp;#39;amphores<br /> par les ouvertures vitrées aménagées au fond de la cale du<br /> bateau.</p> <p>Retour à Üçagiz, l&amp;#39;antique Teimiussa.</p> <p>Nous retraversons le port en passant devant l&amp;#39;école<br /> primaire où le buste de Mustafa Kemal Atatürk trône au milieu<br /> de la cour.<br />Nous disposons d&amp;#39;une petite demi-heure que nous mettons à<br /> profit pour aller à la découverte des tombeaux et sarcophages d&amp;#39;une<br /> nécropole apocalyptique (tombeaux éventrés, sarcophages penchés<br /> ou renversés) située à l&amp;#39;ouest du village. Des vestiges de<br /> murs subsistent également (antiques? byzantins?). En revanche le sentier<br /> gagné par les broussailles n&amp;#39;invite guère à la découverte.</p> <p> Nous avons un long trajet tout au long de la côte, environ 150km,<br /> pour rejoindre notre prochaine ville-étape, Fethiye où nous n&amp;#39;arriverons<br /> que vers 19 heures, au crépuscule.<br />En passant près d&amp;#39;un contrôle<br /> routier de la police, nous évoquons le sujet de la corruption. Nurcan nous<br /> indique que cela peut parfois se pratiquer lorsque l&amp;#39;on a affaire à un<br /> seul fonctionnaire.</p> <p>Nous longeons toujours le littoral. Une longue presqu&amp;#39;île<br /> se profile dans la région de Kas, suivie par l&amp;#39;île grecque de Megisti<br /> située à moins de 2,5km de la côte turque! </p> <p>A ce propos, on peut jeter un oeil sur l&amp;#39;étrange découpage<br /> des frontières entre la Grèce et la Turquie en Mer Egée.<br /> Toutes les îles ont échu à la Grèce même lorsqu&amp;#39;elles<br /> se trouvent à un jet de pierre de la côte turque à tel point<br /> que des Turcs des environs de Bodrum font parfois des emplettes sur l&amp;#39;île<br /> de Kos et ceux du secteur de Soke sur l&amp;#39;île de Samos&#8230;</p> <p>La Grèce<br /> reçut toutes les îles de la mer Égée, à l&amp;#39;exception<br /> d&amp;#39;Imbros et de Tenedos, à l&amp;#39;issue de la guerre des Balkans (jeunes puissances<br /> balkaniques appuyées par la Russie contre l&amp;#39;Empire Ottoman) et de la Première<br /> Guerre mondiale (Traité de Sèvres de 1920, tempéré<br /> par celui de Versailles de 1923). <br />Ce problème empoisonne les relations<br /> entre les deux pays depuis les années 1970 et l&amp;#39;on a été<br /> à deux doigts d&amp;#39;affrontements militaires en 1987 et en 1996.</p> <p>de<br /> Kas, nous avons encore environ 100km à parcourir. Sur une partie de ce<br /> trajet, la côte est ponctuée d&amp;#39;îlots (turcs!). </p> <p> A Fethiye, l&amp;#39;hôtel Mendos, situé près<br /> de la plage, est en principe un 3 étoiles. Bien que deux groupes seulement<br /> soient hébergés dans cet établissement, malheureusement une<br /> partie du nôtre dont nous-mêmes, se trouve logée plus loin,<br /> &quot;à l&amp;#39;annexe&quot; sans ascenseur, confronté à des dysfonctionnements<br /> de clé électronique, à l&amp;#39;absence de serviette, de savon et<br /> produits de toilette&#8230; Bref, là çà vaut à peine du<br /> 2*!</p> <p>Cette plage est un lieu de nidification des tortues<br /> Caretta caretta dont nous allons bientôt reparler.</p> <p>&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8211; &#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;</p> <p>Lagune<br /> de DALYAN *: tombeaux rupestres de KAUNOS, plage aux tortues d&amp;#39;Iztuzu</p> <p> Nouveau<br /> jour, nouveau départ de l&amp;#39;hôtel à 8h30. </p> <p>L&amp;#39;ANCIEN<br /> ETAT DE CARIE&#8230; </p> <p>Les Phéniciens établirent un comptoir sur<br /> ces terres hittites (leur empire prospère de 1700 à 1200 av. J-C).<br /> Puis après la Guerre de Troie (XIIe s. av. J-C), arrivèrent des<br /> colons grecs Doriens (qui fondent Halicarnasse, patrie de l&amp;#39;historien grec Hérodote)<br /> puis les Mycéniens.<br />Tout comme la Lycie, la Carie devient un état<br /> vassal de la Perse au VIe s. Au IVe s. le roi Mausole établit sa capitale<br /> à Halicarnasse (aujourd&amp;#39;hui Bodrum). Son épouse Artémise<br /> II bâtira le célèbre Mausolée à sa mémoire.<br /> Puis la Carie s&amp;#39;alliera à Alexandre le Grand mais elle fut détruite<br /> par Memnon de Rhodes et ne s&amp;#39;en relèvera jamais. <br />Au Ier siècle<br /> avant J-C, la Carie, tout comme la Lycie, fera partie de l&amp;#39;Empire romain. Par<br /> la suite, elle fera partie de l&amp;#39;Empire byzantin avant de finir dans l&amp;#39;Empire ottoman<br /> au XIVe s.</p> <p>Nous voici arrivé dans une zone frontière<br /> entre les anciens états d&amp;#39;Asie Mineure, la Lycie et la Carie.</p> <p>par<br /> une demi-heure de route le long du Golfe de Fethiye (Fethiye Körvfezi), pose<br /> photo dans les environs de Köçek, pour profiter d&amp;#39;un joli panorama<br /> sur la côte et ses îles. </p> <p>Trois quart<br /> plus tard, nous arrivons au bord de la lagune de Dalyan (lac de Köyçegiz).</p> <p> A 10h15 nous embarquons à bord d&amp;#39;un bateau de pêche<br /> aménagé pour la promenade (cette excursion est comprise dans le<br /> tarif du circuit mais en individuel il en coûte 60€ pour la journée).<br /> Pendant environ une heure et quart (une ballade complète peut durer la<br /> journée entière!) nous allons cheminer à travers un réseaux<br /> de canaux percés au travers d&amp;#39;un marécage envahi de roseaux. un<br /> série de petites surprises nos attend.</p> <p>Au bout d&amp;#39;un quart<br /> d&amp;#39;heure nous arrivons en vue d&amp;#39;une falaise ocre creusée d&amp;#39;hypogées,<br /> des tombeaux rupestres lyciens à l&amp;#39;allure de temples dont la forme n&amp;#39;est<br /> pas sans évoquer ceux de Pétra, en Jordanie. Mais ces constructions<br /> troglodytes plus dépouillées sont plus anciennes puisque datant<br /> du IVes. av. J-C (les tombeaux de Pétra sont datés entre le Ier<br /> s. av. J-C et le IIe s. de notre ère chrétienne). Certaines ont<br /> été pillées et éventrées. Ce type de construction<br /> avait le mérite de limiter les risques de pillage et était surtout<br /> destiné à montrer la grandeur passér de leurs occupants.<br /> Chaque sépulture pouvait recevoir jusqu&amp;#39;à trois dépouilles.<br />Lors<br /> d&amp;#39;excursions à la journée, il est possible de s&amp;#39;approcher des tombeaux<br /> (protégés par des grillages) par sentier.</p> <p>Tout en continuant<br /> à se diriger vers la mer, nous voyons un pic qui émerge du marécage.<br /> Il s&amp;#39;agit du site antique de Kaunos ou Caunos (ou encore Caunus!) qui se trouvait<br /> alors au bord de la mer. Nous apercevons quelques murailles en ruines de son acropole.</p> <p>en<br /> Les Métamorphoses, Ovide raconte la légende de la fondation de Caunos.<br /> Milet, le fils de Phébus s’unit à la nymphe Cyanée,<br /> fille du dieu du fleuve Méandre. Il naît de cette union deux jumeaux<br /> Caunus et sa sœur Byblis. Celle-ci tombe amoureuse de son frère. Ce<br /> dernier préfère fuir et fonde la ville de Caunos tandis que sa sœur<br /> morte de chagrin de ne pouvoir le retrouver, est transformée en fontaine<br /> par les nymphes.</p> <p>Pour une excursion de la journée, il est possible<br /> de débarquer et de monter jusqu&amp;#39;aux ruines de l&amp;#39;acropole qui dominait la<br /> ville. Le site, grec à l&amp;#39;origine, comporte des vestiges romains (agora,<br /> temple, thermes, théâtre) et byzantins (église). La ville<br /> infestée par la malaria périclita rapidement. </p> <p>Puis nous passons<br /> un piège à poisson, une sorte de barrage à claire-voie. enfin<br /> nous sommes abordés par un bateau de pêcheurs qui nous proposent<br /> de cuire des crabes bleus pour notre retour. Il nous est demandé pour cela<br /> quelques euros (2 ou 3).</p> <p>Enfin nous arrivons sur la plage d&amp;#39;Iztuzu, refuge<br /> des tortues marines. </p> <p>L&amp;#39;espèce la plus<br /> répandue est carnivore (crustacés et coquillages), c&amp;#39;est la Caretta<br /> caretta ou caouanne qui plonge jusqu&amp;#39;à 200 mètres. Leur poids peut<br /> dépasser 150kg, elles peuvent mesurer 1,25m (1,70m selon Nurcan) et curieusement<br /> les mâles ont une moindre température que les femelles (28° contre<br /> 31°). Ces animaux protégés arrivent à maturité<br /> sexuelle vers 25 ou 30 ans. L&amp;#39;accouplement a lieu en avril, les pontes (200 oeufs)<br /> dans le sable entre mai et juillet, l&amp;#39;incubation dure deux mois et l&amp;#39;éclosion<br /> des petites tortues à lieu entre juillet et septembre mais seulement 3<br /> à 5% (1% selon Nurcan) survivent en raison des prédateurs (oiseaux<br /> et renards).<br />L&amp;#39;autre espèce est la Chelonia mydas ou &quot;tortue verte&quot;<br /> qui est herbivore est vit dans les eaux de surface.</p> <p>Nous avons une<br /> bonne heure de temps libre sur la plage qui s&amp;#39;étend sur 7 kilomètres<br /> avant de reprendre notre bateau à midi et quart .</p> <p> A midi et demi,<br /> nos crabes nous sont servis. La plupart des convives les accompagnent au raki<br /> (45-50°). Ce n&amp;#39;est pas un repas très copieux, considérons-le<br /> comme un agréable hors-d&amp;#39;oeuvre&#8230;<br />Pendant un quart d&amp;#39;heure, les pêcheurs<br /> s&amp;#39;efforcent de faire remonter des tortues vers la surface en les attirant avec<br /> des crabes. Nous en apercevrons une fugitivement.<br />Nouveau coup d d&amp;#39;oeil vers<br /> le rocher de Caunos et sur les tombeaux rupestres. Petit arrêt pour observer<br /> un groupe de tortues d&amp;#39;eau douce au milieu de roseaux desséchés.</p> <p></p> <p>Nous débarquons au bord du canal à 13h45 pour déjeuner au<br /> restaurant de l&amp;#39;hôtel Holiday Paradise. LA plage de cette station est également<br /> une zone de nidification de la tortue Carreta carreta.<br />Nous sommes installés<br /> une fois de plus dans un grand hall où des centaines de convives peuvent<br /> trouver place. Après le buffet où l&amp;#39;on retrouve des plats habituels<br /> comme la fava, purée de pois chiches (appelée houmous ailleurs au<br /> Moyen Orient) et le fameux Imam bayidi (&quot;l&amp;#39;Imam s&amp;#39;en est pâmé&quot;),<br /> l&amp;#39;aubergine farcie. Le plat principal de poisson (une sorte de maquereau ou de<br /> mulet &quot;lüfer&quot;?) nous est cependant servi à table! c&#39;est<br /> sans doute ce qui attire quelques chats errants&#8230;</p> <p> Nous reprenons la route une heure plus tard pour un long trajet de près<br /> de 250km en direction d&amp;#39;Ephèse. Nous revoyons la côte aux environs<br /> de Akçapinar.</p> <p>nous<br /> faisons un arrêt à Mugla une demi-heure plus tard. Un salon de mariage<br /> se prépare à accueillir Zerrin et Taylan, juste à côté<br /> d&amp;#39;un grand magasin. </p> <p>Il faut reprendre la route car trois heures de trajet<br /> nous séparent encore de notre destination. <br />Nous traversons une région<br /> où l&amp;#39;érosion a dégagé des gros rochers d&amp;#39;andésite,<br /> en forme de boules souvent empilées qui rappelle des paysages de Bretagne<br /> ou du Sidobre. </p> <p>Pour faire passer le temps ou pour nous endormir, Nurcan<br /> procède à une distribution de raki.</p> <p>L&amp;#39;ANCIEN<br /> ETAT DE LYDIE&#8230; </p> <p>La Lydie constitue un état majeur d&amp;#39;Asie Mineure<br /> dans la période antique. Après avoir été dominés<br /> par leurs voisins phrygiens, les Lyciens établirent un empire qui couvrait<br /> toute la moitié occidentale de l&amp;#39;Asie Mineure, à l&amp;#39;exception de<br /> la Lycie. Cet empire était dirigé par le roi Crésus qui s&amp;#39;était<br /> enrichi grâce aux sables aurifères de la rivière Pactole d&amp;#39;où<br /> l&amp;#39;expression &quot;riche comme Crésus&quot;. Selon la légende, les<br /> sables de la rivière Pactole étaient devenus d&amp;#39;or après que<br /> Midas, le roi de Phrygie (IXe-VIII s. av. J-C), s&amp;#39;y fut baigné et eut ainsi<br /> perdu la couche d&amp;#39;or dont Dionysos l&amp;#39;avait revêtu&#8230;<br />Mais les états<br /> soumis par le roi Crésus se retournèrent contre lui et la Lydie<br /> tomba sous le pouvoir des Perses (Cyrus et Darius) aux VIe-Ve siècles av.<br /> J-C. Aux IVe-IIIe s., elle fut conquise par le macédonien Alexandre le<br /> Grand. Au IIe siècle avant J-C, la Lydie fera partie de l&amp;#39;Empire romain<br /> et, par la suite, elle fera partie de l&amp;#39;Empire byzantin avant de finir dans l&amp;#39;Empire<br /> ottoman au XIVe s..</p> <p>&quot;Riche comme Crésus&quot;<br />&quot;Avoir<br /> gagné le pactole&quot;</p> <p>Après une centaine de kilomètres<br /> nous faisons une incursion sur le territoire de l&amp;#39;ancien pays de Lydie, une région<br /> où de grands champs sont préparés pour les semailles du coton<br /> (récolté manuellement en septembre par de la main d&amp;#39;oeuvre féminine<br /> venant des provinces de l&amp;#39;est et payée 7€ par journée de cueillette<br /> et sous pression car il faut éviter la pluie qui rend le coton gris). <br />c&#39;est<br /> aussi une région d&amp;#39;oléiculture et ici l&amp;#39;olive est traitée<br /> &quot;à toutes les sauces&quot; (fruits, huiles, savons) puisque l&amp;#39;on en<br /> fait même un thé!<br />Nous traversons la ville d&amp;#39;Aydin (180 000 habitants).<br /> Encore 70km avant d&amp;#39;attendre notre but. </p> <p>Nous voici arrivés<br /> dans l&amp;#39;ancien état d&amp;#39;Asie Mineure nommé Ionie.</p> <p>Avant d&amp;#39;arriver à Selçuk, la route domine une vallée<br /> traversée par l&amp;#39;aqueduc de Pollio (nommé ainsi en l&amp;#39;honneur de C.Sextilius<br /> Pollio qui fut à l&amp;#39;origine de sa construction), l&amp;#39;un des aqueducs qui alimentaient<br /> la ville d&amp;#39;Ephèse en eau potable. Nous traversons Selçuk puis passons<br /> non loin des vestiges d&amp;#39;Ephèse que nous apercevons avant d&amp;#39;arriver à<br /> la station balnéaire de Kusadasi (45000 habitants)</p> <p> Il est plus de<br /> 19h30!<br />Arrivée à l&amp;#39;hôtel Richemond, 5* (chambres doubles<br /> à 235$), isolé mais au bord de la mer&#8230; <br />Buffet varié:<br /> yaourt au concombre, tranches de poulet rôti sur la broche (döner kebap),<br /> houmous (fava), aubergine et poivron farcis&#8230; </p> <p>nous<br /> apprenons une mauvaise nouvelle concernant la géopolitique. Un attentat<br /> sanglant (16 morts dont 7 Français) a été perpétré<br /> dans le café Argana, situé sur la place Jemaa el-Fna à Marrakech<br /> par l&amp;#39;AQMI ou des sympathisants d&amp;#39;Al Qaïda.</p> <p>&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8211; &#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;</p> <p>ÉPHÈSE*** SELÇUK Village<br /> de<br />SIRINCE (7)<br />Option <br />Site haut &#8211; R. des Courètes*** (1)<br />Site<br /> bas &#8211; Rue de Marbre*** (2)<br />L&amp;#39;Artémision (3) <br />Musée d&amp;#39;Ephèse**<br /> (4)<br />Basilique St Jean (5)<br />Mosquée d&amp;#39;Isa Bey (6) </p> <p>Menu autour de la LYCIE <br />Retour aux VOYAGES </p> <p>ECOLES<br /> ET SCOLARITE&#8230; <br />Dans les écoles où le port de l&amp;#39;uniforme est<br /> obligatoire, le lever des couleurs a lieu le lundi matin et est accompagné<br /> du chant de l&amp;#39;hymne national et de la lecture de textes de Mustafa Kemal Atatürk.<br /> Une autre cérémonie a lieu le vendredi soir. </p> <p>La scolarité<br /> est obligatoire jusqu&amp;#39;à la fin du collège (16 ans) mais cette obligation<br /> est imparfaitement appliquée dans les régions de l&amp;#39;est du pays.<br /> Les élèves sont répartis en deux groupes selon qu&amp;#39;ils ont<br /> des cours le matin ou l&amp;#39;après-midi.</p> <p>Il y a peu de maternelles, sauf<br /> privées. L&amp;#39;apprentissage de l&amp;#39;anglais commence en CE2. Certains élèves<br /> fréquentent aussi ces écoles privées pour des cours intensifs<br /> le week-end.</p> <p>L&amp;#39;entrée à l&amp;#39;université se fait sur concours.<br /> Celui-ci a lieu sous forme de QCM avec pour règle que trois mauvaises réponses<br /> en annulent une bonne.</p> <p>Retour aux VOYAGES <br />Retour programme<br /> autour de la LYCIE </p> <p>&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8211; &#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;</p> <p>Etape<br /> précédente : Côte lycienne<br />Etape suivante : Laodicée,<br /> Hiérapolis/Pamukkale</p> <p>Départ à 8h15 malgré<br /> le court trajet qui nous attend mais nous avons beaucoup de visites aujourd&amp;#39;hui!</p> <p>L&amp;#39;ANCIEN<br /> ETAT DE IONIE&#8230; </p> <p>A partir du XIe s. av. J-C, cette région a vu arriver<br /> des populations originaires de la Grèce.<br />Ephèse était<br /> l&amp;#39;une des 12 cités de cet état dirigé par un tyran (dans<br /> l&amp;#39;Antiquité, le terme désigne un souverain ayant pris le pouvoir<br /> par la force mais bénéficiant du soutien des classes populaires,<br /> contre le pouvoir des aristocrates).</p> <p>C&amp;#39;est un foyer de la civilisation<br /> hellénique aux VIIe et VIe siècles av. J-C, qui avec d&amp;#39;autres états<br /> voisins formaient un ensemble appelé Grèce d&amp;#39;Asie. L&amp;#39;élégant<br /> ordre ionique (succédant à l&amp;#39;ordre dorique) est apparu dans cette<br /> région vers 560 av. J-C et s&amp;#39;est répandu dans le Péloponnèse.<br /> Mais c&amp;#39;est également dans ce territoire que sont nées la science<br /> et la philosophie grecques.</p> <p>Après un bref protectorat de la puissante<br /> Lydie voisine, l&amp;#39;Ionie passa sous domination des Perses au VIe-Ve s. Au IIIe s.,<br /> elle fut conquise par le macédonien Alexandre le Grand. Au Ier siècle<br /> avant J-C, tout comme les autres états d&amp;#39;Asie Mineure bordant la mer Egée,<br /> l&amp;#39;Ionie fera partie de l&amp;#39;Empire romain. Par la suite, elle fera partie de l&amp;#39;Empire<br /> byzantin avant de finir dans l&amp;#39;Empire ottoman au XIVe s.</p> <p>nous<br /> sommes sur le territoire de l&amp;#39;ancien état de Ionie, Ephèse étant<br /> l&amp;#39;une des plus importantes et plus riches (grâce aux taxes portuaires) cités<br /> Grecques d&amp;#39;Asie Mineure.</p> <p> Le bus emprunte une route qui s&amp;#39;élève<br /> sur les pentes du BulBul Dagi (Mont Corissos ou &quot;Mont du Rossignol&quot;),<br /> une route qui conduit à la Maison de la Vierge car selon la tradition,<br /> l&amp;#39;apôtre St Jean y conduisit la Vierge Marie (Meryemana) après la<br /> mort de son fils et Marie y serait morte. <br />Le site aurait été<br /> découvert par la religieuse allemande Catherine Emmerich (1774-1824) qui<br /> aurait reçu des saints stigmates et aurait eu la vision de l&amp;#39;endroit. la<br /> murs de fondation de l&amp;#39;édifice remontent au Ier siècle et à<br /> l&amp;#39;époque byzantine la maison fut restaurée. En creusant, on y a<br /> trouvé une source&#8230;<br />En 1967, le pape Paul VI y vint en pèlerinage<br /> puis cela a été le tour du pape Jean-Paul II en 1979.</p> <p>nous<br /> nous arrêtons au niveau de la statue de la Vierge aux proportions disgracieuses,<br /> érigée en 1996 par une fondation américaine. <br />De là,<br /> nous avons une vue sur le site antique et en particulier sur l&amp;#39;Odéon.</p> <p>Port très important dans l&amp;#39;Antiquité,<br /> Ephèse abritait l&amp;#39;une des sept merveilles du monde, le temple d&amp;#39;Artémis.<br /> Le site se trouve à 5km de Selçuk et nous y rendrons un peu plus<br /> tard.</p> <p>Ephèse occupa d&amp;#39;abord le site d&amp;#39;une colline fortifiée<br /> habitée dès l&amp;#39;époque préhistorique (2 000 ans av.<br /> J.-C.), avec l&amp;#39;acropole du Mont Ayasuluk qui, selon la légende, aurait<br /> été fondée par les Amazones.</p> <p>Cavalières émérites,<br /> portant armure et casque, pour être plus efficace au tir à l’arc,<br /> les Amazones se brûlaient (ou se comprimaient) le sein droit, ce qui leur<br /> laissait une plus grande liberté de mouvement. C&amp;#39;est l&amp;#39;origine de leur<br /> nom qui signifie &amp;#39;&amp;#39;sans mamelles&amp;#39;&amp;#39; (mazos, en grec, signifie &quot;sein&quot;).<br /> Après une relation sexuelle, elles coupaient le sexe de leur partenaire!<br /> Aimant la chasse et les jeux violents, les Amazones vénéraient la<br /> déesse Artémis et tout particulièrement celle d’Ephèse<br /> dont elles furent, dit-on, les premières à instituer le culte. <br />A<br /> ce propos, on a longtemps supposé que la poitrine de l’Artémis<br /> d’Ephèse était recouverte de nombreuses mamelles mais il semble<br /> qu’il s’agisse plutôt de testicules de taureau.</p> <p>A un fond<br /> de population hittite se seraient mêlés des apports mycéniens<br /> et athéniens au cours du second millénaire avant J-C, installés<br /> sur les pentes Nord-est de la colline Ayasuluk. Il y eut fusion des cultes de<br /> la primitive déesse-mère Cybèle et de l&amp;#39;Artémis.<br />elle<br /> en subsiste les vestiges de l&amp;#39;Artémision que nous visiterons en milieu<br /> de journée.</p> <p>Vers la moitié du VIe siècle av. J.-C.,<br /> la ville dut reconnaître la suzeraineté du roi de Lydie, Crésus.<br /> La ville va commencer à s&amp;#39;étendre vers l&amp;#39;est (stade).<br />Lors de<br /> la conquête perse, elle passa sous la domination de Cyrus. Alexandre le<br /> Grand la libéra. A la mort d&amp;#39;Alexandre, la cité échut à<br /> Lysimaque (IVe siècle av. J.-C.) qui décida de la transférer<br /> à 1,5 km au sud-ouest où un nouveau port fut aménagé<br /> au débouché d&amp;#39;un chenal de 2km. Il fit construire une enceinte de<br /> 8 km qui reliait les crêtes du Panayir Dagi (mont Pion) et du Bulbul Dagi<br /> (mont Coressos) et enfermait la ville antique et le port. C&amp;#39;est dans cette enceinte<br /> que se trouvent les ruines les plus intéressantes. <br />En 190 av. J.-C.,<br /> Ephèse fut vassale de Pergame. A la mort du dernier Attale (133 av. J.-C.),<br /> elle revint à Rome qui en fit la capitale des provinces romaines d&amp;#39;Asie.<br /> Elle fut l&amp;#39;une des sept Églises d&amp;#39;Asie citées dans l&amp;#39;Apocalypse<br /> avec Laodicée du Lycos, Izmir, Sardes, Philadelphia, Pergame et Thyatira. </p> <p>La ville, capitale de la Province Romaine d&amp;#39;Asie comptait alors 200 000<br /> habitants. Sa prospérité est assurée aux IIIe-IVe s., sous<br /> les règnes des empereurs Dioclétien et Constantin.</p> <p>Puis la<br /> cité périclita peu à peu en raison de l&amp;#39;envasement de son<br /> port (la mer est aujourd&amp;#39;hui à 10km du site!) et du paludisme. En plus<br /> en 262 de l&amp;#39;ère chrétienne, elle fut ravagée par les Goths.<br /> Au VIIe s., elle subit d&amp;#39;abord un tremblement de terre puis la conquête<br /> arabe</p> <p>C&amp;#39;est à cette troisième ville d&amp;#39;Ephèse que nous<br /> consacrons la visite qui suit.</p> <p>A l&amp;#39;époque byzantine, un Concile oecuménique<br /> s&amp;#39;y déroula en 431.<br />Plus tard, avec les invasions et l&amp;#39;avènement<br /> de l&amp;#39;Empire ottoman, la ville est retournée près de son site initial<br /> et est devenue l&amp;#39;actuelle ville de Selçuk.</p> <p>VISITE DU SITE DE &quot;LA<br /> TROISIEME EPHESE&quot; ***</p> <p>Il n&amp;#39;est pas encore 8 heures quand nous démarrons<br /> la visite depuis la partie haute du site, à l&amp;#39;est, pas seulement pour une<br /> raison de confort par rapport au relief mais afin d&amp;#39;avoir une progression dans<br /> la découverte des splendeurs architecturales du site (10€ de droit<br /> d&amp;#39;entrée en individuel). </p> <p>La connaissance et la mise en valeur du<br /> site doit beaucoup à l&amp;#39;Institut d&amp;#39;archéologie autrichien qui pendant<br /> plus de soixante-dix ans, jusqu&amp;#39;à la Seconde Guerre Mondiale, exhuma les<br /> ruines de la cité antique. On estime que 85% du site est encore enterré&#8230;</p> <p>un<br /> site remarquable par la diversité et le nombre de ses vestiges et notamment<br /> par la Bibliothèque de Celsus restaurée.</p> <p>Î Passer la souris sur le PLAN Î </p> <p>PARTIE<br /> HAUTE DU SITE : Rue des Courètes***</p> <p>Nous empruntons<br /> la rue appelée Rue des Courètes (nom donné aux prêtres<br /> chargés du culte d&amp;#39;Artémis). </p> <p>Il reste peu de chose de la<br /> Porte de Magnésie et du Gymnase de l&amp;#39;Est (voûtes écroulées).<br /> Dans celui-ci de nombreuses statues de jeunes filles furent trouvées d&amp;#39;où<br /> son surnom de Kizlar Saray (palais des jeunes filles). <br />Dans un secteur récemment<br /> fouillé, nous pouvons voir tout un système de canalisations faite<br /> d&amp;#39;éléments en terre cuite emboîtés. Non loin de là,<br /> une construction circulaire, une rotonde romaine, aurait selon la légende<br /> recueilli la dépouille de l&amp;#39;apôtre Luc mais aurait plus certainement<br /> été une église.</p> <p>Nous nous trouvons à l&amp;#39;emplacement<br /> de l&amp;#39;Agora d&amp;#39;Etat du Ier siècle de notre ère. C&amp;#39;était le<br /> centre politique de la cité.<br />Il était entouré de portiques<br /> sur trois côtés et ses dimensions étaient de 160x58m. sur<br /> le côté nord, précédant l&amp;#39;Odéon, une rangée<br /> de 67 colonnes royales était érigée tandis que les statues<br /> (visibles au Musée à Selçuk) du couple impérial, August<br /> et Livia, se dressaient à l&amp;#39;est. On l&amp;#39;appelle aussi la Basilique (au sens<br /> romain et non pas chrétien)</p> <p>Sur notre droite, se dresse l&amp;#39;Odéon<br /> du IIe s. après J-C. Il possédait 23 rangées de gradins et<br /> accueillait jusqu&amp;#39;à 1400 ou 1500 (2000?) spectateurs et servait de salle<br /> de réunion du conseil municipal. Les côtés des escaliers menant<br /> aux gradins sont sculptés en forme de pattes de lion.</p> <p>Suit le Prytanée, salle de réunion des magistrats de la ville,<br /> qui abritait des colonnes, des inscriptions et des statues, notamment les deux<br /> statues d&amp;#39;Artémis que l&amp;#39;on verra au musée. Les prytanes, hauts fonctionnaires<br /> religieux, devaient entretenir nuit et jour le feu sacré dédié<br /> à Hestia, la déesse du foyer (la racine du mot foyer est bien feu).</p> <p>En face se trouve le Temple de Domitien (il mesurait 24x34m). Construit à<br /> la fin du Ier siècle en mémoire de l&amp;#39;Empereur éponyme puis<br /> dédié à la famille de Flavius, il comportait 8 colonnes dans<br /> sa largeur et 13 dans sa longueur. Il fut largement démoli à l&amp;#39;arrivée<br /> du christianisme.<br />Puis nous franchissons la Porte d&amp;#39;Hercule, le défi<br /> consistant à plaquer les paumes des mains sur chacune des colonnes&#8230; En<br /> face se trouve le Monument de Memmius et près de là de nombreuses<br /> sculptures intéressantes : Caducée (serpents enroulé), Hermès,<br /> dieu des voyageurs, des voleurs et des commerçants (étrange rapprochement!),<br /> Nikê la déesse de la victoire dont cette représentation alanguie<br /> aurait inspiré les créateurs de la célèbre marque<br /> Nike&#8230;</p> <p>Puis ce sont les Nymphées de Pollio et de Trajan et les Thermes<br /> de Scholastikia, établissement de bains du Ier siècle à plusieurs<br /> étages qui fut restauré au IVe siècle.<br />Des vestiges de<br /> système de chauffage par le sol, le chauffage hypocauste sont out à<br /> fait visibles ainsi que des sortes de vasque.</p> <p>En face de ces monuments,<br /> sur la pente du Mont Coressos, se trouve le chantier toujours en fouilles dit<br /> des &quot;Maisons en terrasses&quot; du Ier siècle qu&amp;#39;habitaient de riches<br /> Ephésiens (ATTENTION: pour les visiter, il faut un ticket spécifique).<br />sur<br /> le coté sud de la rue, on peut voir de superbes mosaïques qui habillaient<br /> le sol d&amp;#39;une galerie longeant la rue. </p> <p>On arrive au Temple<br /> d&amp;#39;Hadrien, datant de 138, restauré sous la Tétrarchie, ravagé<br /> par les Goths en 262, restauré sous la Tétrarchie au IIIe s., avant<br /> de l&amp;#39;être par des archéologues autrichiens à notre époque!<br /> La frise est d&amp;#39;ailleurs un moulage (originaux au musée de Selçuk).<br />la<br /> fronton en arc en plein cintre ou arc roman (je devrais plutôt dire romain!)<br /> de son élégante façade corinthienne d&amp;#39;inspiration syrienne<br /> est supporté par 4 colonnes. Derrière apparaît un fronton<br /> hémicirculaire où est représentée Tyché, déesse<br /> de la fortune et de &#8230;la ville.<br />Au IVe s., l&amp;#39;édifice reçut des<br /> statues des empereurs Dioclétien , Constantin, Maximien et Théodose.</p> <p>Puis<br /> se sont les latrines collectives, véritable espace social, en marbre et<br /> disposées autour d&amp;#39;un atrium. Pour faire bonne mesure, venait ensuite la<br /> Maison Close! (l&amp;#39;un des trois établissements de ce type qui virent le jour<br /> au Ier siècle av. J-C et qui fonctionnèrent jusqu&amp;#39;au IIIe siècle<br /> de l&amp;#39;ère chrétienne). </p> <p>A ce propos, justement, nous sommes<br /> intrigués par les signes gravés sur une dalle de marbre: une forme<br /> de pied et un buste de femme. C&amp;#39;est tout simplement un signe de piste ou un panneau<br /> indicateur assez hypocrite donnant la direction de la maison close toute proche.<br /> Se rendre à la bibliothèque devait aussi être un prétexte<br /> courant&#8230;. </p> <p>&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8211; &#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;</p> <p>PARTIE<br /> BASSE DU SITE : Rue de Marbre***</p> <p> Plus bas, lorsque la Rue des Courètes<br /> change de nom devenant Rue de Marbre en se dirigeant vers le nord, sur la gauche,<br /> s&amp;#39;étend l&amp;#39;Agora dont les cotés mesurent 110m. Elle était<br /> entourée d&amp;#39;un portique qui abritait des boutiques. Elle date de l&amp;#39;époque<br /> hellénistique.</p> <p>Près de l&amp;#39;Agora, au bout de la Rue<br /> de Marbre, se dresse la bibliothèque de Celsus, monument emblématique<br /> d&amp;#39;Ephèse près de laquelle s&amp;#39;élèvent , sur la gauche,<br /> la Porte monumentale d&amp;#39;Hadrien construite entre 113 et 118 de l&amp;#39;ère chrétienne<br /> et, lui faisant face, la Porte de Mazeus et Mithridate construite en l&amp;#39;an 3 avant<br /> notre ère en l&amp;#39;honneur de l&amp;#39;empereur Auguste.</p> <p>La bibliothèque de Celsus est une des ruines les<br /> plus intéressantes de l&amp;#39;Antiquité, une prouesse d&amp;#39;architecture et<br /> de technologie pour son époque. Sa construction au début du Ier<br /> siècle av. J-C est due à Caius Julius Aguila qui désirait<br /> honorer la mémoire de son père, Tiberius Julius Celcius Polemanius,<br /> gouverneur de la Province d&amp;#39;Asie. Elle fut agrandie en 135 et détruite<br /> par le tremblement de terre de l&amp;#39;an 270.<br />Avec ses 12000 parchemins, la bibliothèque<br /> d&amp;#39; Ephèse était la troisième en importance après celles<br /> d&amp;#39;Alexandrie et de Pergame.<br />Les rouleaux manuscrits reposaient dans des niches<br /> derrières lesquelles se trouvait un couloir d&amp;#39;un mètre de large<br /> destiné à se prémunir contre l&amp;#39;humidité. Une chambre<br /> funéraire où fut déposé le sarcophage de Celcius est<br /> ménagée sous la niche centrale. Le fronton donnant accès<br /> à la dernière salle du fond a été remonté par<br /> une équipe d&amp;#39;archéologues autrichiens entre 1970 et 1978.<br />L&amp;#39;Etat<br /> turc lui fait honneur puisque ce monument sert de décor au nouveau billet<br /> de 20 liras.</p> <p>Nous dominons l&amp;#39;Agora. au sud-ouest de laquelle se trouvent<br /> les vestiges d&amp;#39;un grand temple qualifié de Sérapiéion car<br /> il aurait été dédié au culte du dieu égyptien<br /> Serapis, culte toujours vivant au IVe siècle comme l&amp;#39;indiquent des inscriptions<br /> gravées dans la roche. Ce temple s&amp;#39;ouvrait au nord par un vaste portique<br /> de 29 m de longueur orné de colonnes qui atteignait 12 m de haut et dont<br /> le fût monolithe était couronné par un chapiteau corinthien.<br /> Ce monument est resté en partie en ruine après la catastrophe de<br /> 262. Une église y aurait probablement été installée<br /> dans la cella (le sanctuaire proprement dit) du temple dès la fin du IVe<br /> Siècle.</p> <p>Après l&amp;#39;Agora, sur le côté<br /> est de la Rue du Marbre, s&amp;#39;élève le Grand Théâtre,<br /> commencé entre 41 et 54, il fut complété sous Trajan (53-117).<br /> Couvrant 12 000m², et large de 145m, il comptait 66 travées et pouvait<br /> contenir 60 000 (ou seulement 24 000 ou 25 000 ou 40 000?) spectateurs. Derrière<br /> son mur de façade de 18 m à trois étages, la scène<br /> est assez bien conservée. Saint Paul qui avait établi une communauté<br /> chrétienne dans la cité et y prêcha en 55-58. Son prosélytisme<br /> suscita une vive émotion chez les partisans du culte d&amp;#39;Artémis (son<br /> temple que nous verrons en milieu de journée, après la visite de<br /> ce site, se trouve à 1,5km environ plus au nord-est, au pied de la colline<br /> de l&amp;#39;Ayasoluk) qui tiraient leurs revenus des offrandes faites au temple. Rassemblés<br /> au grand théâtre, ils demandèrent l&amp;#39;extradition de l&amp;#39;apôtre. </p> <p>On peut admirer la qualité du dallage de marbre de la Rue du Marbre<br /> dont les côtés étaient ornés de statues.</p> <p>Notre<br /> attention est attirée par d&amp;#39;autres signes curieux gravés sur certaines<br /> dalles, signes que nous avions déjà aperçus en d&amp;#39;autres endroits<br /> du site.<br />Il s&amp;#39;agit de cercles divisés en huit portions ou contenant<br /> une forme de Croix de Malte.<br />Nurcan nous apporte l&amp;#39;explication. <br />Il s&amp;#39;agit<br /> d&amp;#39;un monogramme ou plus précisément de l&amp;#39;un des christogrammes,<br /> signe de reconnaissance des premiers Chrétiens installés sur ce<br /> site. En fait il combine en forme d&amp;#39;acronyme 5 caractères grecs IXTYS signifiant<br /> Ièsous Christos Théou Uios Sôtêr, c&amp;#39;est-à-dire<br /> &quot;Jésus-Christ, Fils de Dieu, Sauveur&quot;. Mais ce n&amp;#39;est pas qu&amp;#39;un<br /> acrostiche, car la transcription latine du grec de ce mot donne ICHTUS qui signifie<br /> &quot;poisson&quot;, or le poisson est un autre symbole fort des premiers Chrétiens,<br /> utilisé du Ier siècle au IVe siècle, en ce qu&amp;#39;il rappelle<br /> des miracles imputés au Christ: multiplication des pains et des poissons,<br /> pêche miraculeuse.</p> <p>Poursuivant sur la Rue<br /> de Marbre, à angle droit, sur sa gauche s&amp;#39;ouvre sur 500 (ou 400 ou 600m?)<br /> mètres la perspective de la rue principale, la Voie Arcadiane ainsi nommée<br /> en l&amp;#39;honneur de l&amp;#39;empereur Arcadius, voie également pavée de marbre<br /> et large de 11 mètres. Elle fut construite à la fin du IVe s. et<br /> reliait la cité au port. Elle était bordée jadis de galeries<br /> commerçantes pavées de mosaïques. Selon certaines sources,<br /> en son milieu, il y fut construit au IVe s. un tétrapyle orné de<br /> la statue de Quatre Evangélistes. Selon d&amp;#39;autres sources ce monument fut<br /> érigé au VIe s. et il représentait des membres de la famille<br /> de l&amp;#39;empereur byzantin&#8230;<br />En poursuivant vers le nord, sur la gauche (direction<br /> de l&amp;#39;ancien port), des sarcophages semblent échoués sur un terrain<br /> pas tout à fait vague. Un touriste s&amp;#39;amuse stupidement à prendre<br /> la pose allongé dans un sarcophage! On comprend que ce site reste sur la<br /> liste indicative de classement par l&amp;#39;Unesco depuis 1994. La Turquie il est vrai<br /> comporte trop de sites archéologiques pour pouvoir bien les gérer&#8230;</p> <p>par<br /> et à l&amp;#39;écart, apparaissent les vestiges de l&amp;#39;Eglise de la Vierge<br /> encore nommée Eglise des Conciles dont les vestiges indiquent les dimensions:<br /> 145x30m. Elle fut transformée en basilique au IVe s. En 431 s&amp;#39;y déroula<br /> le troisième Concile oecuménique au cours duquel fut prononcée<br /> la condamnation de l&amp;#39;hérésie nestorienne et proclamé le dogme<br /> de la virginité de Marie. Un synode des évêques s&amp;#39;y tint également<br /> en 488. Plus tard deux églises furent édifiées sur les ruines<br /> de la basilique, d&amp;#39;où l&amp;#39;autre nom &quot;Eglise Double&quot;. Elle fut reconstruite<br /> plusieurs fois, la dernière au VIIe s.<br />Revenu sur le sentier, tout proche<br /> de la sortie (qui est aussi l&amp;#39;entrée nord!), sur la droite se trouvaient<br /> le stade et le Gymnase de Vedius dont les structures de briques datant du IIe<br /> siècle supportaient des panneaux de marbre aujourd&amp;#39;hui disparus.</p> <p>la<br /> visite se termine. Il est midi et demi et nous sommes restés 4h30 sur le<br /> site, sans voir le temps s&amp;#39;écouler. Il reste à passer devant les<br /> étals des boutiques de souvenirs de l&amp;#39;entrée nord&#8230;<br />On y voit<br /> en bonne place des reproductions de pièces un peu spéciales du Musée<br /> d&amp;#39;Ephèse (on verra des originaux cet après-midi), de nazar boncuk,<br /> dont le sol est d&amp;#39;ailleurs incrusté. Cet &quot;oeil bleu&quot; qui protège<br /> du mauvais oeil aussi bien qu&amp;#39;en Grèce (pour lutter contre le matiasma<br /> ou le kako mati) est en fait répandu au Proche-Orient. On trouve son origine<br /> dans la haute antiquité en Mésopotamie, en passant par l&amp;#39;Egypte<br /> (l&amp;#39;oeil oudjat ou oeil de Ré ou encore oeil d&amp;#39;Horus), Rome et la Grèce.<br /> <br />Dans ce &quot;bazar&quot;, on croise également une troupe de scouts<br /> turcs (haya izci ou &quot;partisans boys scouts&quot;).</p> <p>La visite de la Grotte des Sept Dormants ou Caverne des Sept Dormeurs n&amp;#39;est<br /> pas à notre programme. A 10 minutes de marche de l&amp;#39;entrée nord,<br /> elle se situe sur les pentes occidentales du Panayir Dagi (Mont Pion). Au IIIe<br /> s. des jeunes chrétiens fuyant la persécution s&amp;#39;étaient réfugiés<br /> dans cette grotte avant de s&amp;#39;endormir pendant 200 ans après que leur persécuteur<br /> les eut emmurés.</p> <p>&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8211; &#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;</p> <p>L&amp;#39;Artémision</p> <p>En reprenant la direction de Selçuk pour un très court trajet, immédiatement<br /> à gauche juste avant la grande place de Selçuk, se trouve le site<br /> de l&amp;#39;Artémision ou temple d&amp;#39;Artémis, au milieu d&amp;#39;une zone marécageuse.<br /> <br />Artémis est le nom donné en Anatolie à la déesse-mère,<br /> protectrice des femmes en couches, que les Egyptiens appelaient Isis. C&amp;#39;est aussi<br /> la déesse de la chasse (Diane pour les Romains).</p> <p>en<br /> arrière-plan, la colline d&amp;#39;Ayasoluk, la ville primitive et la forteresse<br /> byzantine puis seldjoukide (VIe et XVe s.).. <br />Plan médian, à<br /> droite, la période byzantine avec l&amp;#39;église St Jean (VIe s.), à<br /> gauche la mosquée seldjoukide d&amp;#39;Isa Bey (XVe s.).<br />Premier plan avec<br /> la colonne vestige du temple grec d&amp;#39;Artémis (-VIIe à + IIIe s.).</p> <p>LES 7 MERVEILLES DU MONDE ANTIQUE&#8230;</p> <p>La pyramide de Khéops<br /> de Memphis (Gizeh ou Gizâ), en Égypte <br />Les jardins suspendus de<br /> Babylone, en Mésopotamie (Irak actuel) <br />Le temple d&amp;#39;Artémis à<br /> Éphèse, appelé aussi l&amp;#39;Artémision, en Ionie, Asie<br /> Mineure <br />La statue de Zeus en majesté dans son temple d&amp;#39; Olympie, en<br /> Élide (Grèce actuelle) <br />Le tombeau de Mausole, dit le Mausolée,<br /> à Halicarnasse, en Carie, Asie Mineure (Turquie actuelle) <br />La statue<br /> de bronze d&amp;#39;Hélios, dite le Colosse de Rhodes en Grèce <br />La tour-fanal<br /> de Pharos, dite le Phare d&amp;#39;Alexandrie en Égypte.</p> <p>En ROUGE: sites<br /> non encore visités&#8230;</p> <p>C&amp;#39;est l&amp;#39;un des plus célèbres<br /> édifices d&amp;#39;Ephèse et une des Sept Merveilles du Monde antique dont<br /> il ne reste qu&amp;#39;une colonne à cannelure sur les 21 que comptait le temple.<br /> <br />Selon l&amp;#39;historien grec Strabon, Athènes surpeuplée y aurait<br /> envoyé une colonie. L&amp;#39;oracle dit de se fixer en un lieu où on verrait<br /> en même temps un poisson et un sanglier. Rien de tel ne se présentait<br /> jusqu&amp;#39;à ce que l&amp;#39;on eût pêché un poisson mais en voulant<br /> le faire griller, le feu se communiqua à la forêt d&amp;#39;où surgit<br /> judicieusement un sanglier&#8230; C&amp;#39;était donc ici que devait s&amp;#39;établir<br /> la colonie!</p> <p>Le temple fut construit sept fois. Citons en trois séquences<br /> essentielles. <br />Vers les VIIe-VIe s. av. J-C, un premier petit temple (13,5x8m)<br /> à 24 colonnes de bois vit le jour. <br />Au VIe s. av. J-C, il fut remplacé<br /> par un temple à double colonnade en marbre, mesurant de 100x60m et comptant<br /> 106 colonnes. Un petit édifice se situait à l&amp;#39;ouest. <br />Les Grecs<br /> étaient jaloux de ce temple qui, selon la tradition, fut incendié<br /> par Hérostrate (ou Erostratos) le jour même de la naissance d&amp;#39;Alexandre<br /> le Grand en 365 (ou 356?) av. J-C (en fait Alexandre serait né en 336!).<br /> Quelques piliers et panneaux de marbre ayant appartenu à cet ancien temple<br /> sont exposés à Sainte-Sophie d&amp;#39;Istanbul et dans le cloître<br /> du monastère Sainte-Catherine au pied du mont Sinaï. Un autre des<br /> piliers, exposé au British Museum, porte une inscription au nom du roi<br /> Crésus. <br />Il fut aussitôt reconstruit pratiquement à l&amp;#39;identique<br /> si ce n&amp;#39;est qu&amp;#39;il comportait une frise, davantage de colonne (127 ou 128?) et<br /> était plus vaste (133x69m) et plus haut (18,40 ou 19m?).</p> <p>Le Temple<br /> d&amp;#39;Artémis servait de refuge inviolable pour les bandits qui s&amp;#39;y réfugiaient<br /> et il servait de mont de piété, ce qui faisait la fortune de ses<br /> prêtres. Quant l&amp;#39;apôtre Paul y vint en 55-58, le culte d&amp;#39;Artémis<br /> auquel il s&amp;#39;opposait était encore vivace. <br />Il périclita après<br /> l&amp;#39;abandon complet du site au IIIe s., au profit de la nouvelle ville. Sa destruction<br /> fut l&amp;#39;oeuvre des Goths (statues décapitées au IIIe s.) puis de l&amp;#39;empereur<br /> chrétien Théodose (VIe s.), les Byzantins avec l&amp;#39;empereur Justinien<br /> (VIe s.) se serviront des ruines comme carrière (pour bâtir Ste Sophie<br /> ou le palais de Justinien à Constantinople!).</p> <p>Le temple fut redécouvert<br /> en 1869 (ou 1866 ou 1870?), à l&amp;#39;occasion de fouilles dirigées par<br /> John Turtle Wood pour le British Museum. Les fouilles se poursuivirent jusqu’en<br /> 1874.</p> <p>Tout près du site, on peut voir des vestiges turcs seldjoukides.<br /> Il s&amp;#39;agit d&amp;#39;un türbe (terme issu du persan et passé par l&amp;#39;arabe signifiant<br /> &quot;construction dont le toit est un dôme&quot;), autrement dit un tombeau<br /> ou mausolée funéraire d&amp;#39;un personnage important des XIVe-XVe s.<br /> L&amp;#39;édifice à plan carré de 6,50&#215;6,50m est bâti en pierre<br /> et surmonté d&amp;#39;une coupole en brique. <br />La présence cette coupole<br /> ou dôme fait que l&amp;#39;édifice est souvent appelé kümbet<br /> ou en künbet Anatolie (ce qui correspond aux &quot;marabouts&quot; des pays<br /> arabes).</p> <p>Nous déjeunons dans une usine à touristes située<br /> au milieu de nulle part, ou plus exactement entre une plantation de cognassiers<br /> et un grand champ d&amp;#39;artichauts, à mi-chemin entre Selçuk et Kusadasi.</p> <p>&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8211; &#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;</p> <p>SELÇUK:<br /> Musée Archéologique d&amp;#39;Ephèse**</p> <p>Très court trajet!!! </p> <p>Malheureusement, nous ne disposerons que<br /> d&amp;#39;une demi-heure pour visiter le très riche musée (2,50€ l&amp;#39;entrée<br /> en individuel). Il contient notamment deux fameuse statues de l&amp;#39;Artémis<br /> d&amp;#39;Ephèse découvertes en 1956.</p> <p>Le dépôt archéologique<br /> constitué à partir de 1929 est devenu musée en 1976.</p> <p>En salle I, on peut voir une statue décapitée (beaucoup<br /> de statues ont été traitées de la sorte par les Perses et<br /> plus tard par les Goths) de Priape en érection (IIe siècle av. J-C).<br /> <br />Il s&amp;#39;agit du dieu grec de la fertilité (cette érection perpétuelle<br /> a servit à désigner une maladie sous le nom de priapisme), fils<br /> de Dionysos (dieu de la vigne) et d&amp;#39;Aphrodite (déesse de l&amp;#39;amour et de<br /> la beauté). C&amp;#39;est aussi le dieu de la cité d&amp;#39;Ampsakos et le protecteur<br /> des apiculteurs et des pêcheurs!<br />Dans la même veine, o n y voit<br /> aussi une statuette en terre cuite du Dieu Bes ou &quot;Olias Priapa&quot;, de<br /> la mythologie égyptienne, qui accueillait les visiteurs dans les maisons<br /> de plaisir avec son priapisme triomphant. Il a été découvert<br /> en 1956 au fond d&amp;#39;un puits profond de 14m, évidemment, dans la Maison de<br /> l&amp;#39;Amour&#8230; Il s&amp;#39;agit d&amp;#39;un godemiché ou pour s&amp;#39;exprimer au goût du<br /> jour, d&amp;#39;un sex toy qui servait à déflorer les toutes nouvelles prostituées<br /> de cette maison&#8230; </p> <p>Il y a moins de 2 mois, en voyage au Pérou, nous<br /> avons vu au Musée Rafael Larco Herrera une représentation quasi<br /> similaire mais il s&amp;#39;agissait d&amp;#39;une poterie érotique rituelle de la civilisation<br /> mochica et bien plus récente (période se situant entre le IIe et<br /> le Xe s. après J-C)&#8230;</p> <p>Plus poétiquement, on y trouve aussi<br /> des statuettes, Eros chevauchant un dauphin (IIe s. av. J-C découverte<br /> près de la Fontaine de Trajan) et une tête poupine d&amp;#39;Eros (Ier siècle<br /> av. J-C) en marbre (copie ancienne d&amp;#39;un bronze), d&amp;#39;Aphrodite et d&amp;#39;Eros, d&amp;#39;Eros<br /> et de son épouse Psyché, un Eros au lapin!&#8230; Des têtes du<br /> philosophe Socrate, de Zeus, le roi des dieux dans le panthéon grec (Ier<br /> siècle après. J-C, trouvée dans la Fontaine de Pollio)&#8230; </p> <p>En salle II, bien qu&amp;#39;elle soit décapitée<br /> et amputée, on peut admirer la plastique d&amp;#39;une Aphrodite, la Venus des<br /> Romains, provenant des Nymphées (Ier siècle après. J-C).<br /> A voir encore, le Guerrier au Repos (Ier siècle av. J-C trouvé dans<br /> le Temple de Domitien), le buste du dramaturge athénien Menandros (IVe<br /> s. av. J-C), un groupe de statues qu ornaient la Fontaine de Laecanus (Ier siècle<br /> après. J-C), dans la partie haute de la ville.<br />Dans la cour, on peut<br /> voir une reconstitution du fronton du Temple d&amp;#39;Isis, transformé en temple<br /> d&amp;#39;Auguste, avec le groupe de statues d&amp;#39;Ulysse et Polyphème (1er siècle<br /> après J-C) alors situé près de la fontaine de Pollio. un<br /> étrange cadran solaire (IIIe s.) se présente sous la forme d&amp;#39;un<br /> quart de sphère. Des sacophages aussi de diverses périodes&#8230;</p> <p>en<br /> salle IV sont présentés des objets de culte et objets funéraires.</p> <p>la<br /> salle V est consacrée à l&amp;#39;Artemision. <br />On peut voir deux surprenantes<br /> représentations d&amp;#39;Artémis dans une version &quot;déesse de<br /> la fertilité&quot; si l&amp;#39;on considère qu&amp;#39;elles portent un grand nombre<br /> de seins d&amp;#39;où leur qualificatif de statues polymastes (du grec signifiant<br /> un nombre anormalement élevé de mamelles ou de seins). En fait,<br /> plutôt que de seins, il s&amp;#39;agirait de testicules de taureau (23 pour la grande<br /> statue et 18 pour &quot;la belle&quot;)! A moins qu&amp;#39;il s&amp;#39;agissent d&amp;#39;oeufs&#8230; Bref,<br /> ça colle toujours avec la notion de fertilité!<br />Elles datent du<br /> 1er siècle après J-C et ont été trouvées sur<br /> le site du Prytanée en 1956.<br />La &quot;grande Artémis&quot;, couronnée,<br /> mesure 2,92m (!) tandis que la &quot;belle Artémis&quot; ne mesure que<br /> 1,74m&#8230; <br />Sur ces statues, en dessous du buste et de face, sont représentés<br /> des lions et des taureaux vus de face tandis que, sur les côtés du<br /> corps, on peut voir des abeilles. Les prêtresses d’Artémis portaient<br /> d&amp;#39;ailleurs le nom d’&quot;abeilles&quot;. A noter que dans la haute Antiquité,<br /> un lien fort uni abeille et taureau, apis (les abeilles naissant du sacrifice<br /> de taureaux).</p> <p>Enfin, la salle VI est dédiée à<br /> l&amp;#39;époque romaine avec, tout particulièrement, des frises originales<br /> et des statues des temples d&amp;#39;Hadrien (IIe s.) et de Domitien (frise d&amp;#39;autel du<br /> Ier siècle).</p> <p>A la sortie du musée, on peut voir qu&amp;#39;un couple<br /> de cigognes a perché son nid au sommet d&amp;#39;un poteau électrique, ce<br /> qui n&amp;#39;a pas empêché l&amp;#39;éclosion d&amp;#39;un cigogneau.</p> <p>&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8211; &#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;</p> <p>SELÇUK:<br /> Basilique de Saint Jean</p> <p>Au centre ville, près d&amp;#39;un tümbet (mausolée)<br /> et d&amp;#39;une mosquée, nous empruntons la route qui venant du centre de Selçuk<br /> mène au sommet de la colline de la citadelle. </p> <p>L&amp;#39;accès<br /> à la Basilique St Jean (2,50€ l&amp;#39;entrée en individuel) se fait<br /> sur la droite où se dresse la Porte byzantine, encore appelée porte<br /> de la Persécution ainsi nommée à cause des scènes<br /> du combat illustrant la vie d&amp;#39;Achille qui ornaient l&amp;#39;une de ses dalles.</p> <p>La basilique Saint-Jean d&amp;#39;époque romaine tardive et byzantine est construite<br /> sur la tombe attribuée à l&amp;#39;évangéliste Jean (qui aurait<br /> accompagné ici, Marie, la mère du Christ), dans les faubourgs nord<br /> de la ville gréco-romaine, sur la colline d&amp;#39;Ayasoluk. </p> <p>Une première<br /> église fut construite au IVe s. sur une nécropole romaine. De plus<br /> cruciforme, elle possédait trois nefs et mesure plus de 80 m de long. ils<br /> fut démolie et reconstruite dans de plus amples dimensions au VIe s. dessous<br /> l&amp;#39;empereur Justinien et son épouse Théodora selon le même<br /> type de plan. Elle était longue de 110m et large de 40m. </p> <p>par<br /> la conquête d&amp;#39;Ephèse par les Seldjoukides, la basilique devint une<br /> mosquée en 1330. Plus tard, après l&amp;#39;achèvement de la mosquée<br /> d&amp;#39;Isa Bey, un bazar s&amp;#39;y installa. Puis un tremblement de terre démolit<br /> l&amp;#39;édifice vers la fin du XIVe siècle.</p> <p>Les archéologues<br /> ont bien trouvé une tombe qui date du Ier siècle lors des fouilles<br /> de 1926-1928. On considère qu&amp;#39;il s&amp;#39;agit de celle de St Jean. Son emplacement<br /> a été mis en valeur par une débauche de marbres contemporains.<br /> Non loin de là, se trouve un baptistère où les catéchumènes<br /> devaient immerger leurs jambes.<br />Honnêtement, sauf si l&amp;#39;on est ou un spécialiste<br /> ou un pèlerin, les vestiges de cette basilique n&amp;#39;ont rien de très<br /> excitant.</p> <p>Du site, coté ouest, une esplande fleurie donne une vue<br /> plongeante sur la mosquée d&amp;#39;Isa Bey tandis que côté nord,<br /> les vestige de la basilique sont dominés par les murailles de la citadelle<br /> qui coiffe la colline d&amp;#39;Ayasoluk. D&amp;#39;origine byzantine, elle fut restaurée<br /> par les Turcs. </p> <p>&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8211; &#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;</p> <p>SELÇUK:<br /> Mosquée d&amp;#39;Isa Bey (ou Isabey)</p> <p>Le lieu de culte<br /> occupe ppatiquement un carré de 57x49m dont le tiers nord est constitué<br /> par la cour des ablutions. </p> <p>Cette mosquée fut construite à<br /> la fin du XIVe s. (1375) par un architecte damascène au temps de la splendeur<br /> de l&amp;#39;émirat d&amp;#39;Aydin. <br />Elle a été restaurée en 1975<br /> et 2005.</p> <p>A l&amp;#39;origine, elle comportait deux minarets à base octogonale<br /> et corps cylindrique mais l&amp;#39;un d&amp;#39;eux s&amp;#39;écroula lors des tremblements de<br /> terre de 1653 et 1668. Celui qui subsiste se trouve sur le mur occidental qui<br /> est la façade principale dont les murs extérieurs sont revêtus<br /> d&amp;#39;un placage de marbre. </p> <p>Du fait de sa surélévation, on y<br /> accède par un perron à escaliers affrontés menant au portail<br /> à stalactites qui débouche dans la cour. Dans la salle de prières,<br /> les trompes d&amp;#39;angles de la coupole du mihrab possèdent un décor<br /> de carreaux de faïence bleue.</p> <p>&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8211; &#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;</p> <p>Village<br /> de SIRINCE (visite à option)</p> <p>Encore un court trajet (7km) pour<br /> ceux qui ont fait l&amp;#39;acquisition de l&amp;#39;option (soit l&amp;#39;option globale dite &quot;impériale&quot;<br /> à 60€ soit au détail à 25€) assez chère<br /> payée à mon avis&#8230; </p> <p>Nous quittons Selçuk, par le nord,<br /> en direction d&amp;#39;Izmir puis empruntons une route sinueuse qui grimpe au milieu des<br /> oliveraies et l&amp;#39;on aperçoit de temps en temps des vestiges de constructions<br /> (aqueducs). Les cistes aux fleurs roses ou blanches égayent le paysage.</p> <p>SIRINCE est un ancien village grec construit à flanc de colline.</p> <p>Lors<br /> de la partition de l&amp;#39;Empire Ottoman suite à la défaite ottomane<br /> lors de la Première Guerre Mondiale, du fait d&amp;#39;une malheureuse alliance<br /> avec l&amp;#39;Allemagne, la Grèce tenta de se maintenir dans la région<br /> d&amp;#39;Izmir mais le nouveau leader turc, Mustafa Kémal Atatürk, leva une<br /> armée en 1919 qui reprit ce territoire. Finalement, un accord (Traité<br /> de Lausanne de 1923) décida d&amp;#39;un échange de populations entre les<br /> deux pays.</p> <p>La population grecque du village fut ainsi remplacée par<br /> les Turcs venant de Grèce. Au changement de population, il fut procédé<br /> à un changement de graphie du nom mais il est lourd de sens. De Cirkince<br /> signifiant &quot;laid&quot;, on est passé à Sirince qui, tout au<br /> contraire, signifie &quot;charme&quot;(cf. le guide du Routard) ou &quot;mignon&quot;.<br />la<br /> site est protégé et aucuns travaux ne peuvent être entrepris<br /> pour restaurer les maisons sans accord de l&amp;#39;administration.</p> <p>La population<br /> vit du tourisme mais de l&amp;#39;avis de collègues, c&amp;#39;est l&amp;#39;un des endroits où<br /> l&amp;#39;on peut trouver des articles d&amp;#39;artisanat au meilleur prix: vin, huile, savon,<br /> pain artisanal, broderies et dentelles au crochet&#8230;<br />Même si l&amp;#39;on n&amp;#39;est<br /> pas tenté par des achats, il n&amp;#39;est pas désagréable de déambuler<br /> dans les ruelles ou d&amp;#39;aller visiter les églises abandonnées. nous<br /> jetterons un coup d&amp;#39;oeil à l&amp;#39;église St Jean-Baptiste dont la restauration<br /> est prise en charge par la même fondation américaine de l&amp;#39;Ohio qui<br /> a érigé la statue de la Vierge Marie dont j&amp;#39;ai parlé au tout<br /> début de cette page.</p> <p>En dehors de la haute saison, les touristes<br /> restent en nombre raisonnable et dès que l&amp;#39;on quitte la rue principale<br /> (et commerçante), on trouve plus de calme et d&amp;#39;authenticité. la<br /> guide du Routard est un peu féroce quand il évoque Disneyland à<br /> propos de la visite de ce village.</p> <p> Retour à notre hôtel<br /> Richemond de Kasadasi. </p> <p> Nous avons encore le loisir de profiter du confort<br /> 5* et de nous familiariser avec le dispositif perfectionné du siège<br /> des toilettes turques modernes qui n&amp;#39;ont rien à voir avec l&amp;#39;équipement<br /> bien connu que l&amp;#39;on nom &quot;toilettes à la turque&quot;. Ces dernières<br /> existent évidemment toujours dans le centre et l&amp;#39;est du pays mais elles<br /> sont remplacées par ces nouvelles dans les zones urbaines et touristiques<br /> de l&amp;#39;ouest&#8230;</p> <p>&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8211; &#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;</p> <p>Confins de Phrygie et Lydie<br />Laodicée** (1)<br />Hiérapolis**<br /> (2)<br />Pamukkale*** (3) </p> <p>Menu autour de<br /> la LYCIE <br />Retour aux VOYAGES </p> <p>PROTECTION SOCIALE, SANTE ET RETRAITE&#8230;<br /> <br />Sécurité sociale et santé</p> <p>La protection sociale<br /> en Turquie comporte différents régimes sans cependant couvrir l&amp;#39;intégralité<br /> de la population. Quatre systèmes publics de protection sociale coexistent.<br />la<br /> Memur Saglik est destiné aux actifs de la fonction publique et leurs ayants<br /> droit directs tandis que l&amp;#39;Emekli Sandigi concerne les retraités de la<br /> fonction publique, ainsi que leurs ayants droit directs. Quant à la Sécurité<br /> Sociale, elle couvre les employés du secteur privé et les ouvriers<br /> du secteur public. On peut assurer adhérer volontairement au régime<br /> de la Sécurité Sociale pour bénéficier d&amp;#39;une assurance<br /> personnelle. Enfin, le Bag-Kur assure les artisans, les commerçants et<br /> les membres des professions libérales.<br />Il existe une fraude au système<br /> de protection sociale qui consiste à n&amp;#39;embaucher du personnel que durant<br /> un mois au titre de période d&amp;#39;essai, laquelle est exonérée<br /> de cotisations.</p> <p>La consultation chez le généraliste coûte<br /> 60€ et 175€ chez un spécialiste libéral. <br />Le pays compte<br /> de très bons dentistes, ce qui amène le développement d&amp;#39;un<br /> tourisme médical pour des soins qui coûtent la moitié du prix<br /> demandé en Europe occidentale.</p> <p>retraite</p> <p>Auparavant, une retraite<br /> était versée à partir de 5000 jours d&amp;#39;activité soit<br /> vers les 36 ans, sachant que beaucoup de travailleurs avaient commençé<br /> leur activité professionnelle dès 12 ans. Aujourd&amp;#39;hui, il faut avoir<br /> 65 ans pour toucher la retraite.<br />Les maisons de retraite commencent à<br /> se développer dans un pays où la tradition voulait que le fils aîné<br /> après son mariage prenne en charge ses parents. Cette pratique est de plus<br /> en plus remise en question du fait que la belle-fille se trouve dans l&amp;#39;obligation<br /> de travailler.</p> <p>Retour aux VOYAGES <br />Retour programme<br /> autour de la LYCIE </p> <p>&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8211; &#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;</p> <p>Etape<br /> précédente : EPHESE, Selçuk, Sirince<br />Etape suivante :<br /> Antalya, Pergé</p> <p>Départ à 8h15. <br />Nous sommes<br /> le 1er mai, jour également fêté ici par les syndicats de travailleurs.</p> <p>nous<br /> avons 200km à parcourir aujourd&amp;#39;hui. 70 jusqu&amp;#39;Aydin puis une bonne centaine<br /> jusqu&amp;#39;à Laodicée du Lucos ou Lycos, près de la ville de Denizli,<br /> et enfin un peu moins d&amp;#39;une dizaine pour arriver à Pamukkale. </p> <p>un<br /> heure après notre départ, nous repassons donc à Aydin, ville<br /> célèbre pour son commerce des figues, olives, ses saucisses sucrées,<br /> sans porc mais avec de la cannelle et des noix, sa danse des soldats et ses combats<br /> de chameaux. </p> <p>Le combat de chameaux est une tradition qui remonte à<br /> deux siècles dans le district d&amp;#39;Aydin et qui se déroule en particulier<br /> à Selçuk fin janvier. Il ne s&amp;#39;agit pas de combats sanglants mais<br /> plutôt d&amp;#39;affrontements d&amp;#39;animaux montés par leur chamelier. Et il<br /> s&amp;#39;agit bien de chameaux, ces animaux à deux bosses originaires d&amp;#39;Asie centrale,<br /> tout comme le sont les Turcs!</p> <p>L&amp;#39;essentiel de trajet se fait par une route<br /> qui remonte doucement la large vallée du fleuve Büyük Menderes,<br /> le fleuve Méandre. Sur notre droite (au sud), on peut apercevoir des sommets<br /> (plus de 2000m) encore enneigés.<br />Au bout d&amp;#39;une heure et demie, aux environs<br /> de Nazilli, petite pause qui permet d&amp;#39;apprécier les productions locales:<br /> oranges, fraises et de voir l&amp;#39;importance de l&amp;#39;olive et de ses dérivés<br /> sur les étals.</p> <p>Dans la mythologie grecque, ce fleuve se nommait Maiandros,<br /> francisé en Méandre. C&amp;#39;était un dieu, fils des divinités<br /> marines Océan et Téthys. Son cours particulièrement sinueux<br /> a dû inspirer les géographes et géomorphologues qui en ont<br /> fait un nom commun.</p> <p>L&amp;#39;ANCIEN ETAT DE LYDIE&#8230; </p> <p>La Lydie constitue<br /> un état majeur d&amp;#39;Asie Mineure dans la période antique. par<br /> avoir été dominés par leurs voisins Phrygiens, les Lydiens<br /> établissent un empire qui couvrait toute la moitié occidentale de<br /> l&amp;#39;Asie Mineure, à l&amp;#39;exception de la Lycie. <br />Cet empire était<br /> dirigé par le roi Crésus qui s&amp;#39;était enrichi grâce<br /> aux sables aurifères de la rivière Pactole.<br />Mais les états<br /> soumis par le roi Crésus se retournèrent contre lui et la Lydie<br /> tomba sous le pouvoir des Perses (Cyrus et Darius) aux VIe-Ve siècles av.<br /> J-C. Aux IVe-IIIe s., elle fut conquise par le Macédonien Alexandre le<br /> Grand. Au IIe siècle avant J-C, la Lydie fera partie de l&amp;#39;Empire romain.<br /> Par la suite, elle fera partie de l&amp;#39;Empire byzantin avant de finir dans l&amp;#39;Empire<br /> ottoman au XIVe s..</p> <p>&quot;Riche comme Crésus&quot;<br />&quot;Avoir<br /> gagné le pactole&quot;</p> <p>Il est midi moins le quart lorsque nous<br /> arrivons sur le site antique de Laodicée, à 6km au nord de Denizli.</p> <p>nous<br /> sommes sur le territoire qui fut tiraillé entre les divers Etats de la<br /> région dans l&amp;#39;Antiquité. En limite sud de la Lydie et nord de la<br /> Carie, intégré dans la Grande Phrygie et dans la Grande Lycie lorsque<br /> ces Etats connurent leur heure de gloire&#8230;</p> <p>SITE DE LAODICEE DU LYCOS **<br />(on<br /> devrait plutôt dire &quot;sur le Lycos&quot;)</p> <p>La ville fut fondée<br /> à partir de 246 avant J-C par le roi séleucide Antiochos II (descendant<br /> de Séleucos, lieutenant d&amp;#39;Alexandre le Grand). Il lui donna le nom de son<br /> épouse Laodicé (étymologiquement &quot;le droit des peuples&quot;!)<br /> mais comme celui-ci était commun, il y ajouta ad Lycum en référence<br /> au nom du fleuve voisin. Il favorisa l&amp;#39;implantation de Juifs.<br />Au IIe s. av.<br /> J-C, elle passa sous l&amp;#39;autorité du royaume de Pergame (au nord-ouest de<br /> la Turquie) puis directement sous celle de l&amp;#39;Empire Romain. <br />La ville fut très<br /> prospère, atteignant une population de 80 000 habitants, malgré<br /> les nombreux séismes qui la frappèrent et ses difficultés<br /> d&amp;#39;approvisionnement en eau, celle-ci provenait des sources chaudes de Pamukkale,<br /> la température chutant de 80° (ou 95°?) à 30° dans les<br /> canalisations, en raison de la distance.</p> <p>En raison de sa forte communauté<br /> juive, elle devint rapidement un évêché chrétien. ils<br /> fut l&amp;#39;une des sept Églises d&amp;#39;Asie citées dans l&amp;#39;Apocalypse avec<br /> Ephèse, Izmir, Sardes, Philadelphia, Pergame et Thyatira. Les chrétiens<br /> de Laodicée se voient reprocher leur tiédeur. <br />Voici le texte<br /> de l&amp;#39;Apocalypse que St Jean adresse aux habitants de cette ville vers la fin du<br /> Ier siècle. </p> <p>&quot;Écris à l’ange de l’Église<br /> de Laodicée : voici ce que déclare l’Amen, le témoin<br /> fidèle et véritable, qui est à l’origine de tout ce<br /> que Dieu a créé: je connais ton activité ; Ich kenne dich<br /> n’es ni froid ni bouillant. Si seulement tu étais l’un ou l’autre<br /> ! Mais tu n’es ni bouillant ni froid, tu es tiède, de sorte que je<br /> vais te vomir de ma bouche !&quot; <br />(Apocalypse 3.14-22).</p> <p>Ce texte fait<br /> d&amp;#39;abord allusion au caractère tiède de l&amp;#39;Eglise de Laodicée,<br /> que le Seigneur vomirait de sa bouche, en se référant à l&amp;#39;eau<br /> tiède et très riche en minéraux que les Laodiciens avaient<br /> l&amp;#39;habitude de boire et qui a pour effet de faire vomir. Dans un second temps,<br /> il vise l&amp;#39;attitude orgueilleuse des citoyens de Laodicée, enrichis grâce<br /> à son commerce (laine) et à ses industries, une ville de banquiers&#8230;</p> <p>un<br /> important concile s&amp;#39;y déroula vers 364 ap. J.-C, concile qui formalise<br /> le Nouveau Testament (ne retenant que les Quatre Evangiles), interdiction de se<br /> mêler aux fêtes et deuils des hérétiques, de marquer<br /> le sabbat, mise à l&amp;#39;écart des femmes dans la liturgie et même<br /> interdiction de se baigner en leur compagnie!</p> <p>La ruine<br /> du site doit beaucoup à de nombreux tremblements de terre: un survenu en<br /> l&amp;#39;an 27 avant J-C, deux au Ier siècle de l&amp;#39;ère chrétienne,<br /> un au IIe, puis deux au cours du IIIe, un au milieu du IVe, encore un autre à<br /> la fin du Ve (en -494) qui rasa complètement la cité et, pour finir,<br /> un au début du VIIe qui conduit à l&amp;#39;abandon complet du site qui<br /> servit de carrière!</p> <p>Une première exploration du site fut réalisée<br /> entre 1833 et 1843 par l&amp;#39;archéologue Georg Weber et une carte fut établie<br /> en 1905. Les fouilles reprirent au début des années 1960 sous la<br /> conduite de l&amp;#39;archéologue canadien Jean des Gagniers. A cette époque,<br /> les vestiges d&amp;#39;un seul théâtre étaient encore visibles (même<br /> si le second avait été repéré un siècle plus<br /> tôt). Au début des années 1990, ce sont les Turcs qui viennent<br /> sur le chantier sous la direction de Hasim Hildiz et, jusqu&amp;#39;en 2002, avec le concours<br /> de l&amp;#39;équipe italienne du Docteur Gustavo Traversari de l&amp;#39;Université<br /> de Venise.<br />Depuis 2002, après avoir envisagé l&amp;#39;abandon des travaux,<br /> les fouilles systématiques et des restaurations sont prises en charge par<br /> le Musée de Denizli et par l&amp;#39;Université de Pamukkale sur une ère<br /> d&amp;#39;environ 5km².</p> <p> Malgré l&amp;#39;heure, il est déjà midi,<br /> nous consacrerons une heure à la vite du site.<br />En individuel le prix<br /> du ticket d&amp;#39;entrée est très abordable: 10 LT, soit 5 €uros.</p> <p>un<br /> site remarquable en ce qu&amp;#39;il constitue un véritable grand chantier de fouilles<br /> et encore peu restauré.</p> <p>Contrairement au site d&amp;#39;Aphrodisias, l&amp;#39;endroit<br /> est encore peu connu et donc peu fréquenté, ce qui est appréciable.<br /> Tout l&amp;#39;intérêt est de voir un tel site en fouilles et restauration<br /> qui donne un côté très pédagogique à cette visite<br /> avec de nombreux panneaux d&amp;#39;information. Le seul dommage, c&amp;#39;est qu&amp;#39;y étant<br /> un dimanche, on ne peut pas voir les archéologues à l&amp;#39;oeuvre. la<br /> travail est loin d&amp;#39;être terminé et le pan historique reste à<br /> approfondir puisque les vestiges des édifices mis à jour ne sont<br /> pas nommés (à qui sont-ils attribués ou dédiés?)<br /> mais simplement désignés de façon formelle par leur nature<br /> et leur emplacement (ouest, nord&#8230;).</p> <p>Aphrodisias à 200km d&amp;#39;Izmir,<br /> 160 de Kusadasi, en direction de l&amp;#39;est. Ou à une cinquantaine de km au<br /> sud-est de Nazilli ou à un trentaine de Denizli, vers l&amp;#39;ouest.</p> <p>Nous commençons par la partie est, au<br /> niveau des rares vestiges de la Porte de Syrie (Ier siècle) n°21. par<br /> quelques centaines de mètres nous arrivons devant les vestiges de la Porte<br /> de Byzance n°30est puis nous empruntons la Voie de Syrie n°11, on y voit<br /> des ornières creusées par le passage des roues de chariots et une<br /> étrange dalle sculptée représentant un sanglier affronté<br /> à un chien. Puis nous nous intéressons à la &quot;maison<br /> A&quot; n°38: colonnes, pavage en dalles de marbre, atrium. </p> <p>En nous<br /> dirigeant vers le nord-est, nous longeons un important chantier de fouilles placé<br /> sous un abri provisoire et, aux environs, nous pouvons voir des dizaines de petits<br /> carrés ou rectangles où sont regroupés des débris<br /> en attente. Il s&amp;#39;agit d&amp;#39;un édifice paléo-chrétien avec un<br /> superbe baptistère en briques recouvertes de dalles de marbre, très<br /> ressemblant à celui de la basilique St Jean d&amp;#39;Ephèse (précisément<br /> de Selçuk). </p> <p>Cela nous amène au bord des ruines du Théâtre<br /> Nord (le plus grand) n°8 avec en arrière-plan, à quelques kilomètres<br /> la falaise blanche de Pamukkale. Ce théâtre qui comportait une cinquantaine<br /> de rangées de gradins a été construit en profitant du relief.<br /> Sur une pente orientée au nord-est, il a suffit d&amp;#39;excaver puis de venir<br /> y poser les gradins comme cela est souvent le cas dans ces édifices grecs<br /> (on l&amp;#39;a vu à Ephèse, on le verra à Hiérapolis, tout<br /> comme on peut le voir en Grèce, par exemple à Epidaure dans le Péloponnèse)<br /> alors que les grands constructeurs qu&amp;#39;étaient les Romains n&amp;#39;hésitaient<br /> pas à faire jaillir tout l&amp;#39;édifice du sol (Arènes de Nîmes,<br /> Colisée de Rome&#8230;) avec forces voûtes et arcades. A l&amp;#39;avantage procuré<br /> par le relief, s&amp;#39;ajoutait certainement dans le choix de l&amp;#39;endroit, l&amp;#39;agrément<br /> représenté par la vue sur les blancheurs de Pamukkale.</p> <p>en<br /> nous dirigeant vers le Théâtre Ouest (le petit théâtre)<br /> n°9, nous passons près des vestiges du Temple corinthien et de la Basilique<br /> nord. Ce théâtre comportait 41 rangées de gradins en marbre<br /> et travertin et pouvait accueillir environ 8000 spectateurs.</p> <p>Nous revenons vers le centre du site, vers l&amp;#39;un des rares monuments<br /> nommés. Il s&amp;#39;agit de la Fontaine ou Nymphée de Caracalla n°10,<br /> construite au début du IIIes. en l&amp;#39;honneur de cet empereur romain et à<br /> l&amp;#39;occasion de sa venue dans la ville. L&amp;#39;édifice de 16x8m comportait un<br /> bassin rectangulaire de 9x8m et deux petits bassins hémicirculaires. nous<br /> poursuivons par les Bains Publics n°5qui se présentaient sous forme<br /> d&amp;#39;un grand bâtiment couvert de 90x58m d&amp;#39;époque romaine (IIe s.).<br /> Nous arrivons ensuite sur l&amp;#39;Agora centrale n°28 d&amp;#39;époque romaine couvrant<br /> un espace de 112x60m dont le sol était recouvert de dalles de marbre.</p> <p>Enfin<br /> nous arrivons à la partie la plus spectaculaire du site où de dressent<br /> les colonnes de la Porte dite monumentale n°27 qui a été restaurée.<br /> Ce Propylée constituait une sorte d&amp;#39;espace de liaison, de vestibule, entre<br /> les espaces profanes précédents (bains publics, agora) et l&amp;#39;espace<br /> qui suivait cette porte et était probablement affecté à plusieurs<br /> temples.</p> <p>En empruntant la Rue de Syrie pour regagner<br /> la sortie du site, on peut voir de beaux exemples de sculptures: une sorte d&amp;#39;ancêtre<br /> du jeu de jacquet et une tête en haut-relief, peut-être celle de la<br /> Méduse (la seule mortelle des trois gorgones, ces êtres malfaisant<br /> de la mythologie grecque).</p> <p> Une fois de plus nous déjeunons dans<br /> un &quot;restaurant-usine&quot; sous des grands halls ouverts à Pamukkale,<br /> au Safak Restaurant: 1000 places couvertes, 300 en extérieur et un parking<br /> pour 20 bus!</p> <p>C&amp;#39;est l&amp;#39;occasion pour Nurcan de nous initier à la divination<br /> ou lecture du marc de café que l&amp;#39;on retrouve forcément au fond de<br /> la tasse après avoir bu un café turc ou kahve. <br />par<br /> avoir bu le liquide, il faut retourner la tasse sur la soucoupe et après<br /> un petit moment examiner les taches qui se sont formées au fond de la tasse<br /> avec le marc qui y est resté accroché. Quant à l&amp;#39;interprétation,<br /> elle reste affaire de spécialistes! Les formes rondes annonceraient de<br /> la fortune et les ovales des succès, les carrées des désagréments,<br /> trois croix sont le signes d&amp;#39;honneurs à venir tandis qu&amp;#39;une croix présage<br /> d&amp;#39;une mort douce&#8230;</p> <p>&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8211; &#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;</p> <p>SITE<br /> DE HIERAPOLIS ** <br />(à 16km au nord de Denizli)</p> <p>Le site antique<br /> se trouve bâti au-dessus du site naturel, un versant blanc recouvert par<br /> les concrétions calcaires de travertin issues de sources d&amp;#39;eau chaude exploitées<br /> par l&amp;#39;homme depuis 14 000 ans!<br />Le site était encore défiguré<br /> il y a une dizaine d&amp;#39;année par des hôtels qui s&amp;#39;étaient installés<br /> à proximité des quatre sources afin de capter l&amp;#39;eau de trois d&amp;#39;entre<br /> elles pour alimenter leurs piscines. Heureusement, ils ont été détruits<br /> il y a seulement quelques années. Nous allons en reparler après<br /> l&amp;#39;évocation du site antique.</p> <p>La cité fut fondée en<br /> l&amp;#39;an 190 av. J-C par les Attalides de Pergame, leur royaume correspond à<br /> un fragment de l&amp;#39;empire d&amp;#39;Alexandre le Grand (celui de Lysimaque, l&amp;#39;un de ses<br /> généraux) lors du partage de Babylone.<br />Le site domine la plaine<br /> de 70m et fut dès l&amp;#39;origine organisé selon un découpage en<br /> damier. Son nom provient de Hiéra, nom de l&amp;#39;épouse du fondateur<br /> légendaire du royaume de Pergame. La ville se développa grâce<br /> à l&amp;#39;exploitation de ses sources thermales surtout à partir de son<br /> intégration à l&amp;#39;Empire Romain (en -133). Moins de deux siècles<br /> plus tard, en 60 (ou en 17?) de l&amp;#39;ère chrétienne, ses nombreux édifices<br /> furent détruits par un violent tremblement de terre. Au début du<br /> IIIe s. virent le jour: théâtre, gymnase, une enceinte avec deux<br /> portes et 28 tours carrées. La ville put compter 100 000 habitants dont<br /> une forte population juive (la région aurait compté une population<br /> de 50 000 Juifs)!<br />La ville devient byzantine à la fin du IVe s. et le<br /> christianisme s&amp;#39;y implante fortement puisque la ville fut le siège d&amp;#39;un<br /> évêché et qu&amp;#39;une cathédrale y fut construite avant<br /> que la cité amorce son déclin: dévastée au VIIe s.<br /> par les Perses puis endommagée par un tremblement de terre.<br />Au XIIe<br /> s. les Turcs seldjoukides s&amp;#39;en emparèrent avant d&amp;#39;être repoussés<br /> par les Croisés de Frédéric Barberousse. Complètement<br /> abandonnée au XVe s., un tremblement de terre acheva de la détruite<br /> au milieu du siècle suivant.</p> <p>Les fouilles du site commencèrent<br /> à l&amp;#39;initiative de l&amp;#39;archéologue allemand Carl Humann en 1887. Les<br /> fouilles plus récentes et un remarquable travail de restauration ont été<br /> menés par l&amp;#39;équipe italienne de Paolo Verzone à partir de<br /> 1957.</p> <p>Conjointement avec le site naturel voisin, la cité antique<br /> de Hiérapolis a été classée au Patrimoine Mondial<br /> de l&amp;#39;UNESCO dès 1988.</p> <p>Un site remarquable par son intégration<br /> dans l&amp;#39;extraordinaire site naturel de Pamukkale, par sa piscine antique, son théâtre<br /> en très bon état et sa nécropole.<br />Un seul accès<br /> pour les deux sites (10€ de droit d&amp;#39;entrée en individuel). </p> <p>Î Passer la souris sur le PLAN Î </p> <p>nous<br /> sommes à l&amp;#39;entrée du site de Hiérapolis à 14h15, dans<br /> un environnement verdoyant et illuminé par les coquelicots à la<br /> floraison intense. Nous disposons de 4 heures pour visiter le site antique et<br /> les cascades pétrifiées de Pamukkale.</p> <p>L&amp;#39;avenue principale<br /> de la cité est orientée Nord-Sud et mesure environ 1500 mètres.<br /> A chaque extrémité se dresse une porte monumentale flanquée<br /> de tours. </p> <p>Notre parcours commence à la Porte sud dite Porte<br /> byzantine (n°14) qui remonte au Ve s. av. J-C. En cheminant vers les vestiges<br /> du centre de la cité, nous apercevons les rigoles naturelles formées<br /> par d&amp;#39;anciens dépôts de calcaire mais elles ne sont plus parcourues<br /> par l&amp;#39;eau.</p> <p>Nous empruntons la partie sud du Cardo Maximus ou Voie de Frontinius<br /> (n°8), la grande voie de la Cité (13,50m de large). <br />Sur notre gauche<br /> nous laissons les colonnades du Gymnasium (n°13). </p> <p>A l&amp;#39;époque<br /> de l&amp;#39;Empire Romain, la cité disposait d&amp;#39;une quinzaine de bains et piscines.<br />nous<br /> nous rendons à la Piscine Antique dite Piscine de Cléopâtre<br /> (n°A) dont le portique s&amp;#39;est écroulé lors du séisme du<br /> VIIe siècle. <br />Son eau thermale a le pouvoir de soigner diverses maladies<br /> grâce à sa forte minéralisation: hypertension, ulcères,<br /> obésité, gastrite, rhumatismes, constipation, bronchite chronique&#8230;<br /> Des gaz dissous s&amp;#39;échappent comme on peut le voir autour du corps des personnes<br /> qui s&amp;#39;y baignent dans une eau à 37° (il faut payer 3€uros pour<br /> y faire trempette). On peut aussi en sentir la présence (soufre).</p> <p>par<br /> cela, nous passons près des anciens thermes romains du IIe s. qui abritent<br /> aujourd&amp;#39;hui le Musée archéologique de Hiérapolis. Faute de<br /> temps, nous n&amp;#39;en effectuons pas la visite.</p> <p>Le Nymphéum (n°9)<br /> se trouve dans l&amp;#39;aire sacrée, devant le Temple d&amp;#39;Apollon (n°10) , il<br /> fut réparé au Ve siècle avec des éléments du<br /> temple d&amp;#39;Apollon, dont il coupa la vue. Du Temple d&amp;#39;Apollon ne subsistent que<br /> les fondations. On y délivrait des Oracles (comme à Delphes). elle<br /> communiquait avec le Plutonium, rien à voir avec le métal radioactif<br /> car il s&amp;#39;agit d&amp;#39;un sanctuaire dédié à Pluton, dieu des Enfers<br /> et dont l&amp;#39;entrée est désormais murée. Une source circule<br /> dans l&amp;#39;édifice et des gaz suffocants s&amp;#39;en dégagent. Les prêtres<br /> castrats qui le desservaient utilisaient un subterfuge pour faire croire en leurs<br /> pouvoirs. Ils y introduisaient des petits animaux qui évidemment y mouraient<br /> tandis qu&amp;#39;eux en ressortaient indemnes car les gaz lourds restent au raz du sol.</p> <p>nous<br /> grimpons la colline en direction du Théâtre (n°11) . Restauré<br /> par des Italiens, il est en très bon état. Il fut reconstruit après<br /> le séisme de 60 et maintes fois remanié, en particulier sous Hadrien<br /> et Septime Sévère. Une partie est édifiée en surélévation<br /> et pourvue de 4 entrées (vomitorium) entre les 20 rangées de gradins<br /> de la partie basse et les 25 de la partie supérieure. Il pouvait accueillir<br /> 15 000 personnes et fut utilisé jusqu&amp;#39;au milieu du IVe s. Le mur de scène<br /> est orné de bas-reliefs en marbre blanc.<br />Manquant de temps, nous ne<br /> poursuivons pas notre marche plus haut sur la colline vers le Martyrium de Saint<br /> Philippe qui date du Ve siècle. Selon la tradition chrétienne, l&amp;#39;apôtre<br /> venu ici vers l&amp;#39;an 87 fut crucifié ici la tête en bas.<br />Nous redescendons<br /> vers le Cardo en passant près des vestiges de l&amp;#39;Agora et de la Cathédrale<br /> byzantine (VIe s.). Lors de la mise en valeur du site, il a fallu dégager<br /> environ deux mètres de concrétions calcaires de travertin qui au<br /> fil du temps avaient recouvert la voie.</p> <p>Nous poursuivons en direction du<br /> nord, en passant la Porte nord puis la toute proche Porte de Domitien (n°4)<br /> qu&amp;#39;a fait construire le proconsul Frontinius. Il s&amp;#39;agit plutôt en fait d&amp;#39;un<br /> arc de triomphe à trois arches flanqué de deux grosses tours rondes.<br /> Elle est précédée, par les colonnades des Latrines (n°5),<br /> sur la gauche.</p> <p>Puis, au-delà de la porte, ce sont les vestiges des<br /> Thermes nord (n°2) du IIIe s., construits hors de l&amp;#39;enceinte qui furent reconvertis<br /> en basilique chrétienne au VIe s.</p> <p>Nous arrivons dans la partie haute de la vaste nécropole (n°1),<br /> qui compte plus de 1 200 tombes, certaines destinées à des défunts<br /> juifs.</p> <p>Les tombeaux sont de différentes époques et de 4 styles:<br /> simples tombes, sarcophages, tumulus circulaires à chambre voûtées,<br /> tombeaux familiaux à l&amp;#39;allure de temples surnommés Minerva qui pouvaient<br /> accueillir jusqu&amp;#39;à 6 dépouilles. Nous arrivons rapidement à<br /> un tumulus du Ier siècle av. J-C mais réutilisé jusqu&amp;#39;au<br /> IIe s. de l&amp;#39;ère chrétienne.</p> <p>Toutes les sépultures ont<br /> été pillées: murs défoncés, couvercles déplacés.<br /> De nombreuses pierres portent des inscriptions gravées en langue grecque<br /> tandis que d&amp;#39;autres sont décorées de superbes sculptures: l&amp;#39;enfant<br /> qui boit au pis de la vache, un visage féminin&#8230;</p> <p>En une heure nous<br /> parcourons à bonne allure et dans les deux sens cette longue (de plus d&amp;#39;un<br /> kilomètre probablement, vu notre allure de marche) et étrange avenue<br /> bordées de monuments funéraires en jolie pierre aux reflets dorés<br /> mais disposés un peu de guingois du fait des séismes.<br />Er ist<br /> curieux d&amp;#39;apercevoir un parapentiste évoluant au sud du site&#8230;</p> <p>&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8211; &#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;</p> <p>SITE<br /> DE PAMUKKALE &quot;le Château de Coton&quot; *** Hiérapolis</p> <p>Joli<br /> nom évocateur!</p> <p> Depuis 14000 ans (?), les sources thermales riches<br /> en minéraux, notamment en calcaire, ont déposé une gangue<br /> de travertin qui a tout enrobé sur les pente de la colline qui domine la<br /> moderne Pamukkale. C&amp;#39;est unes succession de cascades pétrifiées<br /> et de vasques en gradins à l&amp;#39;eau bleutée.</p> <p>Certaines concrétions<br /> ne sont pas sans rappeler les stalactites ou plus exactement les draperies de<br /> calcite blanche que l&amp;#39;on peut admirer dans certaines grottes.</p> <p>Malgré la destruction des hôtels qui dominaient<br /> le site et s&amp;#39;appropriaient l&amp;#39;eau des sources, on a l&amp;#39;impression que la préservation<br /> du site reste difficile comme semblent l&amp;#39;indiquer la couleur jaunâtre voire<br /> grisâtre qui apparaît dans certaines parties du site. </p> <p>un<br /> réseau de canaux achemine l&amp;#39;eau tout en haut du site et on sent très<br /> bien la chaleur de la vapeur qui sourd entre les planches qui les protègent<br /> et servent en même temps de sentiers. Des vannes sont aménagées<br /> au-dessus de diverses sections du site afin de les faire parcourir, à tour<br /> de rôle (rythme hebdomadaire?), par un flux d&amp;#39;eau régénérateur<br /> mais sans doute insuffisant.</p> <p>De plus, l&amp;#39;utilisation gratuite des vasques<br /> qui servent de pataugeoires (attention de ne pas glisser!) aux touristes n&amp;#39;est-elle<br /> pas source de nuisances, même si l&amp;#39;on a pris la précaution d&amp;#39;obliger<br /> les utilisateurs à enlever leurs chaussures? Mais c&amp;#39;est bien agréable<br /> en cette fin d&amp;#39;après-midi, tandis qu&amp;#39;un pâle soleil filtre et éclaire<br /> les bassins étagés au sud-ouest. <br />Nous y avons passé une<br /> heure sans nous rendre compte qu&amp;#39;il faut regagner la sortie pour rejoindre le<br /> groupe. Il est déjà 18h15!</p> <p>Pour avoir un autre aperçu du site, non plus d&amp;#39;en haut mais d&amp;#39;en bas, nous<br /> sommes revenus le lendemain matin. <br />Splendide spectacle d&amp;#39;une falaise à<br /> l&amp;#39;allure de choux-fleurs au-dessus d&amp;#39;un petit lac urbain où finissent les<br /> eaux pétrifiantes.</p> <p> Court trajet<br /> de 5km pour se tendre à Karahayit, un secteur d&amp;#39;hébergement touristique<br /> et thermal qui s&amp;#39;est développé depuis 1992.</p> <p> L&amp;#39;hôtel<br /> Lycus River affiche 5* mais il serait plus juste de lui en attribuer 3 pour l&amp;#39;hébergement<br /> ou, disons 4 si l&amp;#39;on tient compte des services annexes (SPA, médecin, massages).</p> <p>grand<br /> choix au buffet mais c&amp;#39;est surtout deux autres points qui retiennent l&amp;#39;attention.<br /> <br />Ce sont d&amp;#39;abord ses piscines alimentées par des eaux chaudes très<br /> riches en oxyde de fer qui se pétrifient dans une masse rougeâtre<br /> et moirée.<br />Ensuite, ce sont les soins par &quot;poisson-docteur&quot;<br /> autrement dit ichtyothérapie où l&amp;#39;on pratique sur les patients le<br /> fish peeling, sur les pieds, les jambes ou l&amp;#39;ensemble du corps. Autrement dit,<br /> ce sont de petits poissons noirs qui se régalent en vous débarrassant<br /> des squames de votre peau tout en vous chatouillant agréablement. Cela<br /> produit sur la peau un effet de gommage qui a l&amp;#39;avantage d’être naturel.<br /> En effet, c’est en Turquie que le phénomène &quot;fish spa&quot;<br /> ou &quot;Dr. Fish&quot; est né, en utilisant des poissons du pays vivant<br /> dans ces eaux chaudes, les garra rufa. </p> <p>En dehors<br /> de ces distractions, la télévision turque nous apprend que des affrontements<br /> violents entre des casseurs et manifestants avec les forces de l&amp;#39;ordre ont eu<br /> lieu à Ankara à l&amp;#39;occasion des manifestations et défilés<br /> du 1er mai.</p> <p>&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8211; &#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;</p> <p>Ville d&amp;#39;Antalya* jour 1 (1)<br />Site<br /> de Pergé** (2)<br />Ville d&amp;#39;Antalya jour 2 (3) </p> <p>Menu autour de la LYCIE <br />Retour aux VOYAGES </p> <p>US ET COUTUMES&#8230;<br /> <br />LES SALUTATIONS</p> <p>Pas de poignée de main ni d&amp;#39;embrassade avec des<br /> personnes étrangères mais cela se pratique entre amis.<br />Pour témoigner<br /> le respect envers les anciens, un Turc embrasse le dos de la main de la personne<br /> chez qui il se rend avant de la porter à son front. Il peut embrasser une<br /> personne plus âgée ou bien se laisser toucher le front par celle-ci.<br />pour<br /> dire &quot;non !&quot;, on lève la tête ou les yeux vers le ciel<br /> tout en prononçant le &quot;clic&quot; négatif &quot;tchik&amp;#39;.<br />un<br /> peu comme en Extrême-Orient, on appelle les autres personnes en fonction<br /> des générations sous des termes génériques de &amp;#39;&amp;#39;frère&amp;#39;&amp;#39;<br /> ou &amp;#39;&amp;#39;sœur&amp;#39;&amp;#39; voire &amp;#39;&amp;#39;oncle&amp;#39;&amp;#39; ou &amp;#39;&amp;#39;tante&amp;#39;&amp;#39; si ces personnes ont plus de 60<br /> ans.<br />L&amp;#39;oeil bleu porte-bonheur (il vaudrait mieux parler d&amp;#39;amulette pour chasser<br /> le mauvais oeil), le nazar doit être accompagné d&amp;#39;un &quot;Machallah&quot;,<br /> mot intraduisible (l&amp;#39;équivalent serait notre &quot;Toucher du bois&quot;)<br /> qui protège du &quot;mauvais oeil&quot;.</p> <p>Les Turcs accueillent leurs<br /> amis en leur offrant d&amp;#39;abord de l&amp;#39;eau de Cologne (sortie du frigo) pour se laver<br /> les mains puis le café turc, si on est le matin, ou le thé, si on<br /> est l&amp;#39;après-midi. <br />Avant un repas, en guise d&amp;#39;apéritif, ils consomment<br /> souvent des morceaux de pastèque accompagnés de fromage (sorte de<br /> féta) le tout arrosé d&amp;#39;alcool anisé, le raki (équivalent<br /> de l&amp;#39;ouzo grec ou de l&amp;#39;arak palestinien).</p> <p>LA CIRCONCISION</p> <p>La circoncision<br /> se pratiquait autrefois entre 4 et 6 ans mais elle a lieu aujourd&amp;#39;hui soit dès<br /> la naissance (les festivités sont alors reportées à la fin<br /> de l&amp;#39;enfance) soit à l&amp;#39;âge de 11 ans. <br />Après les prières<br /> à la mosquée, le jeune garçon est déguisé en<br /> prince. Il revêt un chapeau de pluie, une canne et un cape de velours portant<br /> l&amp;#39;inscription &amp;#39;&amp;#39; Machallah&amp;#39;&amp;#39;. Les trois doigts qui servent à tirer au fusil<br /> sont décorés au henné. Pour l&amp;#39;intervention réalisée<br /> par un médecin, le garçon s&amp;#39;installe dans un grand lit décoré<br /> de ballons. Les femmes n&amp;#39;assistent pas au rituel. En cadeau, le garçon<br /> circoncis reçoit de l&amp;#39;or qui est mis de côté par sa mère.</p> <p>MARIAGE</p> <p>la<br /> concubinage commence à se répandre notamment avec le développement<br /> de la vie universitaire. </p> <p>En dehors des mariages complètement arrangés,<br /> le cas est fréquent où le garçon passe par sa mère<br /> pour indiquer son intérêt pour telle jeune fille (les femmes se marient<br /> en général avant 23 ans). <br />S&amp;#39;il y a rencontre, le garçon<br /> offre un paquet de chocolat et un bouquet à la jeune personne qui sert<br /> un café ou un thé puis s&amp;#39;en va. Si le garçon lui a plu, elle<br /> revient avec le bouquet mis dans un vase. Cela ouvre &quot;le temps de la promesse&quot;<br /> au cours de laquelle le garçon sera soumis à l&amp;#39;épreuve du<br /> café salé pour montrer son attachement à sa future épouse<br /> même dans les difficultés.<br />Lorsqu&amp;#39;un projet de mariage se concrétise,<br /> c&amp;#39;est le père du garçon qui fait la demande au père de la<br /> jeune fille. S&amp;#39;il est d&amp;#39;accord les bagues sont passées sinon il coupe le<br /> ruban qui les lie. Pendant les fiançailles les jeunes se rencontrent en<br /> présence des familles.<br />Pour le mariage, le garçon offre à<br /> sa fiancée une parure de bijoux, la robe, la coiffure. Pour clore les festivités,<br /> il doit aussi prévoir suffisamment de raki et d&amp;#39;enveloppes contenant des<br /> bakchichs ainsi qu&amp;#39;un coq ( ! pour faire un barbecue) destinés à<br /> ses amis. Quant à la jeune fille, elle offre au garçon un costume<br /> et une montre.</p> <p>Avant le mariage a lieu la soirée du henné<br /> pour la jeune femme. Maquillée au henné et vêtue d&amp;#39;une robe<br /> traditionnelle, le visage caché par un foulard rouge transparent, elle<br /> est au centre d&amp;#39;une ronde de jeunes filles qui dansent au son du tambour, de l&amp;#39;orgue<br /> et de la clarinette et qui chantent parfois jusqu&amp;#39;à la faire pleurer. la<br /> belle-mère glisse deux pièces d&amp;#39;or à l&amp;#39;effigie d&amp;#39;Atatürk<br /> dans la main de sa future belle-fille.</p> <p>Après être allé<br /> chercher sa fiancée, les jeunes gens défilent en ville et se rendent<br /> dans trois mosquées où ils se lavent les mains tandis que les badauds<br /> jettent de la monnaie (qui sera ramassée le lendemain matin). Le mariage<br /> religieux se déroule à la maison en présence de l&amp;#39;imam. la<br /> consentement tient dans la répétition par 3 fois de la formule &amp;#39;&amp;#39;j&amp;#39;accepte&amp;#39;&amp;#39;<br /> (parallèle à celle du &amp;#39;&amp;#39;je divorce&amp;#39;&amp;#39;). La jeune fille doit préciser<br /> la somme qu&amp;#39;elle demanderait en cas de divorce.<br />Lors de la soirée, le<br /> garçon doit s&amp;#39;arranger pour marcher sur le pied de sa jeune épouse<br /> et marquer ainsi qu&amp;#39;il aura le dessus !<br />Après le mariage, vers les 4<br /> heures du matin, le jeune marié offre une soupe à base d&amp;#39;abats de<br /> mouton.<br />La réception se déroule fréquemment dans de salons<br /> de mariage, surtout en ville (comme nous avions pu le voir à Mugla).</p> <p>la<br /> mariage coûte cher. A titre d&amp;#39;exemple, Nurcan cite le cas du père<br /> de Mémet qui s&amp;#39;est remarié à 80 ans et qui a dû offrir<br /> un cadeau en or d&amp;#39;une valeur de 1250€. </p> <p>Le divorce tend à se<br /> développer dans les milieux urbains. Lors du divorce, jusqu&amp;#39;à 10<br /> ans les garçons du couple restent avec leur mère puis au-delà<br /> ils vont avec leur père.</p> <p>Retour aux VOYAGES <br />Retour programme<br /> autour de la LYCIE </p> <p>&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8211; &#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;</p> <p>Etape<br /> précédente : Laodicée, Hiérapolis, Pamukkale</p> <p> <br />Départ tardif, à 9h, pour une journée surtout consacrée<br /> à faire de la route puisque 250km nous séparent d&amp;#39;Antalya. </p> <p>la<br /> seuls évènements du jour sont ce matin un arrêt au pied du<br /> &quot;Château de coton&quot; à Pamukkale (cf. la page précédente),<br /> la visite d&amp;#39;un magasin de tapis dans les environs de Denizli et en soirée,<br /> un arrêt dans la vieille ville d&amp;#39;Antalya.</p> <p>DENIZLI, avec ses 500 000<br /> habitants est la grande ville de la province éponyme (qui compte 850 000<br /> habitants). Le symbole de la ville est un coq d&amp;#39;une race réputée<br /> pour la durée en temps de son chant. Il y a même un chant appelé<br /> &quot;Le coq de Denizli&quot; mais Nurcan ne nous en fera pas la démonstration.<br /> Des combats de coqs sont également organisés dans cette région.<br />L&amp;#39;économie<br /> de la région repose sur le secteur agricole resté très important<br /> : culture du coton, du tabac, des fruits. L&amp;#39;industrie textile occupe également<br /> une place non négligeable à l&amp;#39;exportation: peignoirs, serviettes&#8230;<br /> et tapis!<br />Etrangeté, il m&amp;#39;a semblé apercevoir un minaret installé<br /> au-dessus de la terrasse d&amp;#39;un immeuble&#8230;</p> <p> <br />Justement, à ce propos, nous voici devant le premier des trois passages<br /> obligés (on pourrait reste dans le bus ou sur le parking!) du circuit,<br /> l&amp;#39;arrêt dans un magasin de vente (dit &quot;centre artisanal de nouage de<br /> tapis&quot;), le Centre de Tapis, CANKURTARAN HALI.<br />Au passage, &quot;petit<br /> cours de morale&quot; par <br />Nurcan qui nous rappelle que notre voyage promotionnel<br /> est subventionné par les magasins que nous allons visiter. Elle précise<br /> que ceux qui n&amp;#39;achètent rien doivent néanmoins laisser tout le temps<br /> nécessaire à leurs collègues intéressés par<br /> des achats.</p> <p> Habituelles présentations: dévidage manuel de<br /> cocon (mais on ne voit pas de vrais vers à soie), filature manuelle de<br /> la soie et petit atelier de fabrication avec quelques métiers.</p> <p> Puis<br /> on nous conduit dans un salon de présentation et de vente de tapis. Contrairement<br /> à tous les magasins de ce type visités dans divers pays, ici les<br /> photos sont interdites (sans doute une façon de faire penser que l&amp;#39;on voit<br /> des exclusivités). <br />Le démonstrateurs bonimenteur de service<br /> parle très bien français car il a vécu dans notre bonne ville<br /> de Châteaubriant. <br />Petit historique: le plus vieux tapis qui date de<br /> 4000 av. J-C est en Russie, au Musée de l&amp;#39;Hermitage à St Petersbourg. </p> <p>Evidemment, grâce à leurs double noeud ou noeud de Ghiordes,<br /> les tapis noués ou halis que l&amp;#39;on trouve ici sont de meilleure qualité<br /> que ceux d&amp;#39;Iran, à simple noeud persan ou Senneh&#8230;<br />Un peu de technique:<br /> la longueur de fil dans un cocon peut atteindre 1,5km, densités qui sont<br /> de 10&#215;10, 24&#215;24 ou 36&#215;36 noeuds au cm², textiles utilisés: soie, laine<br /> ou coton, avec des effets de lustrage qui peuvent induire en erreur, temps nécessaire<br /> pour réaliser un tapis en soie de l&amp;#39;ordre de 8 mois (voire 3 ans) car les<br /> ouvrières ne peuvent y travailler que 3 heures par jour en raison de la<br /> fatigue oculaire, utilisation de colorants chimiques pour teindre la soie. <br />Quelques<br /> mots sur une autre spécialité turque, les kilims. D&amp;#39;origine nomade,<br /> les kilims étaient conçus pour faciliter le mode de vie tribale<br /> et étaient utilisés en tant que tapis de prière, tentes,<br /> sacs, tentures, couvertures, nappes etc&#8230; Ils faisaient et font toujours partie<br /> du trousseau des jeunes filles qui les confectionnent dès le début<br /> de leur adolescence. Ce qui les caractérise ce sont leurs dessins géométriques<br /> et surtout leurs couleurs chatoyantes propres à chaque village. Attention,<br /> ce ne sont pas des tapis noués mais tissés.<br />Autres tissus typiques<br /> les sumaks et cicims qui ne sont ni des pièces nouées ni des pièces<br /> nouées mais de la broderie&#8230;</p> <p>La vente est exonérée<br /> de la TVA turque mais le démonstrarteur conseille de faire la déclaration<br /> à la douane française.<br />La représentation se déroule<br /> avec pour finir les petits formats qui jouent les tapis volants. Les négociations<br /> peuvent commencer&#8230; mais le magasins ne fera pas beaucoup d&amp;#39;affaires avec notre<br /> groupe. Pourtant on y a mis le temps: entrés à 10h on en ressort<br /> seulement à midi et demi!</p> <p>En reprenant le bus, nous demandons à<br /> Nurcan si elle a commencé à tisser son kilim&#8230; </p> <p>Le trajet<br /> est aussi l&amp;#39;occasion de lui passer commande de boîtes de loukoums. La base<br /> de cette confiserie orientale est de l&amp;#39;amidon (maïs), du sucre (sirop de<br /> glucose) et de l&amp;#39;eau de rose. On peut y ajouter des noix, pistaches, noisettes<br /> ou amandes pillées. Quant aux loukoums colorés, il vaut mieux les<br /> éviter. Ca n&amp;#39;apporte rien de plus et cela peut être chimique&#8230;</p> <p>sur<br /> cette lancée, Nurcan nous livre deux recettes dont elle est la spécialiste.<br />Celle<br /> de l&amp;#39;ayran, une boisson lactée et salée, rafraîchissante pour<br /> l&amp;#39;été que l&amp;#39;on trouve sous divers noms au Moyen-Orient: à<br /> base de yaourt, un peu d&amp;#39;eau, concombre et menthe hachés, sel, un peu d&amp;#39;huile<br /> d&amp;#39;olive, éventuellement des glaçons, et le tout battu.<br />Celle<br /> du menemen, autrement dit des oeufs brouillés: tomate râpée,<br /> oignon haché, poivron vert en lanières et œuf non battu.</p> <p></p> <p>En apercevant quelques cimetières musulmans qui ont l&amp;#39;air abandonnés,<br /> Nurcan nous donne quelques précisions au sujet de la mort dans l&amp;#39;Islam.<br />la<br /> morts sont lavés avant l&amp;#39;inhumation puis le corps enveloppé dans<br /> un linceul est déposé sur une planche. Ils sont enterrés<br /> sans cercueil et la tombe ne comporte pas de dalle afin de faciliter la libération<br /> lors de la résurrection. Au cimetière, on jette une poignée<br /> de terre sur le corps en récitant une sourate du Coran évoquant<br /> la Résurrection. <br />Dans cette religion, la mort est dépouillement<br /> et la nudité des cimetières en témoigne: pas de clôture,<br /> pas de pierre tombale, juste quelques petits tertres anonymes avec quelques pierres<br /> qui marquent l&amp;#39;orientation du corps vers La Mecque. Très vite les tombes<br /> se confondent avec la nature qui les environne.</p> <p>Un peu plus de 13h30<br /> lorsque l&amp;#39;on s&amp;#39;arrête pour déjeuner au Willow Village (régionde<br /> Köke?). C&amp;#39;est un restaurant qui sort des normes par sa forme circulaire et<br /> son toit conique et sa cheminée centrale où un petit feu crépite.<br /> Une forme de grande yourte en bois mais quand même soutenue par une charpente<br /> métallique pas trop visible (peinture noire mate).<br />La salle est moins<br /> grande que ce à quoi on est accoutumé et notre groupe est seul.<br /> Peut-être que d&amp;#39;autres nous y ont précédés, compte<br /> tenu de l&amp;#39;heure déjà tardive. On aurait pu s&amp;#39;attendre à des<br /> choses grillées. Raté!</p> <p> Une bonne heure<br /> de bus avant un arrêt d&amp;#39;une vingtaine de minutes dans un petit village de<br /> la région de Korkuteli, une région aride et aux vallées abruptes<br /> qui succède à des lointains de montagnes enneigées.<br />Encore<br /> une heure de route et arrêt photo avant d&amp;#39;arriver à Antalya, pour<br /> la tête d&amp;#39;Atatürk, sculptée dans la falaise au bord de la route<br /> et avec cette phrase signée de lui &quot;hic suphesiz ki antalya dunyanin<br /> en guzel yeridir&quot;, ce qui signifie quelque chose comme &quot;Antalya, sans<br /> aucun doute le plus bel endroit au monde&quot;.</p> <p>Nous arrivons enfin en vue d&amp;#39;ANTALYA. </p> <p>&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8211; &#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;</p> <p>ANTALYA<br /> (800 000 habitants), &quot;la Riviera turque&quot;<br />Avant-dernier jour du circuit*</p> <p>L&amp;#39;ANCIEN<br /> ETAT DE PAMPHYLIE&#8230; </p> <p>Une grande diversité de peuples sous domination<br /> hittite occupaient le territoire de cet antique état d&amp;#39;Asie Mineure lorsque<br /> les Grecs et les Phéniciens établirent quelques comptoirs dont Pergé,<br /> Aspendos et Sidé. <br />Ce territoire passa sous la domination des Perses.<br /> Aux IVe-IIIe s. av. J-C, elle fut conquise par le macédonien Alexandre<br /> le Grand. Au IIe s. les Romains confièrent ce territoire au roi de Pergame<br /> qui fonda Antalya. Au Ier siècle avant J-C, tout comme les autres états<br /> d&amp;#39;Asie Mineure bordant la mer Egée, l&amp;#39;Ionie fera partie de l&amp;#39;Empire romain.<br /> Par la suite, elle fera partie de l&amp;#39;Empire byzantin avant de finir dans l&amp;#39;Empire<br /> ottoman au XIVe s..</p> <p>Située sur la côte de l&amp;#39;ancien<br /> Etat de Pamphylie dont la capitale était le port de Sidé, la ville<br /> fut fondée au IIe s.av. J-C par Attale II, roi de Pergame, qui l&amp;#39;appela<br /> Attaleia. Bien plus tard, les Turcs ottomans la nommèrent Adalya (ou Adalia).<br /> C&amp;#39;est aujourd&amp;#39;hui le chef-lieu du district éponyme.</p> <p>Son climat méditerranéen<br /> contribue à son attrait pour les touristes avec ses 300 jours de soleil<br /> par an et cependant une température qui dépasse rarement les 30°.<br /> <br />Depuis la Seconde Guerre Mondiale, sa population a été multipliée<br /> par 35, passant de 23 000 à 800 000 habitants, sa population doublant parfois<br /> en une décennie! La ville reçoit annuellement 250 000 touristes.</p> <p>elle<br /> est 17h et Nurcan nous laisse quartier libre dans la vieille ville, l&amp;#39;ancien village<br /> de Kaleiçi, et le quartier du port jusqu&amp;#39;à 18h30.</p> <p> C&amp;#39;est d&amp;#39;abord,<br /> dominant le port, le kumbet (mausolée) hexagonal et à toit en pointe<br /> par dessus lequel on aperçoit la pointe du Yivli Minare, le Minaret cannelé.<br /> Puis la vue se porte sur les édifices qui émergent du paysage urbain,<br /> de gauche à droite, la Tour de l&amp;#39;Horloge et le minaret et les coupoles<br /> de la mosquée Alaaddin.</p> <p> La Tour de l&amp;#39;Horloge,<br /> d&amp;#39;origine romaine, aune base hexagonale tandis que sa partie supérieure<br /> possède un plan carré. Là débutent les fortifications<br /> romaines.<br />Nous jetons d&amp;#39;abord un coup d&amp;#39;oeil dans la mosquée Alaaddin<br /> construite au 13ème siècle par le sultan seldjoukide Keykubat Ier<br /> Alaaddin. Cela tombe bien, nous trouvons entre des horaires de prières.<br /> Justement, ceux-ci sont affichés à la fois sous forme analogique<br /> (tableau de pendules) et digitale. Le sol est constitué de grandes dalles<br /> de terre cuite. </p> <p>Puis<br /> nous nous intéressons au Yivli Minare, le Minaret cannelé, symbole<br /> de la ville. Haut de 38m (il comporte un escalier de 90 marches), on l&amp;#39;aperçoit<br /> de toute la ville. Tout comme sa voisine, la construction remonte au XIIIe s.<br /> sous le règne du sultan seldjoukide Keykubat. Au-dessus de sa base carrée,les<br /> cannelures de son tronc son revêtues de briques vernissées bleue<br /> et turquoises. </p> <p>La mosquée voisine avec ses six dômes a été<br /> construite un siècle plus tard par Mehmet Bey sur les bases d&amp;#39;une église<br /> byzantine. Les dômes sont supportés par les piliers et arcs que l&amp;#39;on<br /> voit dans la salle de prière. Une partie du sol a été recouvert<br /> d&amp;#39;une vitre au travers de laquelle on peut apercevoir des vestiges archéologique<br /> (tuyauterie, vase).</p> <p>En empruntant la rue en<br /> forte déclivité qui conduit au vieux port (&quot;Yat Limani&quot;),<br /> on a tout loisir de voir les boutiques de souvenirs, de confiseries, de fruits<br /> secs et d&amp;#39;épices. </p> <p>Petite promenade sur les quais: sa minuscule mosquée<br /> hexagonale, ses jeunes filles voilées d&amp;#39;un simple fichu mais imprimé<br /> de motifs en couleur, achetant glaces et confiseries, ses jolis bateaux, à<br /> voile également&#8230; Le port est surmonté par des fortification (la<br /> ville eut trois enceintes dues aux Romains, Byzantins, Génois et Turcs.</p> <p> <br />Après être remontés du port, nous parcourons rapidement<br /> les rues de la vieille ville (&quot;Kaleiçi&quot;), au-dessus (et à<br /> l&amp;#39;est) du port. On peut y voir d&amp;#39;anciennes maisons des XVIIIe-XIXe s. restaurées<br /> et d&amp;#39;autres en ruines. <br />Ces maisons de bois aux belles façades blanches<br /> avec des avancées laissent imaginer ce qu&amp;#39;était un village ottoman<br /> de la côte méditerranéenne. Souvent, elles renferment des<br /> patios fleuris de jasmins, d&amp;#39;orangers ou de cyprès. Certaines sont devenues,<br /> des hôtels, restaurants ou pensions. </p> <p>Par manque de temps,<br /> nous ne pourrons pas pousser plus au sud vers la Mosquée Cumanun, avec<br /> son minaret tronqué (Kesik Minare). Construit au XIVe siècle sur<br /> les ruines d&amp;#39;une église paléo-byzantine, il fut endommagé<br /> suite à un incendie en 1896. Plus loin, on aurait pu voir également<br /> la Tour Hidirlik, d&amp;#39;origine romaine et qui servit de phare et de bastion. On l&amp;#39;a<br /> paerçu au loin lorsque l&amp;#39;on se trouvait sur la promenade au-dessus du port.</p> <p> En revanche, après avoir repris le bus, en nous dirigeant vers<br /> l&amp;#39;est, nous apercevons fugitivement la Porte d&amp;#39;Hadrien flanquée de tours<br /> carrées. Elle fut percée dans les murs de la cité lorsque<br /> l&amp;#39;empereur romain Hadrien (règne de 117 à 138) vint à Antalya<br /> en l&amp;#39;an 130 après J.C. C&amp;#39;est un superbe arc de triomphe en marbre blanc<br /> dont les voûtes sont ornées de riches sculptures.</p> <p>Tout autres<br /> monuments, des minarets de mosquées plantés sur des terrasses d&amp;#39;immeubles<br /> (déjà aperçus à Denizli) ou au pied de ces immeubles.<br />c&#39;est<br /> aussi un quartier de commerces et tout particulièrement de robes de mariées,<br /> toutes plus froufroutantes les unes que les autres, exposées au premier<br /> étage des immeubles.<br />Autre étrangeté architecturale: des<br /> cheminées-barbecues sont aménagées carrément sur les<br /> balcons des appartements.</p> <p> A<br /> 4km, du centre ville, nous arrivons à notre hôtel club Falcon qui<br /> affiche 4* mais en vaut 3*. Il est curieusement organisé en 4 bâtiments<br /> sur un terrain clos. Situé près de la côte, il domine la mer<br /> car la ville d&amp;#39;Antalya se trouve sur un plateau séparé de la mer<br /> par une falaise. Les établissements hôteliers du secteur ont donc<br /> recours à l&amp;#39;aménagement non pas de plages artificielles mais de<br /> terrasses flottantes&#8230;<br />Pour la restauration, grande salle, très sonore,<br /> avec un méli-mélo de groupes arrivant ou partant et concernés<br /> par des circuits différents&#8230; et des chats qui errent sous les tables!</p> <p>pour<br /> ce temps, environ la moitié du groupe a pris l&amp;#39;option soirée folklorique<br /> (35€). A priori pas de déception car par chance leurs places se situaient<br /> près de la scène, dans la seconde rangées de tablées,<br /> alors que le grand hall où se déroulait le spectacle pouvait contenir<br /> environ un millier de spectateurs.</p> <p>La géopolitique s&amp;#39;invite encore<br /> aujourd&amp;#39;hui&#8230; <br />Oussam Ben Laden, le leader islamiste instigateur de la guerre<br /> sainte (djihad) et à l&amp;#39;origine des attentats des tours du Worl Trade Center<br /> de New York le 11 septembre2001 a été tué la nuit dernière<br /> par un commando américain dans son retranchement pakistanais d&amp;#39;Abbottabad.<br /> <br />Petit rappel biographique: Oussama est né en Arabie Saoudite dans une<br /> famille d&amp;#39;origine yeménite enrichie par ses activités dans le secteur<br /> &quot;bâtiment et travaux publics&quot;. Il a basculé dans l&amp;#39;islamisme<br /> à la fin des années 1970 et le comble, il a profité du soutien<br /> que les Américains apportaient alors aux Talibans dans leur guerre contre<br /> les Soviétiques présents en Afghanistan.</p> <p>&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8211; &#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;</p> <p>Site<br /> de PERGÉ**</p> <p>Départ à 8h30. <br />nous<br /> arrivons rapidement sur le site qui est situé à l&amp;#39;est d&amp;#39;Antalya<br /> (dans la ville d&amp;#39;Aksu), donc du même côté que notre hôtel.</p> <p>un<br /> site remarquable par les tours de sa porte hellénistique, ses thermes et<br /> son avenue des colonnes.</p> <p>La ville fut fondée vers le Xe s. av. J-C<br /> autour d&amp;#39;un port situé à près de 20km de la côte, sur<br /> les deux bords du fleuve Kestros ce qui le mettait à l&amp;#39;abri des pirates.<br /> Plusieurs siècles après la colonisation grecque qui avait suivi<br /> la Guerre de Troie, elle passa sous la coupe hellénistique des Macédoniens<br /> d&amp;#39; Alexandre le Grand et enfin, sous celle de l&amp;#39;Empire romain d&amp;#39;abord à<br /> travers le royaume de Pergame (en 188 av. J-C) puis directement intégrée<br /> (en 133 av. J-C).<br />Le culte d&amp;#39;Artémis y fut supplanté par le christianisme<br /> (premier sermon de St Paul). Ce fut la plus belle ville d&amp;#39;Anatolie aux IIe-IIe<br /> s. mais comme Ephèse elle périclita du fait de l&amp;#39;envasement du fleuve<br /> menant au port puis sous l&amp;#39;effet des incursions arabes au VIIe s.</p> <p> nous<br /> délaissons le théâtre interdit à la visite depuis plus<br /> d&amp;#39;une douzaine d&amp;#39;années (il l&amp;#39;était déjà en 1998).<br /> Ce théâtre gréco-romain adossé à la colline<br /> pouvait recevoir 15000 spectateurs. Sa fosse d&amp;#39;orchestre est ornée de superbes<br /> frises tandis que du haut des gradins, il serait possible de profiter du panorama<br /> sur le stade voisin et sur la ville basse.</p> <p>La visite commence donc par le<br /> stade de 234mx34m en forme de fer à cheval qui accueillait jusqu&amp;#39;à<br /> 12000 personnes sur ses 12 rangs de gradins soutenus par des voûtes qui<br /> abritaient des magasins donnant sur l&amp;#39;extérieur. Il date du IIe s.</p> <p>en<br /> nous rendant à la ville basse, on passe près des étals de<br /> bibelots des marchands forains (objets en écume de mer?).</p> <p> <br />Après une première porte romaine du IIIe s. de l&amp;#39;ère<br /> chrétienne, on trouve à droite les vestiges d&amp;#39;une basilique byzantine<br /> et, en face, sur la gauche, les restes du nymphée sud, une fontaine monumentale<br /> dédiée à l&amp;#39;empereur Septime Sévère ainsi que<br /> des colonnes d&amp;#39;un propylée.<br />Une autre porte flanquée des vestiges<br /> de deux tours rondes à trois étages, symboles du site, est d&amp;#39;époque<br /> hellénistique, du IIe s. av. J-C. Hautes de 12m, elles sont largement en<br /> ruines et des travaux sont justement en cours sur la tour de droite. Sur la droite,<br /> s&amp;#39;élève une triple arche.<br />Derrière la porte hellénistique<br /> et le nymphée, à l&amp;#39;ouest, on trouve les vestiges assez bien conservés<br /> des thermes sud avec leur dallage de marbre, leurs bassins et le système<br /> de chauffage hypocauste, autrement dit par le sol grâce à un système<br /> de petits tunnels en briques dans lesquels circulait l&amp;#39;air chaud. Cet équipement<br /> était complété par des salles destinées à la<br /> pratique des arts martiaux et des activités intellectuelles. <br />que<br /> il se doit, on passe successivement par le caldarium, le tepidarium et le frigidarium.<br /> Ils furent construits entre le Ier et le VIe s.</p> <p>A l&amp;#39;est de la porte<br /> hellénistique, nous nous rendons sur l&amp;#39;Agora qui en réalité<br /> serait plutôt le marché qui a été utilisé du<br /> IIe aux V-VIe s.. Le carré de 76x76m est entouré de portiques sur<br /> laquelle ouvraient des boutiques. On retrouve des vestiges de pavage, d&amp;#39;enseignes<br /> (boucherie), d&amp;#39;un jeu de jacquet gravé dans une plaque de marbre&#8230;</p> <p>Nous empruntons la large (20m) avenue des colonnes de style ionique<br /> portant parfois des sculptures en relief. Des travaux de fouilles et de restauration<br /> sont actuellement menés dans cette partie du site. Le centre de l&amp;#39;avenue<br /> est occupé non pas par un égout comme on peut parfois le lire mais<br /> par un aqueduc conduisant les eaux provenant du nymphée nord par un jeu<br /> de bassins étagés. Peu avant le nymphée, sur la gauche un<br /> chemin conduit aux vestiges des thermes nord et d&amp;#39;une salle de sports (palestre). </p> <p>Au pied de la colline où était établi<br /> l&amp;#39;acropole, le nymphée nord (ou nymphée de l&amp;#39;acropole) monumental<br /> a été érigé au début du IIe s. et il constitue<br /> l&amp;#39;extrémité de l&amp;#39;avenue. Il possède trois niches. Au centre,<br /> allongée, on voit la statue du dieu de la rivière, Kestros.</p> <p>&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8211; &#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;</p> <p>ANTALYA,<br /> dernier jour de circuit</p> <p>En revenant à Antalya après notre<br /> visite de Pergé, seconde phase commerciale du circuit: à 11 heures,<br /> visite d&amp;#39;un atelier de joaillerie artisanale. Il s&amp;#39;agit du hall d&amp;#39;exposition D<br /> Jewels. Par rapport à la quantité de bijoux présentés,<br /> il y a loin du compte avec le petit atelier installé dans un coin qui occupe<br /> 8-10 personnes dont une partie sont occupées à ajuster, réparer<br /> ou éventuellement nettoyer (inquiétant passage dans la machine &quot;mercury&quot;<br /> pour nettoyer l&amp;#39;or) les bijoux des touristes-acheteurs de passage&#8230; Les grosses<br /> berlines des patrons témoignent de leur prospérité.<br />nous<br /> n&amp;#39;en ressortons qu&amp;#39;une heure et demie plus tard! Assez peu d&amp;#39;achats&#8230;</p> <p>La faim se fait sentir, il n&amp;#39;est pas loin de 13h. Nous gagnons une immense salle<br /> à l&amp;#39;étage du Güverte Restaurant. Environ 500 couverts et il<br /> doit accueillir une bonne part des occupants de la douzaine de bus garés<br /> à proximité. Buffets, des chats qui errent sous les tables. Bon<br /> dessert à base de pâte de sésame et de raisins secs.</p> <p> Après cela,<br /> petit intermède touristique à la Düden Selalesi, une superbe<br /> cascade près de la plage de Lara. </p> <p>Nous allons y passer une heure,<br /> mêlés à de nombreux touristes turcs. En raison de travaux<br /> d&amp;#39;aménagements, l&amp;#39;accès en est peu commode et dangereux. Es dauert<br /> marcher sur la terre meuble que les tractopelles poussent parmi les touristes.<br /> De plus pas de garde-corps au bord de la falaise d&amp;#39;une quarantaine de mètres<br /> mais cela ne saurait tarder de même que l&amp;#39;accès ne risque-t-il pas<br /> de devenir payant?</p> <p>En tout cas, c&amp;#39;est un très beau spectacle<br /> et l&amp;#39;heure est favorable pour voir un arc-en-ciel se former au pied de la chute<br /> (la vue serait également excellente depuis un bateau).</p> <p>Dans la région,<br /> à 20km, les touristes qui disposent de plus de temps peuvent aller visiter<br /> les chutes encore plus grandioses de Kursulu.</p> <p>Enfin, troisième et dernière phase commerciale du circuit: il est<br /> plus de 15 heures 30 lorsque nous arrivons dans la manufacture de cuir PUNTO Leather<br /> &amp; Fur, dans le même secteur que la bijouterie visitée le matin.<br /> <br />Là encore, rien d&amp;#39;un atelier ou même d&amp;#39;une usine mais un hall<br /> de vente avec toutefois un défilé de mode d&amp;#39;une dizaine de minutes.<br /> La matière est intéressante: un cuir d&amp;#39;agneau très léger<br /> puisqu&amp;#39;un blouson d&amp;#39;homme pèse tout au plus 300 grammes.<br />par<br /> quoi, si l&amp;#39;on n&amp;#39;est pas intéressé, il faut fuir les vendeurs ou<br /> trouver la porte de sortie. Ce n&amp;#39;est pas le cas de tout le monde puisque 7 personnes<br /> (sur 41 soit 1/6e) feront des achats. Ce qui explique que l&amp;#39;on aura passé<br /> près de 2 heures dans cet établissement&#8230;</p> <p>de la<br /> touristes disposant d&amp;#39;une journée supplémentaire pourraient encore<br /> s&amp;#39;intéresser au site de Termessos, perdu dans la montagne, ou à<br /> celui d&amp;#39; Aspendos avec son remarquable théâtre ou encore mais plus<br /> éloigné (75km à l&amp;#39;est d&amp;#39;Antalya), à l&amp;#39;antique port<br /> de Sidé. </p> <p> Nous quittons l&amp;#39;hôtel à 3h30 après<br /> un petit petit-déjeuner. <br />Toujours sur un Boeing 737, envol à<br /> 6h15 pour une arrivée à Nantes à 6h35. Ciel bouché<br /> sur la Méditerranée mais à nouveau bien dégagé<br /> sur les Alpes.</p> <p>QUEL BILAN RETIRER DE CE VOYAGE PROMOTIONNEL ?</p> <p>Très<br /> largement positif. Excellent rapport qualité/prix. Avec le beurre, il ne<br /> faut r^ver d&amp;#39;avoir l&amp;#39;argent du beurre!</p> <p>A mes yeux, dans un circuit, il y<br /> a 6 composantes à prendre en compte. Ici 4 ont été très<br /> satisfaisantes: le prix, l&amp;#39;intérêt des sites visités, la compétence<br /> de la guide et le comportement du groupe. Plus moyennes ont été<br /> la météo (encore u peu fraîche) et la logistique incluant<br /> transport, hébergement et restauration, cette dernière état<br /> particulièrement le point faible (&quot;cantines&quot; ou resto-usines).</p> <p>L&amp;#39;organisation<br /> sur place est efficace, à la prussienne. Dès l&amp;#39;accueil à<br /> l&amp;#39;aéroport d&amp;#39;Antalya pour le dispatching des voyageurs, dans la vente et<br /> l&amp;#39;encaissement des forfaits-options, dans le fait que notre guide est par avance<br /> en possession de tous les tickets d&amp;#39;entrée dans les sites&#8230; Deux étranges<br /> bémols cependant: une dizaine de jours avant le départ, le TO n&amp;#39;était<br /> pas en mesure de nous fournir la liste des hôtels dans notre dossier de<br /> voyage. Par ailleurs, notre guide devait nous remettre un questionnaire de satisfaction<br /> à l&amp;#39;issue du circuit mais nous n&amp;#39;en avons pas vu la couleur&#8230;</p> <p>la<br /> hôtels sont grands et assez confortables même s&amp;#39;ils ont moins d&amp;#39;étoiles<br /> qu&amp;#39;annoncé et que parfois elles ne sont pas toutes méritées.<br /> Un peu sonores (sauf le Richemond de Kusadasi) car ne comportant pas de sas en<br /> entrée de chambre. Couchage correct, en général en lits jumeaux.<br /> Salles de bains pas très grandes mais bien finies, toilettes modernes avec<br /> jet d&amp;#39;eau (!) pour se laver, badges perfectionnés pour accéder aux<br /> chambres (on ne peut pas leurrer le système avec un carton afin de maintenir<br /> le courant lorsque l&amp;#39;on quitte la chambre d&amp;#39;où problème pour recharger<br /> les batteries&#8230;). Gestion plus négligée des deux premiers hôtels:<br /> Ambiante de Tekirova et Mendos de Fethiye.</p> <p>Concernant la restauration, comme<br /> il l&amp;#39;a été dit plusieurs fois, si la nourriture était convenable<br /> en revanche le service souffrait du caractère concentrationnaire des restaurants<br /> du midi et des immenses salles des hôtels pour les dîners.<br />c&#39;est<br /> l&amp;#39;occasion de revenir sur le piège du forfait &quot;Culture et Gastronomie&quot;,<br /> un peu caché lors de l&amp;#39;achat et, en pratique, imposé ou s&amp;#39;imposant<br /> de lui-même&#8230; Si des voyageurs s&amp;#39;étaient avisés de s&amp;#39;en dispenser,<br /> sauf pour le déjeuner à Myra, ils se seraient trouvés dans<br /> la quasi impossibilité de se restaurer du fait que les restaurants-usines<br /> et les hôtels où l&amp;#39;on nous conduits se trouvent isolés dans<br /> la nature ou au sein de complexes hôteliers à l&amp;#39;écart des<br /> villes. Dans ces conditions, comment faire pour s&amp;#39;en sortir ? Appeler un taxi<br /> (et faire vite le midi: 1h à 1h30 maxi)? Manger très copieusement<br /> le matin et profiter des pauses-pipi pour acheter quelques provisions à<br /> grignoter? &#8230;Bref, une solution radicale pour perdre des kilos!<br />Quant à<br /> se dispenser des visites tout en faisant le circuit&#8230; Quel intérêt<br /> alors de faire ce voyage? Car clairement c&amp;#39;est un circuit qui est proposé<br /> et non pas un séjour à 149€uros!</p> <p>Concernant les étapes<br /> dans les magasins. Inévitables dans tout voyage organisé mais un<br /> peu pesantes ici. Avec deux de ces visites au lieu de trois et moins de temps<br /> passé, on aurait pu visiter des sites intéressants et proches du<br /> circuit tels que Aphrodisias et Aspendos!</p> <p>Quant à l&amp;#39;occultation de<br /> sujets sensibles dans les explications de la guide, c&amp;#39;est une autre affaire. la<br /> sujets tels que les relations avec la Grèce, le génocide des Arméniens,<br /> la question kurde, les relations avec Israël ou le printemps arabes ont été<br /> ignorés (ce qui n&amp;#39;avait pas été le cas il y a 10 ans avec<br /> notre guide Kemal pour les trois premiers sujets)! A propos de l&amp;#39;Islam, Nurcan<br /> a largement déploré la progression de l&amp;#39;intégrisme, peu visible<br /> dans la région visitée mais fortement présent dans l&amp;#39;intérieur<br /> et l&amp;#39;est du pays. En revanche, elle n&amp;#39;a aucunement retenu son enthousiasme patriotique<br /> ,et bien compréhensible) pour montrer la prospérité de son<br /> pays dédaigné par les instances de l&amp;#39;Union Européenne qui<br /> avaient préféré intégrer de mauvais élèves<br /> comme la Grèce&#8230; Belle revanche!</p> <p>&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8211; &#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;</p> <p> La rpublique, et pas seuklement dans sa jeunesse, n&amp;#39;est donc pas exempte de tares s&amp;#39;exprimant par des pratiques intolrantes et xnophobes: expulsion des Juifs de Thrace en 1934, massacres(10000) et dportation (13000) de kurdes alvis (secte musulmane) en 1937-39 dans la rgion de Dersim, impt discriminatoire(varlik vergisi) sur les non-musulmans en 1942, pogroms d&amp;#39;Istanbul visant Grecs, Armniens et Juifs en 1955, spoliations des biens grecs en 1963&#8230;.</p> <p>&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8211; &#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;&#8212;<br /> 2012 TURQUIE Rcit d&amp;#39;un sjour de 3 jours ISTANBUL (ex-Byzance, ex-Constantinople) &#8211; mai 2012 (Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Istanbul sans jamais oser le demander)<br /> Rcit d&amp;#39;un sjour ISTANBUL<br /> Carnet de voyage ISTANBUL<br /> Sjour ISTANBUL civilisations cultures noms empires capitale grec Byzntion latin Byzantium Antiquit antique Thrace Bosphore mythologie Byzaz dieux Olympe Zeus Hera Io gnisse vache fondation Mgare alliance Athnes et Sparte Athnien toponyme buzo poros dtroit gu rivage passage vers la Mer Noire la ville de Chalcdoine les Perses de Darius avant Jsus-Christ de l&amp;#39;re chrtienne de notre re sige assige la Guerre du Ploponnse deux puissance rivales bataille navale Argos, Thbes, et Corinthe rgne d&amp;#39;Alexandre le Grand la suzerainet macdonienne invasions la Gaule t les Gaulois verser un tribu L&amp;#39;empire romain dclin et prosprit des cits littorales l&amp;#39;assassinat de l&amp;#39;empereur Commode Pescennius Niger contre Septime Svre destruction des remparts privilges Caracalla les Goths Maximin Daia et celui de Licinius Constantin rsidence impriale CONSTANTINOPLE la &amp;#39;&amp;#39;nouvelle Rome&amp;#39;&amp;#39; site naturel dfensif invulnrable Constantinopolis Thodose II l&amp;#39;entoure de nouveaux remparts Valentinien et Valens co-empereur Empire Romain d&amp;#39;Orient Empire Byzantin concile de Chalcdoine de 451 le patriarche de Constantinople Rome les Huns conduits par Odoacre Justinien ambitieux projet Corpus iuris civilis anctre du Code Civil Perses Goths Slaves Vikings (Normands) et Arabes la flotte du calife de Damas le conflit des iconoclastes ordres monastiques et patriarcat interdire le culte des images l&amp;#39;une des extrmits de la Route de la Soie le schisme de 1054 affecte le christianisme l&amp;#39;origine de l&amp;#39;Eglise Orthodoxe les croisades allgeance et hommage la Quatrime croisade est dtourne par les Vnitiens la ville sac les chevaux de Saint-Marc le quadrige de l&amp;#39;hippodrome le commerce Les Turcs Ottomans ressources commerciales au profit des Vnitiens et des Gnois l&amp;#39;empire de Nice Michel VIII Palologue endetts privilges bataille de Manzikert les Turcs Seldjoukides l&amp;#39;Empire Ottoman du souverain Osman Ier la pninsule des Balkans Varna le sultan Mehmet IIConstantin XI Palologue la capitale est transfre Ankara Edirne (Andrinople) Roumis Milliyet de Rum quartier du Phanar payer le hara (capitation) conscription force janissaires es citernes et les bains (des thermes grco-romains que nous appelons depuis lors bains turcs) l&amp;#39;architecture mle les influences arabes, persanes et byzantines gne de SolimanIer le Magnifique la ville se pare des oeuvres de l&amp;#39;architecte Sinan les sultans prennent le titre de calife, c&amp;#39;est&#8211;dire successeur de Mahomet et chef de la communaut musulmane (l&amp;#39;oumma) conqutes (Egypte, Syrie, Irak, Algrie, Serbie, Hongrie, Tunisie) l&amp;#39;apoge des rvoltes ou des soulvements militaires les spahis un tat dans ltat garde prtorienne arbitre des comptitions dynastiques dclin pertes territoriales l&amp;#39;poque des Tulipes dsagrgation Grce, gypte, Algrie puis des Balkans (Armnie) mouvement des Jeunes Turcs excution ghetto la coalition des Empires centraux constitue de l&amp;#39;Allemagne, de l&amp;#39;Autriche-Hongrie dfaite victoire cras 1920 Trait de Svres 1923 Trait de Lausanne guerre rpublicaine conduite par Mustafa Kemal Atatrk Stamboul du grec Is tm boli(n) ou is tin poli, signifiant vers la Ville ou la Ville Islam-bol signifiant alors l o l&amp;#39;Islam abonde Bogazici la route terrestre et la route maritime la Mer Ege archipel les Iles des Princes sismique sisme tremblements de terre la faille nord-anatolienne un climat tempr Population et dmographie une communaut armnienne la ville majeure de Turquie sur le plan conomique, industriel, ducatif et culturel le plus grand port de commerce du pays la plus riche de Turquie tourisme 6,5 millions de visiteurs vol sur la compagnie arienne nationale Turkish Airlines Airbus A320 l&amp;#39;htel Fehmi Bey demeures ottomanes budget Patrimoine Mondial de l&amp;#39;humanit de l&amp;#39;UNESCO parcours et itinraires journaliers sites et monuments classs quartiers de Balat et Fener extraordinaires mosaques et fresques de l&amp;#39;glise St Sauveur in Chora (Kaariye Camii) Palais de Constantin Porphyrognte, Palais des Blachernes quartier d&amp;#39;Eyp plerinage musulman caf Pierre Loti TO Tours Operators voyages promotionnels Bursa Iles aux Princes ou Iles des Princes canicule estivale et pluies d&amp;#39;automne la partie asiatique la ville asiatique la partie europenne la ville europenne les transports et la circulation train de banlieue (gare de Sirkeci) mtro tramway funiculaires (Tnel et Taksim-Kabatas) taxis dolms IETT (Istanbul Elektrik Tramvay ve Tnel) bateaux-navettes et traversiers (compos de vapur, d&amp;#39;hydroglisseurs, de ferries et de vedettes rapides) de la compagnie IDO (Istanbul Deniz Otobsleri) projet de tunnel pour relier les rives Marmaray carte prpaye et rechargeable Istanbul Kart consigne cadeaux et souvenirs antiquits tapis et kilims confiseries (loukoms, baklavas) pices et aromates, fruits secs monnaie et change la nouvelle livre ou lire turque (YTL) Yeni Trk Lirasi l&amp;#39;ancienne trk lirasi kurus Euros lires ou livres turques attentats terrorisme PKK (Parti des Travailleurs du Kurdistan) itinraires et circuits zone Quartier archologique et historique A PROPOS DE RELIGION(S) Etat laque libert de culte<br /> les glises et les synagogues l&amp;#39;abolition du sultanat par Mustapha Kemal Atatrk caftan, fez, voiles interdiction des confrries religieuses (derviches) tribus nomades des plaines de Mongolie celles de l&amp;#39;Asie centrale un chef nomm Seldjouk migrations les empires omeyyade et abbasside sunnites les Seldjoukides rgnrent sur le royaume des Oghouzes au nord de la Mer d&amp;#39;Aral capitale Ray (actuelle Thran) tolrance la signification des prnoms Bayram Safak Bahar Ramazan le Ramadan Yagmur Tufan Yeter Songul La Mecque Kible le parrain le kirve communaut des Alvis Alvisme chiites hritiers d&amp;#39;Ali le gendre du Prophte origine perse en Iran Irak liturgie les Alaouites kurdes kurmandji les Nusayris ou Noseris ou Ansariyas secte htrodoxe, initiatique et secrte l&amp;#39;ismalisme les Yzidis castes les Sheikhs les Pirs et les Murids l&amp;#39;histoire politique, l&amp;#39;histoire religieuse et l&amp;#39;histoire de l&amp;#39;art presqu&amp;#39;le architectes byzantins et ottomans l&amp;#39;Hippodrome (at Meydani) oblisque Colonne de Constantin VII Porphyrognte le Quadrige de la Loge Impriale (Kathisma) Basilique St Marc Venise quatre chevaux de bronze La Colonne Serpentine dApollon de Delphes bataille de Plates l&amp;#39;Oblisque de Thodose Temple de Karnak en Egypte porphyre de Syne Pharaon Touthmsis III les hiroglyphes Msopotamie la Fontaine de Guillaume II (Kaiser Wilhelm II) roi de Prusse et empereur d&amp;#39;Allemagne sultan Mahmut II ou sultan Mahmud II maisons de bois aux couleurs pastel Muse des Mosaques le Bazar d&amp;#39;Astara (artisanat) htels Blue House et du Four Seasons rue Kabaskal le Hammam de Roxelane (Haseki Hrrem Hammam) clbre architecte Koca Mimar Sinan la basilique Sainte Sophie devenue mosque Ayasofya Camii avant d&amp;#39;tre muse Fontaine d&amp;#39;Ahmet III la rue Sogukesme petits htels (pansiyon) et chambres d&amp;#39;htes rue Caferiye la mosque Zeynep le Pavillon ou kiosque Alay de l&amp;#39;extase tribunal pour mineurs (cocuk mahkemeleri) et la Sublime Porte (Bab- Ali) Htel des Monnaie le Parc de Glhane et le Muse Archologique Ste Irne (Agya Irini) la Porte du Salut (Bab-s Selam) ou Porte du Milieu (Orta-kapi) Le Palais de Topkapi &amp;#39;&amp;#39;la porte du canon&amp;#39;&amp;#39; le Srail (serayi) le Harem (Dar-s Saadet, le lieu sacr, interdit la Porte des Carrosses (Arabalar Kapisi) la Tour de la Justice qui abritait le Divan ou Kubbealti le Dme des Placards (Dolapli Kubbe) la Salle de la Fontaine aux Ablutions (Sadirvanli Sofa) le quartier des eunuques noirs (agalari) castrs ou chtrs mais compltement masculs la cour la Kadin Efendiler Tasligi la cour des pouses lgitimes et Cariye Tasligi des concubines cariye ou hassodalik odalisques les chambres prives de Murad III et d&amp;#39;Ahmet Ier, les pavillons jumeaux (ifte Kasirlar) les appartements des favorites (Mabeyn Tasligi ve Dairesi) le Couloir d&amp;#39;Or (Altinyol) et la Porte de la Volire ou Porte Kushane la Porte de la Flicit (Bab-u Saadet) Salle des Audiences (Arz Odasi) la salle des vtements impriaux puis les quatre salles du trsor miniatures et portraits Pavillon du Saint Manteau ou Pavillon des Reliques (Hirka-i-Saadet) manteau de Mahomet calife Jardins des Tulipes le Pavillon des Circoncisions (Snnet Odasi), le Kiosque de Revan et le Pavillon de Bagdad (Bagdat Ksk) terrasse baldaquin le balcon couvert d&amp;#39;Iftariye (ou d&amp;#39;Ibrahim) le Kiosque d&amp;#39;Abdlmeit la Porte Impriale (Bab-i Humayun ou Sultanat Kapisi) Sainte Sophie la prise de Constantinople de l&amp;#39;Artmision Ephse des temples d&amp;#39;Hliopolis (Baalbek), en Phnicie, d&amp;#39;Athnes, de Dlos et du sanctuaire d&amp;#39;Osiris marbres polychromes d&amp;#39;Eube de Synada 16 000m de mosaques d&amp;#39;or coupole renforce par 40 fuseaux piliers pendentifs triangulaires lourds contreforts arcs-boutants gothiques dme la cathdrale de Sville les empereurs iconoclastes splendeur dans l&amp;#39;exonarthex bnitier et sarcophage tympan de la Porte impriale Lon VI Christ mdaillons reprsentant l&amp;#39;Archange Gabriel et la Vierge Marie la Vierge assise avec l&amp;#39;Enfant Jsus sur ses genoux et debout les empereurs Constantin et Justinien lempereur Thophile la nef colonne de porphyre et &amp;#39;une des deux grandes jarres monolithiques de marbre ou d&amp;#39;onyx ou d&amp;#39;albtre rapports de Pergame Murad III chrubins anges le metatorion couronnement sacre de l&amp;#39;empereur la tribune du muezzin (mezzin mahfilli) la chaire de prdication de l&amp;#39;imam (ou du mollah) la niche vide du mihrab qui indique la qibla, la direction de la ka&amp;#39;ba Vierge l&amp;#39;Enfant la loge du sultan dentelle de marbre la colonne suante de St Grgoire chapiteaux ornes de feuilles d&amp;#39;acanthe enserrant les monogrammes de Justinien et de son pouse Thodora la loge de l&amp;#39;impratrice abside galerie des tribunes gynce la Porte de Marbre ou Porte du Ciel et de l&amp;#39;Enfer la mosaque de la Disis le Christ Pantocrator (Christ en gloire revenant pour le Jugement Dernier) St Jean-Baptiste graffitis en criture runique laisss par les Vikings le tombeau de Enrico Dandolo, 41e doge de Venise mosaque de l&amp;#39;Impratrice Zo Constantin IX mosaque dite des Commne Jean II Commne et son pouse Irne restaurant House of Medusa La Citerne-basilique (Yerebatan Sarayi Sarnici) surnomme le Palais Englouti rservoir citerne par un aqueduc Bons baisers de Russie (film de Terence Young, avec Sean Connery) colonnes de remploi ou de remploi ttes de la Mduse les Gorgones monstres fminins du monde souterrain Perseus, fils de Zeus la desse Athena cheveux en serpents La Mosque Bleue (Sultan Ahmet Camii) l&amp;#39;architecte Mehmet Aga disciple de Sinan balcons la caravane sacre mosque Selimiye d&amp;#39;Erdine teinte bleute faence d&amp;#39;Iznik cobalt bichromie Epoque Ming porcelaines chinoises calligraphie en criture coufique ou koufique, du nom de la ville de Koufa St Serge et St Bacchus la Petite Sainte Sophie (Kk Ayasofa Camii) Fte de la Circoncision l&amp;#39;Antiquit Hbraque (par rfrence Abraham) avant la pubert un vtement blanc orn d&amp;#39;un cordon rouge (costume de prince symbolisant la virilit) avec une cape avec l&amp;#39;inscription Masallah ( Dieu le prserve), un sceptre et un chapeau le Mausole du Grand Vizir Keecizade Mehmet Fuat Pasa le mausole du sultan MahmudII la Colonne de Constantin en porphyre d&amp;#39;Heliopolis prs du Hammam de Cemberlitas la Mosque Gazi Atik Ali Pasa Mosque baroque Nuruosmaniye (Nur-u Osman Iye) MahmudIer la Porte Mahmud Pasa (Mahmud Pasa Kapisi) les anciens han, autrement dit les caravansrails (Krk, Byk, Valide) la Tour de Beyazit Grand Bazar (Kapali Karsi aussi appel autrefois Bedesten, bazar couvert) la Porte Mercan forum byzantin de Tauris en mmoire du Sultan Beyazit II son fils Yavuz fontaine aux ablutions rituelles (sadirvan) tour de guet poste de guet contre les incendies portail mauresque de l&amp;#39;Universit d&amp;#39;Istanbul ancien Ministre de la Guerre un cimetire ottoman typique avec ses stles pitaphes apparence anthropomorphique surmontes d&amp;#39;un couvre-chef gnralement un turban nou la mode des soufis rue Tosyali la petite mosque Kalenderhane lempereur Maurice monastre la mosque des Princes (Sehzade Camii) l&amp;#39;Aqueduc de Valens ConstantinIer ou Constantin-le-Grand la mosque de Soliman Ier (Sleymaniye Camii), dit Soliman Le Magnifique Bazar Egyptien (Misir Carsisi) l&amp;#39;architecte imprial Mustafa Aga marchandises caravanes des Vnitiens et des Gnois la Nouvelle Mosque (Yeni Camii) Mehmet III dcor intrieur carreaux embarcadres d&amp;#39;Eminn et devant le Pont de Galata l&amp;#39;heure de la prire de la mi-journe (gle) Pavillon Imprial (hnkar kasri) la Gare de Sirkeci, tout prs du Pont de Galata restaurant Konyali Lokantasi vie des femmes condition de la femme l&amp;#39;mancipation des femmes polygamie abolie l&amp;#39;galit de l&amp;#39;hritage et l&amp;#39;galit des tmoignages le droit de vote La charte de l&amp;#39;OIT (Organisation Internationale du Travail) le statut des femmes reste dvaloris (hijab et niqab), des longues et amples robes (abaya) et tuniques (parfois toute noires) des femmes, des coiffes de prire en dentelle au crochet et djellabas (jilbab) des hommes Les deux rives de la Corne dOr face un quartier latin du commerce abri portuaire qui attira des colons la mosque de Rstem Pasa le Pont de Galata (Galata Kprs), la sultane-mre Bezmialem (mre du sultan Abdlmecit) entre Eminn et Karaky (Galata) Abdlaziz pont dUnkapani ou Atatrk (Hayrat Kprs devenu Atatrk Kprs) les pcheurs la ligne le ballet incessant des bateaux le pont de la Corne d&amp;#39;Or (Kali Kprs) Gaulois Galates calata galaktos galaktos galat priode hellnistique ptrs par l&amp;#39;aptre Paul St Paul la colline de Beyoglu quartier de Pera la Rpublique de Gnes systme de dfense remparts et fortifications les capitulations la porte de lArsenal la porte de Tophane (fonderie de canons) axes de circulation escaliers la Butte de Montmartre la Tour de Galata Tour du Christ l&amp;#39;empereur byzantin Anastase Oilozus Castellion ton Galatou le premier homme volant, Hezarfen Ahmet elebi deux ascenseurs vue 360 sur la ville un bar, un restaurant et une discothque Quartier de PERA (Beyoglu) Monastre des Mevlevi de la secte des Derviches Tourneurs Ambassades, prestigieuses coles, immeubles bourgeois, thtres, cinmas, restaurants et tavernes socit stambouliote Thessalonique GrandRue de Pra (Istiklal Caddesi) Annes Folles lycens, tudiants et touristes pharmacies (eczane), salons de th Consulat de Russie rue Mesrutiyet htel Pera Palas L&amp;#39;Orient Express Agatha Christie, Greta Garbo, Josphine Baker, Mata Hari ou Sarah Bernhardt ancien Htel Bristol devenu Muse de Pera StAntoine de Padoue kilise Aziz Antuan Padova le secteur de Galatasaray l&amp;#39;ancien tramway (nostaljik tram) tnel et Taksim lyce francophone lite March de Galatasaray, dit march aux poissons le Passage dEurope (Avrupa Pasaji) boutiques et magasins choppes Passage des Miroirs bijoux passage Choiseul Paris Passage de Pra ou des Fleurs (Pera Pasaji ou iek Pasaji) ruelle Nevizade Sokak mezze repas menu mezzs ancien Champs de Mars le Monument de la Rpublique (Cumhuriyet Aniti) repas dner le Marmara Cafe (rue Byk Parmakapi) mezquita larabe masjid jmi masged aramen racine proto-smitique genou prosternation prostern masjid al-Haram Kaaba un lieu de culte le muezzin (mouadh-dhan) la Grande Mosque de Kairouan la Koutoubia Marrakech les Moghols la salle de prire (haram) pishtak niche le minbar le mihrab la Hagia Sophia Ayasofya ferry et ferries mosque Fatih un paquebot de croisire de la flotte Costa, le Favolosa, a accost la Tour de Landre la mosque baroque Ayazma MustafaIII quartier d&amp;#39;skdar le gnral athnien Alcibiade la ville de Chrysopolis (Hrisopolis) signifiant Ville d&amp;#39;Or la province byzantine de Bithynie, le sultan ottoman Orhan lieux saints ville sainte Mdine traverse en vedette port escale Tour de la Jeune Fille (Kiz Kulesi) ou Tour de la Vierge la mythologie grecque, Hero les Dardanelles (Hellespont) Sestos Abysos jeune fille morsure piqure serpent ManuelIer de Commne pidmies de cholra page douane rue Semsi Pasa Bostan la mosque Rum Mehmet Pasa (ou Pasha), du nom du Grand Vizir la rue Esref Saat pour redescendre par la petite rue Tedbirhane puis les rue Dogancilar, Aziz Mahmud Efendi et Glfem afin de rejoindre l&amp;#39;avenue Hakimiyeti Milliye le port Karadavud Pasa Camii le foulard (hijab) le voile islamique (niqab) la mosque classico-baroque de la Sultane Valide (Yeni Valide Camii ou Valide-i Cedid Camii) sa mre Rabya Glnus mmetullah bibliothque cole coranique madrasa medersa mederse medrese la mosque Iskele Camii (traduit par Mosque de l&amp;#39;Escale, du Quai, des Docks ou de l&amp;#39;Echelle) mosque Semsi Pasa Camii Palais de Dolmabahe faade quai grilles Yali Atik Ali Pasa<br /> ( Besiktas) Palais de Ciragan ou Palais des Tulipes Abdl-MecitIer mouvement des Jeunes Turcs le parc de Yildiz gnral de Gaulle, pape PaulVI, Ceaucescu Universit francophone de Galatasaray Yali de Hatice Sultan ( Ortaky) le yali de Hatice, fille du sultan MuradV Pont du Bosphore (Bogazici Kprs) Rvolution Fte de la Jeunesse Yali de Muhsinzde ( Kuruesme) Palais de li Pasa Consulat d&amp;#39;Egypte (Hidiva Saray) le quartier de Bebek le vice-roi d&amp;#39;Egypte (le khdive) style Art Nouveau Forteresse d&amp;#39;Europe (Rumeli Hisariari) MehmetII Pont du Sultan Mehmet (Fatih Sultan Mehmet Kprs) Yali Halim Sat Pasa ( Yeniky) palace Maison de matre du Lion Grand Vizir Halim Sat la Premire Guerre Mondiale Yali Afif Pasa ( Istinye) Le Corbusier s&amp;#39;en serait inspir pour sa &amp;#39;&amp;#39;villa Turque&amp;#39;&amp;#39; en Suisse Pavillon Huber Ksk Port de Sariyer Rumeli Kavagi Chteau Hnkr (Hnkr Kasri) Mehmet Ali Pacha, khdive dEgypte orphelinat cole Chateau du khdive (Hidive Kasri) ( Cubuklu) Abbas Hilmi Pacha Yali de Ahmet Rasim Pasa ( Kanlica) Yali de Yagci Sefik Bey Yali Hekimbasi Salih Efendi rose Hekimbasi Kprl Hussein Pacha amiral Pierre Loti Yali Zarif Mustafa Pasa manoir cumba Forteressse d&amp;#39;Asie (Anadolu Hisari) Chteau de Kcksu kasri un palais en bois (konak) AbdlmecitIer Yali de Kibrisli Mustafa Pacha Emin pacha Mehmet Emin le Chypriote la Princesse Eugnie, le roi Faycal Kuleli Yali de Mahmud Nedim Pasa styles clectique classique no-classique baroque rococo l&amp;#39;Ecole d&amp;#39;infirmires du Croissant Rouge Ecole Militaire (Kuleli Askeri Lisesi) ( engelky) caserne la Seconde Guerre Mondiale Yali Kirmisi (cramoisi) Yali Kont Ostrorog et yali Hadi Bey Lon Ostrorog Malraux, Pompidou Yali Edip Efendi ( Kandilli) Bosphorus Kuleli Kaymak Mustafa Pasa Camii ( engelky) mosque-tour Palais de Beylerbeyi (du gouverneur gnral)<br /> marbre blanc Abdl-Aziz l&amp;#39;inauguration du Canal de Suez Mosque ryanizade Mescidi ( Kuzguncuk) Ahmet Esat Efendi Yali Fethi Ahmet Pasa manoir rose Franz Liszt petit village de Anadolu Kavagi en train de ramender des filets Fort de Yoros (Yoros Kalesi) ou Fort Gnois enceinte Hieron Hrules Goths Russes Cosaques MuradIV, OsmanIII et AbdlamidIer audio-guide positionnement GPS Pierre Loti, n Louis Marie Julien Viaud voyageurs marin militaire officier de marine Bous Poros yialos Marmara Cafe Byk Parmakapi Sokagi mto prire Salat Namaz Aube Aurore fajr duhan imsak sabah gnes Midi dhur gle Aprs-midi asr ikindi Soir maghrib aksam nuit isha&amp;#39;a yatsi</p> <p>2012 TURQUIE capitale Ankara Istanbul Byzance Constantinople rcit carnet sjour<br /> village ville capitale rome romain latin Byzntion Byzantium antique antiquit grce grec grecque romaine Thrace mythologie mythe Dieu Allah dieux Byzaz olympe Zeus Hera Io gnisse vache fondation Mgare alliance Athnes et Sparte Athnien buzo poros dtroit gu guet rives rivage port Mer Noire Chalcdoine Jsus-Christ de l&amp;#39;re chrtienne Ploponnse conflit rivalit adversaires bataille navale Argos Thbes Corinthe Alexandre le Grand macdonien invasions Gaule Gaulois tribu empire emprereur impratrice imprial assassinat assassiner massacre Commode Pescennius Niger Septime Svre Caracalla Goths Maximin Daia Licinius Constantin rsidence impriale Constantinopolis Thodose Valentinien Valens orient occident Byzantin concile Huns Odoacre chef Corpus iuris civilis code civil Perses Goths Slaves Vikings Normands Arabes calife califat sultan sultane sultanat flotte navires bateaux Damas monastres monastique ordres sectes patriarche patriarcat orthodoxe schisme conflit icnes iconoclastes Quatrime croisade croisades croiss francs route soie caravanes caravansrails commerce chevaux aint-Marc quadrige hippodrome loge Venise Vnitiens Gnois Gnes Ottomans troupes ottomanes Nice Michel VIII Palologue bataille Manzikert Turcs Seldjoukides Osman pninsule Europe Asie asiatique rive europenne Balkans Varn Mehmet Constantin Palologue Ankara Edirne Andrinople Roumis Milliyet Rum quartier Phanar hara capitation capitulation kharj dhimmis jizya conscription janissaires arme soldats troupes citerne bains thermes hammam architectes architecture Soliman Magnifique art oeuvres Sinan Mahomet communaut musulmane musulman islam islamique intgrisme intgriste idoltre idoles oumma conqutes Egypte Iran Irak Serbie Balkans Armnie Syrie Algrie Hongrie Tunisie Egypte Kurdes minorit gnocide Sublime Porte militaire rvolte rvolution soulvement apoge dclin ascension persanes persans spahis Etat dynastie trne tulipes mouvement coalition Allemagne Autriche-Hongrie victoire dfaite victorieux Trait Svres Lausanne abollition interdiction interdit sacr harem Mustafa Kemal Atatrk Stamboul Is tm boli is tin poli Islam-bol ISlam Ege Princes Mer Mditerrane Anatolie archipel sismique sisme tremblements terre faille secousses climat mto Population dmographie Armniens armnienne tourisme touristique touristes trangers national Turkish Airlines Airbus htel Fehmi Bey demeures ottomanes budget Patrimoine Mondial humanit UNESCO monuments classs quartiers Balat Fener mosaques fresques glise St Sauveur in Chora Kaariye Camii peintes peints peintures carreaux faence porcelaine vaisselle Palais Constantin Porphyrognte Blachernes Eyp plerinage caf Pierre Loti TO Tours Operators voyages promotionnels Bursa canicule estivale pluies Bosphore Bogazici Bosphorus train banlieu gare Sirkeci mtro tramway funiculaires Tnel Taksim Kabatas taxis dolms IETT Istanbul Elektrik Tramvay tunnel bateaux-navettes traversiers vapur hydroglisseurs ferries vedettes compagnie IDO Deniz Otobsleri Marmaray carte circulation rues avenues transport Kart Pass Akbil Akilli Bilet cadeaux souvenirs antiquits tapis kilims confiseries loukoms baklavas pices aromates fruits monnaie change lire livre lira Yeni Trk Lirasi kurus Euros attentats terrorisme PKK zone quartier archologie archologique glises synagogues juifs caftan fez voiles derviches tourneurs mevlevi nomades plaines turkmnes centrale mongolie Seldjouk omeyyade abbasside sunnites chiites Seldjoukides roi royaume rgne Oghouzes Aral Ray Thran tolrance tolrant hritiers prophte gendre Ali noms prnoms Bayram Safak Bahar Ramazan Ramadan Yagmur Tufan Yeter Songul La Mecque Kible parrain kirve Alvis alvisme Alaouites kurdes kurmandji Nusayris Noseris Ansariyas secte htrodoxe initiatique secrte religion religieux religieuse ISmal ismalisme Yzidis castes Sheikhs Pirs Murids histoire politique conomie conomique at Meydani oblisque Colonne Porphyrognte Quadrige chevaux Loge Impriale Kathisma basilique cathdrale St Marc Venise Serpentine serpents bronze Apollon Delphes bataille Plate Temple porphyre Syne Pharaon TouthmsisKarnak hiroglyphes bris Msopotamie Fontaine Guillaume Kaiser Wilhelm Prusse Mahmut Mahmud maisons ottomanes bois couleur pastel muse Mosaques bazar bazaar Astara artisans artisanat Blue House Four Seasons Kabaskal Roxelane (Haseki Hrrem Hammam Koca Mimar Sinan Sophie Hagia Sophia Ayasofya Camii Fontaine Amhet Sogukesme pansiyon chambres htes Caferiye Zeynep pavillon kiosque Alay cocuk mahkemeleri Sublime Porte Bab- Ali Parc Glhane saint saint st Irne Agya Irini Salut Bab-s Selam Milieu Orta-kapi canon srail serayi Harem Dar-s Saadet Carrosses Arabalar Kapisi condamns justice salle Divan Kubbealti Dme Placards Dolapli Kubbe Ablutions Sadirvanli Sofa eunuques noirs agalari castrs chtrs compltement masculs Kadin Efendiler Tasligi reine mre pouses lgitimes premire privs prives Cariye Tasligi concubines cariye hassodalik odalisques ifte Kasirlar favorites Mabeyn Tasligi ve Dairesi Couloir Or Altinyol Volire Kushane Flicit Bab-u Saadet Audiences Arz Odasi vtements tuniques trsor trsors miniatures portraits manteau poils barbe empreinte pied Reliques Hirka-i-Saadet jardin circoncisions Snnet Odasi revan Bagdad Bagdat Ksk terrasse baldaquin balcon couvert Iftariye Ibrahim Abdlmeit Bab-i Humayun Sultanat Kapisi Artmision Ephse temples Hliopolis Baalbek m Phnicie Athnes Dlo sanctuaire Osiris marbres polychromes Eube Synada fuseaux piliers pendentifs triangulaires lourds contreforts arcs-boutants gothiques dme Sville speldeur splendide exonarthex bnitier sarcophage tympan Lon mdaillons Archange Gabriel Vierge Marie assise debout Enfant Jsus Thophile nef bas-cts latral porphyre monolithe monolithique colonne marbre blanc onyx albtre Pergame Murad anges chrubins metatorion couronnement sacre tribune muezzin mezzin mahfilli chaire prdication imam mollah niche est mirhab minbar qibla ka&amp;#39;ba Vierge loge dentelle pierre suante Grgoire feuilles acanthe ionique corique corinthien cannel monogrammes sculpts sculpture arts Thodora abside tribunes galeries gynce Ciel Enfer Disis Dsis Pantocrator gloire jugement dernier Jean Baptiste graffitis criture runique Vikings tombe spulture mausole tombeau Enrico Dandolo doge Zo Commne Irne house Medusa Mduse Citerne-basilique Yerebatan Sarayi Sarnici nomm surnomm Englouti citerne rsevoir aqueduc bons baisers russie film Terence Young Sean Connery remploi remploi ttes Gorgones monstres fminins monde souterrain Perseus desse Athena cheveux Mosque Bleue Sultan Ahmet Camii Aga disciple balcons Selimiye teinte bleute faence Iznik cobalt bichromie Epoque Ming porcelaines chinoises calligraphie criture coufique koufique Koufa Serge Bacchus petite Kk Ayasofa fte Hbraque judasme Abraham puret cordon rouge costume symbole symbolique symbolisant princier royal virilit cape sceptre Masallah Keecizade Fuat Pasa Pasha Pacha Grand Vizir Efendi Heliopolis Cemberlitas Gazi Atik styles clectique classique no-classique baroque rococo Nuruosmaniye Nur-u Osman Iye MahmudIer Mahmud Kapisi anciens han hani caravansrails Krk Byk Valide Beyazit Beyazid Kapali Bedesten Mercan forum Tauris mmoire Yavuz sadirvan poste mauresque universit ministre cimetire stles pitaphes apparence anthropomorphique couvre-chef turban mode soufis Tosyali Kalenderhane Maurice Sehzade aqueduc Valens Soliman Magnifique Sleymaniye Egyptien Misir Carsisi pices marchandises nouvelle yeni dcors embarcadres dbarcadres Eminn<br /> prire Salat Namaz Aube Aurore fajr duhan imsak sabah gnes Midi dhur gle Aprs-midi asr ikindi Soir maghrib aksam nuit isha&amp;#39;a yatsi hnkar Konyali Lokantasi lokanta vie condition droits femmes femme mancipation polygamie mariage divorce hritage succession galit tpoignage tribunal crime honneur meurtre hijab niqab OIT statut organisation Internationale Travail robes abaya coiffes dentelle crochet djellabas jilbab hommes colon colonie Galata Rstem ponts pont Kprs Bezmialem Abdlmecit Karaky Abdlaziz Unkapani Hayrat pcheurs ligne Hali Gaulois Galates calata galaktos galaktos galat priode hellnistique ptres Paul colline Beyoglu Per Pra Gnes Rpublique Laque capitulations dfenses remparts Arsenal fonderie Tophane Montmartre Paris Anastase Oilozus Castellion ton Galatou premier volant Hezarfen Ahmet elebi ascenseur bar dancing night-club vue 360 discothque bote nuit Ambassades bourgeois immeubles cossus thtres cinmas restaurants tavernes socit stambouliote Thessalonique Istiklal Cadessi sokagi annes folles nouveau lycens tudiants pharmacies eczane consulat Mesrutiyet htel Pera Palas L&amp;#39;Orient Express Agatha Christie Greta Garbo Josphine Baker Mata Hari Sarah Bernhardt ancien Htel Bristol Antoine de Padoue kilise Aziz Antuan Padova Galatasaray nostaljik tram hafif metro tnel Taksim lyce francophone lite March poissons passage Avrupa Pasaji miroirs Choiseul Fleurs iek ruelle Nevizade Sokak mezze repas menu mezzs ancien Champs Mars Elyses Cumhuriyet Aniti djeuner dner Byk Parmakapi mezquita arabe masjid jmi masged aramen racine proto-smitique genou prosternation prostern masjid al-Haram Kaaba lieu culte muezzin mouadh-dhan Kairouan Koutoubia Marrakech Moghols haram pishtak Hagia Sophia Ayasofya ferry ferries Fatih paquebot croisire flotte Costa Favolosa Landre Ayazma Mustafa skdar gnral athnien Alcibiade Chrysopolis Hrisopoli Bithynie Orhan feune Fille Kiz Kulesi Hero Dardanelles Hellespont Sestos Abysos morsure piqure panier figues dattes Manuel pidmies cholra page douane Semsi Pasa Bostan Rum Esref Saat Tedbirhane Dogancilar Aziz Mahmud Glfem Hakimiyeti Milliye port Karadavud voile Sultane Valide Valide-i Cedid Rabya Glnus mmetullah bibliothque cole coranique madrasa medersa mederse medrese Iskele Escale Quai Docks Echelle Dolmabahe faade grilles Yali Atik Besiktas Ciragan Abdl-Mecit Jeunes Turcs parc Yildiz Gaulle pape Ceaucescu lyce francophone Hatice Ortaky Muhsinzde Kuruesme Hidiva Saray Bebek vice-roi khdive forteresse rumeli Hisariari Halim Yeniky palace Premire Deuxime Seconde Guerre Mondiale Afif Istinye Corbusier villa turque suisse Huber Ksk Sariyer Kavagi Anadolu Hisari ports escale chteau Hnkr Kasri orphelinat Hidive amiral Zarif Mustafa cumba loggia bois konak Kibrisli Emin Chypriote Princesse Eugnie Faycal Kuleli Yali Mahmud Nedim Ecole d&amp;#39;infirmires Croissant Rouge Kuleli Askeri Lisesi caserne Kirmisi rouge cramoisi Kont Ostrorog Hadi Bey Malraux Pompidou Edip Kandilli Kaymak Beylerbeyi gouverneur Abdl-Aziz inauguration Canal Suez ryanizade Mescidi Kuzguncuk Esat Franz Liszt ramender filets Fort Yoros Kalesi Gnois Hieron Hrules Goths Russes Cosaques Murad Osman Abdlamid audio-guide GPS Pierre Loti Louis Marie Julien Viaud voyageur marin militaire officier marine Bous Poros yialos Marmara Cafe Byk Parmakapi Sokagi </p> <p>__________________________________________________</p> <p>MORAUTHELI<br /> Tous les rcits de voyages</p> <p><a href="http://www.abcompteur.com/" title="ABCompteur : compteur gratuit"><span>Visites        :<br /> </span></a><br /> <br /> <span>Visiteurs     : </span><br /> Tous les rcits et carnets de voyages</p> </div> </pre> </pre> <p> Sur une large collection de takchita de mariage marocaine la boutique Caftan Maroc Chic vous rassemble tous modèles de takchita marocaine et caftan de mariage à vendre pas cher en plusieurs couleurs : takchita de mariage noir, Takchita marocaine vert royal, caftan de mariage bleu, caftan de mariage rouge….etc. Sur magasin sur la toile vous avez la possibilité trouver autant de modèles de caftan de mariage et takchita marocaine à partir desquels vous pouvez sélectionner le modèle de takchita de mariage sur le web à prix accessible pour se préparer à votre mariage prévu en tandis que mariée et pourquoi pas invitée.</p> <div class="crp_related "><h3>Articles relatifs:</h3><ul><li><a href="https://www.coeurfibre.fr/petite-pause-pour-lamu-une-ile-paradisiaque-du-kenya-menacee-par-une-centrale-a-charbon-location-de-robe-de-mariage-chleuh/" ><img width="150" height="150" src="https://i1.wp.com/www.coeurfibre.fr/wp-content/uploads/2019/07/lamu-cette-petite-ile-kenyane-paradisiaque-qui-vit-sous-la-menace-dune-centrale-a-charbon.jpg?fit=150%2C79&amp;ssl=1" class="crp_thumb crp_featured jetpack-lazy-image" alt="Petite pause pour Lamu, une île paradisiaque du Kenya menacée par une centrale à charbon - Location de robe de mariage chleuh" title="Petite pause pour Lamu, une île paradisiaque du Kenya menacée par une centrale à charbon - Location de robe de mariage chleuh" data-lazy-src="https://i1.wp.com/www.coeurfibre.fr/wp-content/uploads/2019/07/lamu-cette-petite-ile-kenyane-paradisiaque-qui-vit-sous-la-menace-dune-centrale-a-charbon.jpg?fit=150%2C79&amp;ssl=1&amp;is-pending-load=1" srcset="data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAIAAAAAAAP///yH5BAEAAAAALAAAAAABAAEAAAIBRAA7"><noscript><img width="150" height="150" src="https://i1.wp.com/www.coeurfibre.fr/wp-content/uploads/2019/07/lamu-cette-petite-ile-kenyane-paradisiaque-qui-vit-sous-la-menace-dune-centrale-a-charbon.jpg?fit=150%2C79&amp;ssl=1" class="crp_thumb crp_featured" alt="Petite pause pour Lamu, une île paradisiaque du Kenya menacée par une centrale à charbon - Location de robe de mariage chleuh" title="Petite pause pour Lamu, une île paradisiaque du Kenya menacée par une centrale à charbon - Location de robe de mariage chleuh" /></noscript><span class="crp_title">Petite pause pour Lamu, une île paradisiaque du&hellip;</span></a></li><li><a href="https://www.coeurfibre.fr/les-objets-pointus-coupent-plus-profondement-quand-adora-crellin-occupe-une-place-centrale-location-de-robe-de-mariage-marocaine/" ><img width="150" height="150" src="https://i2.wp.com/www.coeurfibre.fr/wp-content/uploads/2019/06/e53c04a96b9896ef92c32a3b0eb9648bfbe82342c49f2643ccc732da9c3393ba.jpg?fit=150%2C84&amp;ssl=1" class="crp_thumb crp_featured jetpack-lazy-image" alt="Les objets pointus coupent plus profondément quand Adora Crellin occupe une place centrale - Location de robe de mariage marocaine" title="Les objets pointus coupent plus profondément quand Adora Crellin occupe une place centrale - Location de robe de mariage marocaine" data-lazy-src="https://i2.wp.com/www.coeurfibre.fr/wp-content/uploads/2019/06/e53c04a96b9896ef92c32a3b0eb9648bfbe82342c49f2643ccc732da9c3393ba.jpg?fit=150%2C84&amp;ssl=1&amp;is-pending-load=1" srcset="data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAIAAAAAAAP///yH5BAEAAAAALAAAAAABAAEAAAIBRAA7"><noscript><img width="150" height="150" src="https://i2.wp.com/www.coeurfibre.fr/wp-content/uploads/2019/06/e53c04a96b9896ef92c32a3b0eb9648bfbe82342c49f2643ccc732da9c3393ba.jpg?fit=150%2C84&amp;ssl=1" class="crp_thumb crp_featured" alt="Les objets pointus coupent plus profondément quand Adora Crellin occupe une place centrale - Location de robe de mariage marocaine" title="Les objets pointus coupent plus profondément quand Adora Crellin occupe une place centrale - Location de robe de mariage marocaine" /></noscript><span class="crp_title">Les objets pointus coupent plus profondément quand&hellip;</span></a></li><li><a href="https://www.coeurfibre.fr/mise-a-la-terre-ossature-metallique-prise-pour-brancher-un-pc-a-une-unite-centrale/" ><img width="150" height="150" src="https://i0.wp.com/www.coeurfibre.fr/wp-content/uploads/2019/06/images-40-1.jpg?fit=84%2C150&amp;ssl=1" class="crp_thumb crp_featured jetpack-lazy-image" alt="Mise à la terre ossature métallique, prise pour brancher un pc a une unité centrale" title="Mise à la terre ossature métallique, prise pour brancher un pc a une unité centrale" data-lazy-src="https://i0.wp.com/www.coeurfibre.fr/wp-content/uploads/2019/06/images-40-1.jpg?fit=84%2C150&amp;ssl=1&amp;is-pending-load=1" srcset="data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAIAAAAAAAP///yH5BAEAAAAALAAAAAABAAEAAAIBRAA7"><noscript><img width="150" height="150" src="https://i0.wp.com/www.coeurfibre.fr/wp-content/uploads/2019/06/images-40-1.jpg?fit=84%2C150&amp;ssl=1" class="crp_thumb crp_featured" alt="Mise à la terre ossature métallique, prise pour brancher un pc a une unité centrale" title="Mise à la terre ossature métallique, prise pour brancher un pc a une unité centrale" /></noscript><span class="crp_title">Mise à la terre ossature métallique, prise pour&hellip;</span></a></li><li><a href="https://www.coeurfibre.fr/branchement-prise-220v-enterupteur-lumieur-prise-pour-brancher-un-pc-a-une-unite-centrale/" ><img width="150" height="150" src="https://i1.wp.com/www.coeurfibre.fr/wp-content/uploads/2019/06/images-96-1.jpg?fit=62%2C150&amp;ssl=1" class="crp_thumb crp_featured jetpack-lazy-image" alt="Branchement prise 220v enterupteur lumieur - prise pour brancher un pc a une unité centrale" title="Branchement prise 220v enterupteur lumieur - prise pour brancher un pc a une unité centrale" data-lazy-src="https://i1.wp.com/www.coeurfibre.fr/wp-content/uploads/2019/06/images-96-1.jpg?fit=62%2C150&amp;ssl=1&amp;is-pending-load=1" srcset="data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAIAAAAAAAP///yH5BAEAAAAALAAAAAABAAEAAAIBRAA7"><noscript><img width="150" height="150" src="https://i1.wp.com/www.coeurfibre.fr/wp-content/uploads/2019/06/images-96-1.jpg?fit=62%2C150&amp;ssl=1" class="crp_thumb crp_featured" alt="Branchement prise 220v enterupteur lumieur - prise pour brancher un pc a une unité centrale" title="Branchement prise 220v enterupteur lumieur - prise pour brancher un pc a une unité centrale" /></noscript><span class="crp_title">Branchement prise 220v enterupteur lumieur - prise&hellip;</span></a></li><li><a href="https://www.coeurfibre.fr/branchement-tv-sony-bravia-prise-murale-prise-pour-brancher-un-pc-a-une-unite-centrale/" ><img width="150" height="150" src="https://i2.wp.com/www.coeurfibre.fr/wp-content/uploads/2019/06/images-2019-06-02T060639.460.jpg?fit=121%2C150&amp;ssl=1" class="crp_thumb crp_featured jetpack-lazy-image" alt="Branchement tv sony bravia prise murale | prise pour brancher un pc a une unité centrale" title="Branchement tv sony bravia prise murale | prise pour brancher un pc a une unité centrale" data-lazy-src="https://i2.wp.com/www.coeurfibre.fr/wp-content/uploads/2019/06/images-2019-06-02T060639.460.jpg?fit=121%2C150&amp;ssl=1&amp;is-pending-load=1" srcset="data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAIAAAAAAAP///yH5BAEAAAAALAAAAAABAAEAAAIBRAA7"><noscript><img width="150" height="150" src="https://i2.wp.com/www.coeurfibre.fr/wp-content/uploads/2019/06/images-2019-06-02T060639.460.jpg?fit=121%2C150&amp;ssl=1" class="crp_thumb crp_featured" alt="Branchement tv sony bravia prise murale | prise pour brancher un pc a une unité centrale" title="Branchement tv sony bravia prise murale | prise pour brancher un pc a une unité centrale" /></noscript><span class="crp_title">Branchement tv sony bravia prise murale | prise pour&hellip;</span></a></li><li><a href="https://www.coeurfibre.fr/comment-brancher-une-prise-electrique-au-compteur-prise-de-branchement-a-la-centrale-dun-viel-ordinateur/" ><img width="150" height="150" src="https://i0.wp.com/www.coeurfibre.fr/wp-content/uploads/2019/06/images-82.jpg?fit=99%2C150&amp;ssl=1" class="crp_thumb crp_featured jetpack-lazy-image" alt="Comment brancher une prise electrique au compteur | prise de branchement a la centrale d&#039;un viel ordinateur" title="Comment brancher une prise electrique au compteur | prise de branchement a la centrale d&#039;un viel ordinateur" data-lazy-src="https://i0.wp.com/www.coeurfibre.fr/wp-content/uploads/2019/06/images-82.jpg?fit=99%2C150&amp;ssl=1&amp;is-pending-load=1" srcset="data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAIAAAAAAAP///yH5BAEAAAAALAAAAAABAAEAAAIBRAA7"><noscript><img width="150" height="150" src="https://i0.wp.com/www.coeurfibre.fr/wp-content/uploads/2019/06/images-82.jpg?fit=99%2C150&amp;ssl=1" class="crp_thumb crp_featured" alt="Comment brancher une prise electrique au compteur | prise de branchement a la centrale d&#039;un viel ordinateur" title="Comment brancher une prise electrique au compteur | prise de branchement a la centrale d&#039;un viel ordinateur" /></noscript><span class="crp_title">Comment brancher une prise electrique au compteur |&hellip;</span></a></li></ul><div class="crp_clear"></div></div> </div><!-- .entry-content .clear --> </div> </article><!-- #post-## --> <nav class="navigation post-navigation" role="navigation"> <h2 class="screen-reader-text">Navigation de l’article</h2> <div class="nav-links"><div class="nav-previous"><a href="https://www.coeurfibre.fr/location-de-robes-orientales-indiennes-caftans-dubai-robe-de-mariee-et-robe-de-soiree-a-bordeaux-dans-toutes-les-tailles-location-de-caftan/" rel="prev"><span class="ast-left-arrow">&larr;</span> Article précédent</a></div><div class="nav-next"><a href="https://www.coeurfibre.fr/negafa-layla-negafa-marocains-a-la-78eme-a-louer-de-caftan/" rel="next">Article suivant <span class="ast-right-arrow">&rarr;</span></a></div></div> </nav> </main><!-- #main --> </div><!-- #primary --> <div itemtype="https://schema.org/WPSideBar" itemscope="itemscope" id="secondary" class="widget-area secondary" role="complementary"> <div class="sidebar-main" > <aside id="recent-posts-2" class="widget widget_recent_entries"> <h2 class="widget-title">A voir&#8230;</h2> <ul> <li> <a href="https://www.coeurfibre.fr/8-belles-tendances-de-la-paris-couture-week-a-louer-de-robe-de-mariage-kabyle/">8 belles tendances de la Paris Couture Week &#8211; A louer de robe de mariage kabyle</a> </li> <li> <a href="https://www.coeurfibre.fr/condamne-au-remboursement-de-110-000-e-pour-la-sous-location-de-sa-hlm-a-louer-de-kaftan/">Condamné au remboursement de 110 000 € pour la sous-location de sa HLM &#8211; A louer de kaftan</a> </li> <li> <a href="https://www.coeurfibre.fr/comment-le-glamour-de-hollywood-time-up-a-ete-publie-aux-oscars-a-louer-de-caftan/">Comment le glamour de Hollywood Time Up a été publié aux Oscars &#8211; A louer de caftan</a> </li> <li> <a href="https://www.coeurfibre.fr/les-soeurs-du-texas-font-une-ligne-de-mode-cool-axee-sur-la-tendance-estivale-location-de-kaftan/">Les soeurs du Texas font une ligne de mode cool axée sur la tendance estivale &#8211; Location de kaftan</a> </li> <li> <a href="https://www.coeurfibre.fr/maurice-une-destination-haut-de-gamme-robe-dun-soir-de-kaftan/">Maurice, une destination haut de gamme &#8211; Robe d&#8217;un soir de kaftan</a> </li> </ul> </aside><aside id="text-2" class="widget widget_text"> <div class="textwidget"><p><a href="#">Mentions légales</a></p> <p><a href="#">CGU</a></p> <p><a href="#">Politique de confidentialité</a></p> <p><a href="https://www.coeurfibre.fr/plan-du-site/">Plan du site</a></p> </div> </aside> </div><!-- .sidebar-main --> </div><!-- #secondary --> </div> <!-- ast-container --> </div><!-- #content --> <footer itemtype="https://schema.org/WPFooter" itemscope="itemscope" id="colophon" class="site-footer" role="contentinfo"> <div class="ast-small-footer footer-sml-layout-1"> <div class="ast-footer-overlay"> <div class="ast-container"> <div class="ast-small-footer-wrap" > <div class="ast-small-footer-section ast-small-footer-section-1" > Copyright &copy; 2019 <span class="ast-footer-site-title">CAFTAN | ROBES TRADITIONNELLES</span> | Propulsé par <a href="https://wpastra.com/">Astra</a> </div> </div><!-- .ast-row .ast-small-footer-wrap --> </div><!-- .ast-container --> </div><!-- .ast-footer-overlay --> </div><!-- .ast-small-footer--> </footer><!-- #colophon --> </div><!-- #page --> <style type="text/css"> .pgntn-page-pagination { text-align: left !important; } .pgntn-page-pagination-block { width: 60% !important; padding: 0 0 0 0; } .pgntn-page-pagination a { color: #1e14ca !important; background-color: #ffffff !important; text-decoration: none !important; border: 1px solid #cccccc !important; } .pgntn-page-pagination a:hover { color: #000 !important; } .pgntn-page-pagination-intro, .pgntn-page-pagination .current { background-color: #efefef !important; color: #000 !important; border: 1px solid #cccccc !important; } .archive #nav-above, .archive #nav-below, .search #nav-above, .search #nav-below, .blog #nav-below, .blog #nav-above, .navigation.paging-navigation, .navigation.pagination, .pagination.paging-pagination, .pagination.pagination, .pagination.loop-pagination, .bicubic-nav-link, #page-nav, .camp-paging, #reposter_nav-pages, .unity-post-pagination, .wordpost_content .nav_post_link,.page-link, .page-links,#comments .navigation, #comment-nav-above, #comment-nav-below, #nav-single, .navigation.comment-navigation, comment-pagination { display: none !important; } .single-gallery .pagination.gllrpr_pagination { display: block !important; } </style> <link rel='stylesheet' id='pgntn_stylesheet-css' href='https://www.coeurfibre.fr/wp-content/plugins/pagination/css/nav-style.css?ver=5.2.2' type='text/css' media='all' /> <script type='text/javascript'> /* <![CDATA[ */ var astra = {"break_point":"921","isRtl":""}; /* ]]> */ </script> <script type='text/javascript' src='https://www.coeurfibre.fr/wp-content/themes/astra/assets/js/minified/style.min.js?ver=1.8.4'></script> <script type='text/javascript' src='https://c0.wp.com/p/jetpack/7.6/_inc/build/photon/photon.min.js'></script> <script type='text/javascript' src='https://s0.wp.com/wp-content/js/devicepx-jetpack.js?ver=201934'></script> <script type='text/javascript' src='https://maps.googleapis.com/maps/api/js?v=3.exp&#038;sensor=false'></script> <script type='text/javascript' src='https://www.coeurfibre.fr/wp-content/plugins/page-generator-pro/assets/js/min/frontend-min.js?ver=1.5.0'></script> <script type='text/javascript' src='https://c0.wp.com/p/jetpack/7.6/_inc/build/lazy-images/js/lazy-images.min.js'></script> <script type='text/javascript' src='https://c0.wp.com/c/5.2.2/wp-includes/js/wp-embed.min.js'></script> <script> /(trident|msie)/i.test(navigator.userAgent)&&document.getElementById&&window.addEventListener&&window.addEventListener("hashchange",function(){var t,e=location.hash.substring(1);/^[A-z0-9_-]+$/.test(e)&&(t=document.getElementById(e))&&(/^(?:a|select|input|button|textarea)$/i.test(t.tagName)||(t.tabIndex=-1),t.focus())},!1); </script> <script type='text/javascript' src='https://stats.wp.com/e-201934.js' async='async' defer='defer'></script> <script type='text/javascript'> _stq = window._stq || []; _stq.push([ 'view', {v:'ext',j:'1:7.6',blog:'162574390',post:'40816',tz:'0',srv:'www.coeurfibre.fr'} ]); _stq.push([ 'clickTrackerInit', '162574390', '40816' ]); </script> </body> </html>